Étude postélectorale 

Cette enquête a été menée une semaine après les élections européennes de juin 2009, du 12 juin au 6 juillet , auprès de 26 830 citoyens européens en face à face. Elle a été conduite dans le but de mieux comprendre les raisons qui ont amené les électeurs européens à participer ou à s'abstenir lors de ce scrutin

  • La participation s'élève à 43%. Toutefois, cette moyenne de l'UE à 27 doit-être lue à la lumière des résultats par pays. Ainsi, on constate une augmentation significative de la participation dans huit pays, une quasi stabilité dans huit autres et une chute très contrastée dans les 11 autres.
  • Cette enquête est à nouveau marquée par de vrais clivages entre les différents profils types de votants: les femmes votent moins que les hommes, les jeunes moins que les personnes âgées, les chômeurs moins que les cadres supérieurs, les personnes qui ont un niveau scolaire peu élevé moins que ceux qui ont poursuivi leurs études, les habitants des grandes villes légèrement moins que les ruraux.
  • 67% des Européens se souviennent avoir vu ou lu dans les médias une campagne d'incitation au vote. Il est impossible de distinguer l'exposition aux différentes campagnes civiques européenne ou nationales, mais le fait est là. En revanche, dans un même temps, un tiers des votants qui déclare voter aux élections nationales affirme ne pas voter aux élections européennes