Plus proche des citoyens, plus proche du scrutin 

Nos citoyens restent résolument pro-européens. C’est ce qu’indique la dernière enquête Eurobaromètre, menée trois mois avant les élections européennes. Les difficultés de ces dernières années n’ont pas fait disparaitre le sentiment d’appartenance à l’Union et l’ont même peut-être renforcé, si l’on considère le marasme provoqué par le Brexit. Sur tous les États membres de l’UE-27, les répondants sont 68 % à estimer que leur pays a tiré profit de son appartenance à l’Union.

Pourtant, même si le projet européen bénéficie d’un soutien stable et résolu, le sentiment général est que les choses ne vont pas dans le bon sens, c’est pourquoi les élections européennes sont l’occasion idéale de s’exprimer sur l’Union que nous voulons.

Dans le même temps, les candidats sont confrontés au défi d’une opinion publique plus que jamais fragmentée et toujours aussi indécise.

L’étude indique non seulement que de nombreux Européens connaissent la date des élections, mais qu’ils sont également conscients de l’incidence que leur vote peut avoir sur l’avenir de l’Union.


Malgré cette prise de conscience, rien ne garantit une participation active aux prochaines élections. Dans un contexte où les priorités des électeurs ne cessent d’évoluer, un tiers des personnes interrogées hésitent entre incertitude et probabilité modérée de se rendre aux urnes.

Au premier rang des préoccupations des Européens figurent de nouveau la situation économique et les perspectives d'emploi, la question des migrations n’étant plus aussi présente qu’il y a six mois, suivies du changement climatique et de la protection de l'environnement, problématiques électorales qui font de plus en plus recette.


Pour 44 % des Européens, la principale raison de voter aux élections européennes est qu’ils considèrent cela comme un devoir citoyen. Cinq autres raisons sont citées dans l’étude par plus de 20 % des répondants, toutes axées sur la participation à la vie démocratique. Les répondants ont déclaré qu’ils iraient voter parce qu’ils en ont l’habitude et parce qu’ils se sentent citoyens de l’Union. Parmi les autres facteurs importants figurent la conviction que les élections européennes peuvent changer les choses ou le fait de vouloir exprimer son soutien à l’Union ou à un parti politique.