Le multilinguisme au Parlement européen

 

Au Parlement européen, chacune des langues officielles a la même importance: tous les documents parlementaires sont publiés dans toutes les langues officielles de l'Union européenne et chaque député au Parlement européen a le droit de s'exprimer dans la langue officielle de son choix. Grâce à ce système, chaque citoyen peut en outre suivre le travail du Parlement européen et y accéder.

 
 

L'Union européenne a toujours considéré sa grande diversité culturelle et linguistique comme un atout. Ancré dans les traités européens, le multilinguisme est le reflet de cette diversité. Il rend aussi les institutions européennes plus accessibles et plus transparentes pour tous les citoyens, ce qui est essentiel au bon fonctionnement du système démocratique de l'Union.

Le Parlement européen se distingue des autres institutions de l'Union par l'obligation qui lui incombe d'assurer le multilinguisme le plus large possible. Tout citoyen européen a le droit de se présenter aux élections du Parlement européen. On ne saurait exiger des députés qu'ils maîtrisent à la perfection une des langues les plus couramment utilisées, par exemple le français ou l'anglais. Le droit de chaque député de lire et de rédiger des documents parlementaires, de suivre les débats et de s'exprimer dans sa propre langue est expressément reconnu dans le règlement intérieur du Parlement européen.

Par ailleurs, tout citoyen de l'Union doit pouvoir lire les textes législatifs qui le concernent dans la langue de son pays. En tant que colégislateur, le Parlement européen doit également garantir que tous les textes de loi qu'il adopte sont d'une qualité linguistique irréprochable, et ce, dans chacune des langues officielles.

La législation de l'Union consacre le droit des citoyens européens à suivre les travaux parlementaires, à poser des questions et à recevoir des réponses dans leur langue.

 
 
Les langues utilisées au Parlement européen

Que de chemin parcouru depuis la fin des années 50, lorsque quatre langues seulement étaient parlées dans les institutions de la Communauté européenne! Aujourd'hui, pas moins de 24 langues officielles résonnent dans l'hémicycle du Parlement européen, ce qui est en soi un véritable défi linguistique.

Le nombre des langues officielles a augmenté à chaque nouvelle adhésion à l'Union européenne.

Langue officielle de l'Union depuis...

  • allemand, français, italien, néerlandais 1958
  • anglais, danois 1973
  • grec 1981
  • espagnol, portugais 1986
  • finnois, suédois 1995
  • estonien, hongrois, letton, lituanien, maltais, polonais, slovaque, slovène, tchèque 2004
  • bulgare, irlandais, roumain 2007
  • croate 2013

La liste des langues officielles de l'Union est établie par un règlement, qui est modifié à chaque nouvelle adhésion. Toutes les langues officielles de l'Union jouissent d'un statut égal.

Avec 24 langues officielles, 552 combinaisons sont possibles puisque chaque langue peut être traduite dans 23 autres langues. Pour relever ce défi, le Parlement européen s'est doté de services d'interprétation, de traduction et de contrôle des textes juridiques extrêmement performants. Des règles très strictes ont aussi été mises en place pour garantir le bon fonctionnement de ces services et le maintien des coûts à un niveau raisonnable.

 
 
La traduction

Pour assurer la publication de ses documents écrits dans les différentes versions linguistiques et pouvoir correspondre avec les citoyens dans toutes les langues officielles, le Parlement européen dispose d'un service de traduction interne à même de répondre à ses exigences de qualité et de respect des délais courts imposés par les procédures parlementaires.

