Books 

 

Pourquoi l'Europe? 

Mendès France, Pierre | Erhard, Ludwig  

Paris : Réalités

1959

Le texte intégral n'est malheureusement pas disponible pour des raisons de droits d'auteur.
Autres ouvrages de Pierre Mendès France
 
Biography 

Ludwig Erhard (1897-1977), Ministre de l’économie (09/1949-1963), chancelier de la RFA (10/1963-12/1966). Pierre Mendès France (1907-1982), Président du Conseil, France (06/1954-02/1955), sous son mandat, le projet de Communauté européenne de défense à été rejetée par l’assemblée nationale. François Mauriac (1885-1970), écrivain, prix Nobel de littérature 1952. Peter Tennant, Directeur des relations extérieures de la Fédération des industries britanniques.

Summary 

La revue 'Réalités' a consacré en juin 1959 un numéro spécial à l’Europe, un peu plus d’un an après l’entrée en vigueur des traités de Rome. Le numéro s’attache au fil des pages à démontrer les atouts et les forces de l’Europe unie, et envisage les développements futurs. Il ouvre néanmoins ses colonnes à quatre grandes personnalités 'qui n’étaient pas d’accord'.

Ludwig Erhard, alors Ministre de l’économie de la République fédérale d’Allemagne - et futur chancelier - ne conteste pas la nécessité d’une Europe unie ; au contraire, il formule déjà l’idée qu’une Europe économique ne saurait être viable sans une unité politique plus forte, une fédération à l’image de la RFA. Il s’insurge aussi contre le caractère 'mystique' que les plus ardents défenseurs de la Communauté européenne prêtent à ses institutions : elles n’ont pas, selon lui, la légitimité suffisante pour emporter l’adhésion des populations, ni s’opposer à la création de cartels industriels.

Pierre Mendès France partage ces deux dernières préoccupations. L’ancien Président du Conseil des ministres français voit également deux objectifs à atteindre pour que la construction soit une réussite : vaincre les égoïsmes des Etats membres et s’ouvrir aux pays qui ne le sont pas encore.

Quant à l’écrivain François Mauriac, ce qui le préoccupe c’est le rôle hégémonique que pourrait prendre en Europe une Allemagne possiblement réunifiée ; et il ne croit pas à la volonté de l’Angleterre de s’intégrer au projet européen. Comme en réponse, Peter Tennant, directeur des relations extérieures de la Fédération des industries britanniques, rejette le soupçon que son pays veuille 'saboter' le Marché commun.