Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")
 
Desk research post-EE2014
 
 

Desk research post-EE2014

 

Quelques mois après les élections européennes de 2014, il convient aujourd'hui d’analyser en profondeur les raisons de l’abstention et de la participation.

C’est dans ce cadre que la DG Communication du Parlement européen a commandité un travail de recherche relatif au comportement des votants et des abstentionnistes. Celui-ci est fondé sur l’enquête post-électorale de 2014 menée auprès de 27,331 Européens âgés de plus de 18 ans (16 ans en Autriche). Ce sondage a été mené par TNS Opinion quelques jours après le scrutin, entre le 30 mai et le 27 juin 2014.

L’objectif de cette analyse est d’identifier les profils des abstentionnistes et des votants, de comprendre les raisons sous-jacentes à leur décision de voter ou de s’abstenir, et d’analyser leurs attitudes et opinons à l’égard de l’UE.

L’objectif de cette analyse est d’identifier les profils des abstentionnistes et des votants, de comprendre les raisons sous-jacentes à leur décision de voter ou de s’abstenir, et d’analyser leurs attitudes et opinons à l’égard de l’UE.

Les enseignements suivants peuvent être tirés au niveau européen sur base du moment de la décision de voter ou de s’abstenir, et sur les raisons du vote ou de l’abstention.

A. LES VOTANTS (42,61%)

Le moment de la prise décision de voter :

  • CEUX QUI VOTENT TOUJOURS DE LA MÊME MANIÈRE : 45% (-5 comparé à 2009) des votants déclarent voter toujours de la même manière.
  • SE SONT DÉCIDÉS LONGTEMPS À L’AVANCE : 37% (+3) se sont décidé à voter pour le parti politique ou le candidat qu’ils ont choisi il y a quelques mois ou quelques semaines.
  • SE SONT DÉCIDÉS AU DERNIER MOMENT : 17% (+2) des votants ont décidé de voter pour le parti politique ou le candidat qu’ils ont choisi quelques jours avant les élections ou le jour du scrutin.
  • 1% (=) ne sait pas.

Les raisons du vote :

  • 64% des votants se sont rendus aux urnes pour des raisons civiques. Ces raisons sont principalement citées par ceux qui votent toujours de la même manière.
  • 47% ont décidé de voter pour des raisons liées à l’Union européenne. Ces raisons sont les plus citées parmi ceux qui se sont décidés il y a longtemps, les plus jeunes et les managers.
  • 38% citent des raisons nationales, en particulier parmi ceux qui ont toujours voté de la même manière, les indépendants et les chômeurs.

B. LES ABSTENTIONNISTES (57,39%)

Le moment de la prise décision de s’abstenir

  • NE VOTE JAMAIS : 24% (+2) des abstentionnistes ne votent jamais.
  • SE SONT DECIDÉS LONGTEMPS À L’AVANCE : 31% (-2) ont décidé de s’abstenir dans les mois ou les semaines qui ont précédés le scrutin.
  • SE SONT DECIDÉS AU DERNIER MOMENT : 34% (+2) ont décidé de s’abstenir dans les jours qui précèdent le scrutin, voire le jour même de l’élection.
  • 11% (-2) ne sait pas.

Les raisons de l’abstention :

  • 50% des abstentionnistes n’ont pas voté aux élections européennes pour des raisons de nature politique au sens large. C’est particulièrement le cas parmi les personnes qui ne votent jamais, parmi les 25-39 ans et parmi les personnes qui sont au chômage.
  • 37% évoquent des raisons techniques ou personnelles. Ces raisons sont les plus citées par les abstentionnistes qui ont décidé au dernier moment de ne pas voter, les 18-24 ans, les managers et les étudiants.
  • 25% ont cité des raisons directement liées à l’Union européenne, en particulier ceux qui ont décidé de s’abstenir longtemps à l’avance, par les plus âgés et par les retraités.
  • Seuls 4% citent un manque d’information.
Consultez:
 
 
 
Sondages d'opinion du Parlement européen

Le Parlement européen commande régulièrement des sondages d'opinion dans les vingt-huit États membres.

Ces sondages portent sur un large éventail de sujets, les principaux étant la notoriété du Parlement parmi les citoyens européens, leur perception de l'Union et de ses grands défis, leurs attentes avant les élections européennes, ainsi que le Parlement européen et l'intégration européenne en général.

L'analyse de leurs résultats vise à dégager un aperçu le plus complet possible des évolutions nationales, des spécificités régionales, des variations socio-démographiques et des grandes tendances historiques.