Procédure : 2016/2003(IMM)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : A8-0180/2016

Textes déposés :

A8-0180/2016

Débats :

Votes :

PV 26/05/2016 - 6.4
Explications de votes

Textes adoptés :

P8_TA(2016)0231

RAPPORT     
PDF 255kWORD 67k
23.5.2016
PE 580.588v02-00 A8-0180/2016

sur la demande de levée de l'immunité de Gianluca Buonanno

(2016/2003(IMM))

Commission des affaires juridiques

Rapporteure: Evelyn Regner

PROPOSITION DE DÉCISION DU PARLEMENT EUROPÉEN
 RÉSULTAT DU VOTE FINALEN COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND

PROPOSITION DE DÉCISION DU PARLEMENT EUROPÉEN

sur la demande de levée de l'immunité de Gianluca Buonanno

(2016/2003(IMM))

Le Parlement européen,

–  vu la demande d'autorisation visant à obtenir des données relatives au trafic téléphonique d'un numéro utilisé par Gianluca Buonanno auprès de compagnies téléphoniques, communiquée le 20 novembre 2015 par le substitut du procureur du tribunal de Vercelli (Italie) et annoncée en plénière le 14 décembre 2015, dans le cadre de poursuites pénales engagées devant le tribunal de Vercelli à la demande de Gianluca Buonanno en rapport avec des menaces téléphoniques qu'il affirme avoir reçues d'un correspondant anonyme sur son numéro de téléphone portable le 14 avril 2015 ((Ref. n° 2890/15 R.G.N.R. mod. 44),

–  ayant entendu Gianluca Buonanno, conformément à l'article 9, paragraphe 5, de son règlement,

–  vu l'article 9 du protocole nº 7 sur les privilèges et immunités de l'Union européenne ainsi que l'article 6, paragraphe 2, de l'acte portant élection des membres du Parlement européen au suffrage universel direct, du 20 septembre 1976,

–  vu les arrêts rendus par la Cour de justice de l'Union européenne les 12 mai 1964, 10 juillet 1986, 15 et 21 octobre 2008, 19 mars 2010, 6 septembre 2011 et 17 janvier 2013(1),

–  vu l'article 68 de la Constitution de la République italienne,

–  vu l'article 4 de la loi n° 140 du 20 juin 2003 portant dispositions d'application de l'article 68 de la constitution et concernant les poursuites engagées à l'encontre des personnes occupant les plus hauts postes de l’État(2),

–  vu l'article 5, paragraphe 2, l'article 6, paragraphe 1, et l'article 9 de son règlement,

–  vu le rapport de la commission des affaires juridiques (A8-0180/2016),

A.  considérant que le substitut du procureur du tribunal de Vercelli a transmis une demande d'autorisation visant à obtenir, auprès de compagnies téléphoniques, des données concernant des enregistrements pour un numéro utilisé par un député au Parlement européen élu en Italie, Gianluca Buonanno, en rapport avec des poursuites pénales engagées devant le tribunal de Vercelli à la demande de ce député et relatives à des menaces téléphoniques qu'il affirme avoir reçues d'un correspondant anonyme sur son numéro de téléphone portable le 14 avril 2015;

B.  considérant que l'article 9 du protocole nº 7 sur les privilèges et immunités de l'Union européenne dispose que les membres du Parlement européen bénéficient, sur le territoire de leur propre État membre, des immunités reconnues aux membres du parlement de leur État membre;

C.  considérant que l'article 68 de la Constitution de la république italienne dispose que sans l'autorisation de la chambre à laquelle il appartient, aucun membre du Parlement ne peut être soumis à une fouille personnelle ou à une perquisition domiciliaire; qu'il ne peut être arrêté ou autrement privé de sa liberté personnelle, ou maintenu en détention, sauf dans le cas de l'exécution d'une condamnation devenue définitive ou en cas de flagrant délit si l'arrestation est prévue par la loi; une autorisation est également requise pour écouter les conversations ou les communications d'un député, quelques formes qu'elles revêtent, ou pour procéder à la saisie de sa correspondance;

