Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")
 
Les Européens en 2016 : perceptions et attentes, lutte contre le terrorisme et la radicalisation
 
 

Les Européens en 2016: perceptions et attentes, lutte contre le terrorisme et la radicalisation

 

Cet Eurobaromètre spécial du Parlement européen a été réalisé dans les 28 États membres de l'Union européenne, du 9 au 18 avril 2016 par TNS opinion.

Il est consacré aux perceptions et aux attentes des Européens vis-à-vis de l’action de l’UE ainsi qu’à la lutte contre le terrorisme et la radicalisation, et à la clause de défense mutuelle.

Il est publié peu de temps après que les Britanniques se soient prononcés pour le retrait de l’Union européenne.

Des attentes fortes vis-à-vis de l’action de l’UE


  • Indépendamment des connaissances que les Européens ont des compétences de l'UE, il est apparu intéressant de les interroger sur leur perception de l’action européenne dans un certain nombre de domaines et sur ce qu'ils attendent d'elle.

    Dans la grande majorité des quinze domaines qui leur ont été soumis, les Européens jugent que l'action de l'UE est largement insuffisante et se prononcent à une majorité écrasante en faveur d’une intervention européenne plus importante qu’actuellement dans ces mêmes domaines.
  • Ainsi, sur la question migratoire, par exemple, 66% des répondants pensent que l’action de l’UE est insuffisante, et 74% en attendent une intervention plus importante. Ou encore, sur la protection des frontières extérieures, 61% pensent que l’action de l’UE est insuffisante, et 71% en attendent une intervention plus importante.
  • Ces résultats globaux sont toutefois à relativiser. En effet, pour les politiques testées, les divergences nationales sont importantes. Ainsi, pour reprendre les politiques mentionnées, les écarts nationaux atteignent 34 points de pourcentage sur la question migratoire, et 39 points sur la question de la protection des frontières extérieures.

Près de trois quart des Européens pensent que ce qui les rapproche est plus important que ce qui les sépare


  • Soit 74% des répondants, contre 19% d'entre eux qui ne sont pas d’accord avec cette affirmation. Ce résultat progresse dans 22 États membres, et dépasse les 80% dans 12 États membres.

Lutte contre le terrorisme et la radicalisation : forte implication des répondants

  • Le risque d’attentat terroriste est considéré comme élevé pour 40% des répondants dans l’UE, moyen pour 47% et faible pour 11% des répondants. Une majorité absolue des répondants français, britanniques et belges considèrent que le risque d’attentat est élevé dans leur pays.
  • Le niveau mondial semble le plus approprié pour combattre efficacement la menace terroriste. Les Européens sont 38% à le penser, pour 23% au niveau européen, 21% au niveau national, et 6% au niveau local ou régional. Pour 10%, ce sont tous les niveaux en même temps.
  • Pour les Européens, les 3 mesures les plus urgentes pour lutter contre le terrorisme sont la lutte contre le financement des groupes terroristes (42%), la lutte contre les racines du terrorisme et de la radicalisation (41%), le renforcement du contrôle des frontières extérieures de l’UE (39%).
  • Quant aux mesures à prendre pour lutter contre la radicalisation et le recrutement des citoyens de l’UE par des organisations terroristes, la lutte contre l’exclusion sociale et la pauvreté représente la mesure la plus urgente aux yeux des Européens (39%). C’est la mesure la plus citée dans 23 États membres. La lutte contre les sites radicaux et la suppression de contenus illégaux sur Internet et les réseaux sociaux en ligne est citée ensuite (35%), ainsi que les campagnes de communication pour sensibiliser les plus jeunes et les plus vulnérables aux risques de radicalisation (32%).

La clause de défense mutuelle


  • Si la clause de défense mutuelle est méconnue du grand public, une fois expliquée, elle en recueille un large soutien. En effet, l’enquête montre que seuls 31% des Européens en ont déjà entendu parler. En revanche, une nette majorité d’Européens (85%) soutiennent cette disposition après en avoir reçu une définition.
 
 
 
Sondages d'opinion du Parlement européen

Le Parlement européen commande régulièrement des sondages d'opinion dans les vingt-huit États membres.

Ces sondages portent sur un large éventail de sujets, les principaux étant la notoriété du Parlement parmi les citoyens européens, leur perception de l'Union et de ses grands défis, leurs attentes avant les élections européennes, ainsi que le Parlement européen et l'intégration européenne en général.

L'analyse de leurs résultats vise à dégager un aperçu le plus complet possible des évolutions nationales, des spécificités régionales, des variations socio-démographiques et des grandes tendances historiques.