Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")
 
Les grandes évolutions de l'opinion publique européenne à l'égard de l'UE
 
 

Les grandes évolutions de l’opinion publique européenne à l’égard de l’UE (Edition 2015)

 

Cette étude exploratoire porte sur les grandes évolutions de l’opinion publique européenne à l’égard de l’UE depuis 1973, date de création de l’Eurobaromètre.

Présentés sous forme d’une ligne du temps, ces résultats permettent de mesurer la perception que les Européens peuvent avoir de l’UE à travers ses grandes étapes institutionnelles, politiques, économiques et sociales. Ce document est la deuxième édition de l’étude publiée en 2014, mise à jour avec les résultats de l’enquête « Parlemètre 2015 ».

Les principaux enseignements qui se dégagent de cette analyse de l’évolution de l’opinion publique sur plus de quarante ans (de 1973 à 2015) révèlent qu’elle a fait l’objet de mouvements tantôt en hausse tantôt en baisse.


  • Les grandes étapes institutionnelles et politiques de l’UE sont en règle générale l’occasion d’un renforcement des opinions positives à son égard. C’est notamment le cas lors des élargissements et des élections du Parlement européen.
  • Malgré les crises de différente nature, on observe que sur les questions fondamentales liées à l'UE, c'est un attachement certain à l'Europe qui domine toujours.
    1. Depuis 1973, le sentiment que l’appartenance à l’UE est une « bonne chose » demeure largement majoritaire.
    2.  
    3. Le sentiment que son pays a bénéficié de son appartenance à l’UE est resté majoritaire depuis 1983 pour atteindre son niveau le plus élevé en 2015.
    4.  
    5. Le sentiment que ce qui rapproche les citoyens des États membres est plus important que ce qui les sépare reste nettement majoritaire dans l’opinion européenne : c’est le cas en 2008, en 2009, en 2013 et en 2015.
    6. Une majorité d’Européens considèrent encore qu’ils seraient mieux protégés face à la crise si leur pays prenait des mesures coordonnées avec les autres États membres, plutôt que des mesures individuelles. En revanche, ces dernières sont en nette augmentation depuis 2009.
    7. Entre 2009 et 2015, l’UE a toujours été considérée par les Européens comme l’acteur le plus à même d’agir efficacement face aux conséquences de la crise financière et économique.

  • En outre, l’analyse dans le temps démontre la très forte influence du contexte économique et social sur les évolutions de l’opinion publique. C’est particulièrement le cas pour la crise financière et économique de 2008, qui a vu diminuer significativement les indicateurs de soutien à l’UE, bien qu'ils soient à nouveau en augmentation ces deux dernières années.
    1. Depuis l’automne 2008, la situation de l’économie européenne est jugée « mauvaise » par les Européens, même si on note une amélioration de l'indicateur positif depuis 2013 et une amélioration progressive des attentes des Européens pour les douze prochains mois.
    2.  
    3. La confiance dans l’UE et ses institutions s’est dégradée à partir du printemps 2010. On constate toutefois une amélioration depuis les élections de mai 2014.
    4.  
    5. À partir de l’automne 2011 l'image de l'UE a connu une baisse significative lors de l'apparition d'une nouvelle dimension de la crise, celle de la dette publique des États membres. En revanche depuis l’automne 2013, cette image a regagné du terrain, en progressant régulièrement.

NB: Il est à noter que l’analyse se base sur la moyenne européenne des États membres qui constituaient l’UE au moment où les différentes enquêtes ont été réalisées. Cette moyenne est pondérée afin de refléter la population de chacun des États membres. Le lecteur doit tenir en compte que dans l’UE28 d’aujourd’hui, les six pays les plus peuplés représentent 70% de la moyenne européenne.

Consultez:
 
 
 
Sondages d'opinion du Parlement européen

Le Parlement européen commande régulièrement des sondages d'opinion dans les vingt-huit États membres.

Ces sondages portent sur un large éventail de sujets, les principaux étant la notoriété du Parlement parmi les citoyens européens, leur perception de l'Union et de ses grands défis, leurs attentes avant les élections européennes, ainsi que le Parlement européen et l'intégration européenne en général.

L'analyse de leurs résultats vise à dégager un aperçu le plus complet possible des évolutions nationales, des spécificités régionales, des variations socio-démographiques et des grandes tendances historiques.