D.  considérant que l'article 4 de la loi n° 140 du 20 juin 2003 portant dispositions d'application de l'article 68 de la constitution et relative à la poursuite des personnes occupant les plus hauts postes de l'État dispose, notamment, que lorsqu'il est nécessaire d'obtenir des données concernant les communications téléphoniques d'un député, l'autorité compétente doit en demander l'autorisation à la chambre dont est membre cette personne;

E.  considérant que la demande de levée de l'immunité de Gianluca Buonanno porte sur l'accès, par les autorités chargées de l'enquête, aux relevés d'appels téléphoniques correspondant au numéro de téléphone portable du député à la date à laquelle il affirme avoir reçu des menaces par téléphone;

F.  considérant que dans sa demande de levée de l'immunité, le substitut du procureur du tribunal de Vercelli reconnaît qu'il est impossible de dire si ce privilège parlementaire s'applique également aux cas où le député est la victime présumée d'un délit; considérant qu'il en conclut, sans préjudice de ce qui précède, que la meilleure interprétation de la législation nationale consiste à appliquer ce privilège aux députés quel que soit leur statut procédural; considérant toutefois qu'il ne fait mention d'aucune jurisprudence nationale pour étayer sa conclusion;

G.  considérant qu'il n'appartient pas au Parlement européen d'interpréter les règles nationales applicables aux privilèges et immunités des députés; considérant qu'il semble cependant pertinent de rappeler que l'objectif de l'article 9 du protocole n° 7 sur les privilèges et immunités de l'Union européenne est d'assurer avant tout l'indépendance des députés en veillant à ce qu'ils soient dégagés de toute pression, prenant la forme de menaces d'arrestation ou de poursuites judiciaires, lorsqu'ils siègent pendant les séances du Parlement européen; considérant qu'en l'espèce, il est incontestable qu'aucune pression ne s'exerce sur le député concerné puisque les poursuites portent sur des allégations de menaces portées par le député lui-même en tant que victime de menaces téléphoniques;

H.  considérant, à la lumière de ce qui précède, qu'il semble que le substitut du procureur du tribunal de Vercelli n'avait pas lieu de demander l'autorisation du Parlement européen pour obtenir l'accès aux données concernant les communications téléphoniques de Gianluca Buonanno le 14 avril 2015;

I.  considérant toutefois qu'il semble opportun, dans un souci de sécurité juridique, d'accéder à titre préventif à la demande d'autorisation transmise par le substitut du procureur du tribunal de Vercelli;

1.  décide de lever l'immunité de Gianluca Buonanno;

2.  charge son Président de transmettre immédiatement la présente décision et le rapport de sa commission compétente au substitut du procureur du tribunal de Vercelli ainsi qu'à Gianluca Buonanno.

(1)

(Arrêt de la Cour de justice du 12 mai 1964, Wagner/Fohrmann et Krier, 101/63, ECLI:EU:C:1964:28; arrêt de la Cour de justice du 10 juillet 1986, Wybot/Faure et autres, 149/85, ECLI:EU:C:1986:310; arrêt du Tribunal du 15 octobre 2008, Mote/Parlement, T-345/05, ECLI:EU:T:2008:440; arrêt de la Cour de justice du 21 octobre 2008, Marra/De Gregorio et Clemente, C-G6700/07 et C-201/07, ECLI:EU:C:2008:579; arrêt du Tribunal du 19 mars 2010, Gollnisch/Parlement, T-42/06, ECLI:EU:T:2010:102; arrêt de la Cour de justice du 6 septembre 2011, Patriciello, C-163/10, ECLI: EU:C:2011:543; arrêt du Tribunal du 17 janvier 2013, Gollnisch/Parlement, T-346/11 et T-347/11, ECLI:EU:T:2013:23.)

(2)

Legge n. 140, disposizioni per l’attuazione dell’articolo 68 della Costituzione nonché in materia di processi penali nei confronti delle alte cariche dello Stato, of 20 June 2003 (GURI No 142, of 21 June 2003).


RÉSULTAT DU VOTE FINALEN COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND

Date de l'adoption

23.5.2016

 

 

 

Résultat du vote final

+:

–:

0:

9

0

0

Membres présents au moment du vote final

Marie-Christine Boutonnet, Jean-Marie Cavada, Kostas Chrysogonos, Mady Delvaux, Dietmar Köster, Gilles Lebreton, Evelyn Regner, Pavel Svoboda, Tadeusz Zwiefka

Avis juridique