Ga naar de inhoud

Cookiebeleid van het Bureau van het Europees Parlement in België:

wij gebruiken cookies om de gebruiksvriendelijkheid van onze site te verbeteren. Wij gebruiken ze niet om persoonlijke gegevens te verzamelen, maar alleen voor statistische doeleinden (door middel van Google Analytics).

Akkoord
 
 
 
06/06/2018

Euroscola: les 5 nouveaux lauréats belges veulent débattre de l’immigration

Encourager des politiques plus humaines en matière d’immigration au sein de l’Union européenne. Voici ce que souhaitent les cinq écoles belges sélectionnées pour les sessions Euroscola d’octobre à décembre 2018.

L’Institut Don Bosco à Woluwe-Saint-Pierre, l’Institut Saint-François à Ath, l’Institut du Sacré-Cœur de Vielsalm, l’Institut Saint-André à Charleroi et Go ! Atheneum Unesco Koekelberg sont les cinq établissements scolaires belges lauréats du concours Euroscola pour les sessions d’octobre à décembre 2018. Chacune des écoles participera à une simulation d’une séance plénière au Parlement européen à Strasbourg. L’occasion pour les élèves, âgés de 16 à 18 ans, de se glisser dans la peau d’un eurodéputé le temps d’une journée. Les jeunes Belges pourront alors débattre et confronter leurs idées avec d’autres étudiants venus des 28 États membres de l’Union.  

La participation belge à cette édition du concours Euroscola comporte une singularité. En effet, alors que certains préfèrent débattre du Brexit, ou d’autres des problématiques environnementales, nos concitoyens ont, cette fois-ci, tous choisi d’aborder la question de l’immigration. Dans les clips vidéo envoyés pour la sélection du concours, chacun à sa manière exprime son inquiétude ou son indignation concernant les mesures prises à l’encontre des migrants en Europe. « Pourquoi devrions-nous avoir peur des gens qui nous demandent de l’aide ?  », s’interrogent les élèves de Koekelberg. Pour l’Institut Don Bosco, l’Union européenne devrait appliquer une politique plus humaine dans le domaine des migrations. À Charleroi, les jeunes de l’Institut Saint-André rappellent qu’il existe des solutions simples comme informer la population afin de faire taire les préjugés, ou prôner davantage l’ouverture à la multiculturalité.

Cette fin d’année 2018 profitera donc aux cinq lauréats dont l’ambition est de rappeler aux membres de l’Union que l’Europe a une devise : celle de citoyens unis dans la diversité.