Les traducteurs du Parlement européen traduisent principalement les textes législatifs de l'Union qui sont examinés, votés, adoptés ou rejetés par les commissions et en plénière. Avec l'adoption du traité de Lisbonne, les textes adoptés par le Parlement après un accord avec le Conseil en première lecture deviennent textes de loi, ce qui, d'une certaine manière, fait de la traduction le dernier maillon du processus législatif et lui confère une nouvelle et lourde responsabilité

Des textes extrêmement divers sont confiés aux traducteurs :

  • des résolutions du Parlement européen sur des sujets d'actualité, ainsi que sur la violation des droits de l'homme et de l'état de droit dans le monde entier ;
  • des textes relatifs à l'adoption du budget annuel de l'Union et à la procédure de décharge ;
  • des questions parlementaires ;
  • des documents d'autres organes politiques, tels que les assemblées parlementaires paritaires composées de députés européens et de députés nationaux ou de représentants élus de pays tiers ;
  • des décisions du Médiateur européen ;
  • des documents d'information à destination des citoyens et des États membres ;
  • des décisions des organes internes du Parlement (Bureau, Conférence des présidents, Questeurs).
 
 
L'interprétation

Transmettre fidèlement dans toutes les langues officielles et en temps réel les interventions orales des députés: telle est la principale tâche des interprètes du Parlement européen. Des services d'interprétation sont prévus pour toutes les réunions multilingues organisées par les organes officiels de l'institution.

La direction générale de l'interprétation et des conférences du Parlement européen emploie environ 330 interprètes fonctionnaires et peut compter sur une réserve de quelque 1 800 interprètes accrédités externes, à laquelle elle fait très régulièrement appel pour couvrir ses besoins.

L'interprétation est utilisée principalement pour :

  • Les séances plénières ;
  • Les réunions des commissions parlementaires, des délégations parlementaires, des assemblées parlementaires paritaires ;
  • Les réunions des groupes politiques ;
  • Les conférences de presse ;
  • Les réunions des organes de décision interne du Parlement (Bureau, Conférence des présidents, etc.).

Le nombre moyen des interprètes mobilisés lors des séances plénières, où une interprétation simultanée est assurée à partir et à destination de toutes les langues officielles de l'Union, oscille entre 800 et 1000. Pour les autres réunions, l'interprétation est en général assurée selon les besoins, y compris, et de plus en plus souvent, vers d'autres langues que les langues officielles.

En principe, chaque interprète travaille de la langue de l'orateur vers sa langue maternelle. Cependant, avec 552 combinaisons linguistiques possibles (24 x 23 langues), il n'est pas toujours aisé de trouver une personne capable d'interpréter d'une langue donnée vers une autre. Dans ce cas, un système de relais est utilisé, qui consiste à interpréter d'une langue vers une autre en passant par une troisième, la langue "pivot"..

 
 
Multilinguisme – Actes législatifs

La législation adoptée par le Parlement européen concerne plus de 500 millions de citoyens de 28 pays et 24 langues officielles: elle se doit d'être identique et sans ambiguïté dans toutes les langues. Vérifier la qualité linguistique et juridique des textes relève de la responsabilité des juristes-linguistes du Parlement.

Les juristes-linguistes du Parlement assurent, tout au long de la procédure législative, le plus haut degré de qualité possible des actes législatifs dans toutes les langues de l'Union. Afin que la volonté politique du Parlement soit exprimée par des textes législatifs de qualité, les juristes-linguistes interviennent à tous les stades de la procédure législative.

Les travaux sont confiés à une équipe de 75 juristes-linguistes qui sont notamment chargés:

  • de fournir aux députés et aux secrétariats de commissions des conseils en matière de rédaction et de procédure, et ce de la rédaction initiale des textes jusqu'à leur adoption en plénière;
  • d'élaborer et de publier des actes législatifs qui seront adoptés en commission et par la plénière, en garantissant un niveau de qualité optimal de toutes les versions linguistiques des amendements figurant dans les rapports ainsi que le bon déroulement de la procédure;
  • d'assurer la préparation technique des amendements présentés en plénière et la publication de tous les textes adoptés le jour du vote en plénière;
  • de mettre la dernière main aux actes législatifs en coopération avec les juristes-linguistes du Conseil.
 
 
 
 
Tools