Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")
 
Europeans and energy (part II)
 
 

Les Européens et l'énergie (partie II)

 

Cet Eurobaromètre du Parlement européen relatif à l'énergie fait suite à une première enquête publiée en janvier 2011 en vue du Conseil européen du 4 février (EB Standard 74.3). Celle-ci portait sur l'approvisionnement, la coopération et la solidarité énergétiques.

Suite à de nouvelles prises de position du Parlement européen, ce nouveau sondage porte sur des thèmes plus spécifiques mais tout aussi importants pour le devenir de la politique énergétique de l'Union : économies d'énergie, pauvreté énergétique, intégration des réseaux et Communauté européenne de l'énergie. Le terrain a été mené par TNS Opinion entre le 9 février et le 6 mars 2011, dans le contexte d'un hiver rigoureux et d'une augmentation des prix des matières premières.

Il est important de noter un point commun aux deux enquêtes: les résultats démontrent à nouveau combien la culture énergétique et la situation énergétique propre à chaque Etat membre de l'UE influent sur les réponses des citoyens interrogés.

Deux éléments sociodémographiques de la présente enquête sont à retenir: on constate, à quelques exceptions près, peu de différences entre les réponses des hommes et des femmes. En revanche, les résultats démontrent un réel clivage générationnel tant dans le comportement que dans la perception des problèmes énergétiques.

En matière d'économies d'énergie, les Européens privilégient les mesures sans impact financier.

  • La priorité est accordée aux économies domestiques: diminution de l'éclairage et moindre utilisation des appareils électroménagers (55%), réduction du chauffage ou de la climatisation (43%).
  • Le contexte est défavorable aux mesures coûteuses : isolation de la maison (19%), achat d'une voiture plus écologique (6%).
  • La sensibilité aux économies à réaliser sur la route est à améliorer : moindre utilisation de la voiture (19%), plus grande utilisation des transports publics (14%), et réduction de la vitesse (10%).
  • Le nombre d'Européens qui n'ont en "rien" changé leur comportement pour économiser l'énergie est significatif (14%).

Pour réduire la facture énergétique, les personnes interrogées accordent la priorité aux mesures pratiques.

  • Ils souhaitent pouvoir mesurer quotidiennement leur consommation énergétique grâce au compteur intelligent (47%).
  • Ils sollicitent l'instauration d'une fiscalité incitative (40%).
  • Ils sont en faveur de la mise en concurrence des fournisseurs (36%%).
  • Ils se prononcent pour la transparence et la simplification des factures (23%).

Les Européens veulent rendre obligatoire l'objectif des 20% d'économie d'énergie (80% de "oui").

Les Européens soutiennent la lutte contre la précarité énergétique (81% de "oui")

Les atouts d'un réseau énergétique européen intégré:

  • Il permettrait une diminution du coût de l'énergie (59%).
  • Il favoriserait Une meilleure utilisation des différents types d'énergie (47%).
  • Il rendrait plus sûr l'acheminement de l'énergie (35%).
  • Il augmenterait la capacité de l'UE à négocier des contrats extérieurs (28%)
  • Il contribuerait à une plus grande solidarité entre Etats membres (25%).

Les répondants apportent leur soutien massif à la mise en place d'une Communauté européenne de l'énergie (78% d'"accord").

Consultez:
 
 
 
Sondages d'opinion du Parlement européen

Régulièrement le Parlement européen commande des études sur l'état de l'opinion publique dans les Etats membres.

Par ce suivi, le Parlement européen s'efforce de mieux appréhender les perceptions et les attentes des citoyens sur ses activités et celles de l'Union européenne dans son ensemble. Il s'agit d'une aide précieuse à la préparation, à la décision et à l'évaluation de son travail.

Le lecteur pourra trouver non seulement des informations sur les attitudes des européens vis-à-vis du changement climatique ou de la situation économique actuelle, mais aussi sur ce que les citoyens perçoivent et attentent des élections européennes, du Parlement européen et de l'intégration européenne en général.