Les Européens à un mois des élections 

Les résultats de cette enquête sur les élections doivent être replacés dans le contexte de l'actualité internationale du moment. En effet, l'enquête sur le terrain (janvier/février) coïncide avec une actualité internationale très chargée: investiture de Barack Obama, lancement de son premier plan de relance, situation à Gaza, etc.

Les grandes tendances sont les suivantes :

  • Thèmes de campagne : le chômage est, de loin, le thème de campagne que les Européens souhaitent voir aborder en priorité au cours du débat électoral européen. Ce résultat confirme la vive inquiétude des Européens face à la situation présente et à venir, notamment au niveau de leur vie personnelle.
  • Niveau de sensibilisation au scrutin la progression de la connaissance de la date se confirme par rapport aux deux dernières enquêtes. En revanche, l'intérêt pour les élections ne progresse pas et la probabilité, d'aller ou non voter reste stable.
    Les raisons qui motivent le choix de l'électeur dans son vote (expérience des candidats, tant dans le domaine européen que dans le domaine national, programmes, etc.) ainsi que celles qui l'amènent à s'abstenir de voter sont pratiquement les mêmes que celles qui ont été analysées dans l'EB/PE69 (Printemps 2008).
  • Le rôle du PE : l'opinion se polarise au fur et à mesure que l'on se rapproche du scrutin. Pratiquement la moitié des Européens veulent lui voir jouer un rôle plus important alors que 1/6 déclare le contraire. Les réponses "ne sait pas" sont en diminution.
  • Souvenir médiatique du PE: il est en diminution du fait du contexte international évoqué ci-dessus.

Le PE face aux attentes des citoyens européens:

  • La demande d'une protection renforcée du consommateur et de la santé publique ainsi qu'une meilleurecoordination des politiques économiques, budgétaires et fiscales sont en tête des politiques que les citoyens souhaitent voir défendues en priorité par le PE.
    Le chômage étant en tête des thèmes de campagne, il est tout à fait net que ce sont des domaines liés à la vie quotidienne et personnelledes Européens qui sont mis en exergue. Il en résulte une demande de protection renforcée à l'échelle de l'UE face à une crise dont nul ne sait actuellement quand elle prendra fin.
    En parallèle, on constate dans ces résultats quele rôle international de l'UE est perçu comme moins essentiel aux yeux des citoyens européens.. Ils sont plus nombreux à présent à souhaiter que l'Union s'occupe en priorité de leurs problèmes quotidiens.
  • Au niveau des valeurs, la protection des droits humains dans le monde est toujours à la première place avec un bond de 4 points de pourcentage. Le contexte international, marqué par une intensification de certains conflits et par une répression accrue dans plusieurs régions du monde, y est certainement pour beaucoup.
    C'est certainement aussi la raison pour laquelle la défense de la liberté d'expression, évaluée pour la première fois, se retrouve en 4ème position (30 %) des valeurs à défendre prioritairement par le Parlement.