Elections européennes 2009 

Les résultats de ce second Eurobaromètre consacré aux élections européennes de 2009 doivent être lus en tenant compte du fait que l'enquête à été menée au plus fort de la crise économique et financière, en octobre et novembre 2008. Plusieurs tendances sont à souligner : les inquiétudes d'ordre économique et social, déjà en tête des préoccupations lors de la précédente enquête du printemps 2008 (EB 69), sont en très nette augmentation. Les Européens sont de plus en plus préoccupés par leurs situations personnelles. En revanche, les préoccupations de nature collective connaissent une nette diminution : terrorisme, immigration et changement climatique. En pleine crise, l'intérêt pour les élections européennes est encore limité.

  • Les thèmes de campagne 
    Le trio de tête, dégagé lors de la précédente enquête, est en très forte augmentation : croissance économique (51%, + 6), chômage (49%, + 2), inflation et pouvoir d'achat (47%, + 6). D'autre part, les préoccupations liées aux craintes collectives sont en forte baisse : l'insécurité (33%, - 4), la lutte contre le changement climatique (29%, - 4), l'immigration (29%, - 3) et le terrorisme (28%, - 7).
  • Sensibilisation et intérêt au scrutin européen des 4 au 7 juin 2009 
    La connaissance de la date est en nette progression : il y a un an, seul 9% des Européens citaient l'année 2009 (EB 68). Ils sont 26% aujourd'hui. Toutefois, en pleine crise, l'intérêt pour les élections européennes est en léger recul (44% se disent "intéressés", contre 46% dans l'EB précédent), tout comme la probabilité d'aller voter.La connaissance de la date est en nette progression : il y a un an, seul 9% des Européens citaient l'année 2009 (EB 68). Ils sont 26% aujourd'hui. Toutefois, en pleine crise, l'intérêt pour les élections européennes est en léger recul (44% se disent "intéressés", contre 46% dans l'EB précédent), tout comme la probabilité d'aller voter.
  • Les liens unissant les Européens 
    En temps de crise, l'Euro vient en tête des éléments constitutifs de l'identité européenne avec 40%*. Le premier facteur à même de renforcer le sentiment d'être citoyen européen est "une protection sociale harmonisée entre les Etats" avec 39%*. Les résultats de cette seconde étude consacrée au Parlement européen confirme que celui-ci jouit d'une image positive aux yeux des Européens : bien qu'encore méconnue, l'institution est perçue comme démocratique et est appréciée pour son rôle unificateur. 
    *NB : Le total des pourcentages des différentes réponses n'est pas égal à 100% car les répondants pouvaient donner plusieurs réponses.