Procédure : 2016/0204(APP)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : A8-0177/2017

Textes déposés :

A8-0177/2017

Débats :

PV 31/05/2017 - 18
CRE 31/05/2017 - 18

Votes :

PV 01/06/2017 - 7.7
PV 01/06/2017 - 7.8
Explications de votes

Textes adoptés :

P8_TA(2017)0238

RECOMMANDATION     ***
PDF 468kWORD 57k
3.5.2017
PE 601.223v02-00 A8-0177/2017

sur le projet de décision du Conseil établissant un cadre pluriannuel pour l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne pour la période 2018-2022

(14423/2016 – C8-0528/2016 – 2016/0204(APP))

Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures

Rapporteure: Angelika Mlinar

PROJET DE RÉSOLUTION LÉGISLATIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN
 EXPOSÉ DES MOTIFS
 PROCÉDURE DE LA COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND
 VOTE FINAL PAR APPEL NOMINALEN COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND

PROJET DE RÉSOLUTION LÉGISLATIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN

sur le projet de décision du Conseil établissant un cadre pluriannuel pour l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne pour la période 2018-2022

(14423/2016 – C8-0528/2016 – 2016/0204(APP))

(Procédure législative spéciale – approbation)

Le Parlement européen,

–  vu le projet de décision du Conseil (14423/2016),

–  vu la demande d’approbation présentée par le Conseil conformément à l’article 352 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (C8-0528/2016),

–  vu l’article 99, paragraphes 1 et 4, de son règlement,

–  vu la recommandation de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (A8-0177/2017),

1.  donne son approbation au projet de décision du Conseil;

2.  charge son Président de transmettre la position du Parlement au Conseil et à la Commission ainsi qu’aux parlements nationaux.


EXPOSÉ DES MOTIFS

Le 15 février 2007, le Conseil a adopté le règlement (CE) n° 168/2007 portant création d’une Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne. L’Agence a pour objectif de fournir aux institutions, organes, organismes et agences compétents de l’Union et à ses États membres, lorsqu’ils mettent en œuvre le droit de l’Union, une assistance et des compétences en matière de droits fondamentaux, afin de les aider à respecter pleinement ces derniers lorsque, dans leurs domaines de compétence respectifs, ils prennent des mesures ou définissent des actions. Les tâches confiées à l’Agence concernent la collecte et l’analyse d’informations et de données; la fourniture de conseils par le biais de rapports et d’avis; ainsi que la coopération avec la société civile et la sensibilisation du public aux droits fondamentaux.

Cadre pluriannuel

Les domaines thématiques sur lesquels porte l’action de l’Agence sont définis sur la base d’un cadre pluriannuel de cinq ans. L’Agence exécute ses tâches dans les limites des domaines thématiques qui y sont définis. Les programmes de travail de l’Agence sont adoptés chaque année par son conseil d’administration dans les limites des domaines thématiques définis sur la base du cadre pluriannuel, après avis de la Commission. Sur demande du Parlement européen, du Conseil ou de la Commission présentée en vertu de l’article 4, paragraphe 1, points c) et d), du règlement, les tâches exécutées par l’Agence peuvent sortir du champ de ces domaines thématiques, pour autant que ses ressources financières et humaines le permettent.

Le cadre pluriannuel actuellement en vigueur (2013-2017) expire à la fin de l’année 2017.

Le 5 juillet 2016, la Commission a présenté au Conseil une proposition de décision du Conseil établissant un cadre pluriannuel pour l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne pour la période 2018-2022.

Le 19 décembre 2016, le Conseil a décidé de demander au Parlement d’approuver son projet de décision.

Domaines thématiques

Conformément à l’article 5, paragraphe 1, du règlement portant création de l’Agence, la Commission, lorsqu’elle élabore sa proposition relative à un nouveau cadre pluriannuel, consulte le conseil d’administration de l’Agence.

Les recommandations du conseil d’administration en vue de la révision du cadre pluriannuel actuel se sont fondées sur l’expérience institutionnelle de l’Agence depuis sa création en 2007, sur la base des demandes et évaluations émanant des parties intéressées, de l’exécution des projets du cadre pluriannuel et des résultats et effets produits. Une consultation ciblée des parties intéressées a été menée en ligne en septembre 2015.

Les domaines thématiques recensés par le conseil d’administration correspondent à ceux proposés par la Commission pour le cadre pluriannuel pour la période 2018-2022:

·l’accès à la justice et les victimes de la criminalité;

·l’égalité et la non-discrimination;

·la société de l’information et, en particulier, le respect de la vie privée et la protection des données à caractère personnel;

·la coopération judiciaire et policière;

·la migration, les frontières, l’asile et l’intégration des réfugiés et des migrants;

·le racisme, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée;

·les droits de l’enfant;

·l’intégration des Roms et leur inclusion sociale.

Le Conseil, dans son projet de décision, propose les domaines thématiques suivants:

·les victimes de la criminalité et l’accès à la justice;

·l’égalité et la discrimination fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, les origines ethniques ou sociales, les caractéristiques génétiques, la langue, la religion ou les convictions, les opinions politiques ou toute autre opinion, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle, ou fondée sur la nationalité;

·la société de l’information et, en particulier, le respect de la vie privée et la protection des données à caractère personnel;

·la coopération judiciaire, excepté en matière pénale;

·la migration, les frontières, l’asile et l’intégration des réfugiés et des migrants;

·le racisme, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée;

·les droits de l’enfant;

·l’intégration et l’inclusion sociale des Roms.

Votre rapporteure estime qu’il est indispensable que l’Agence, dans le domaine thématique de l’intégration et de l’inclusion sociale des Roms, se concentre avant tout sur l’antitsiganisme, racisme à l’encontre des Roms qui est la cause principale des discriminations et de la marginalisation qu’ils subissent.

Votre rapporteure déplore fortement l’absence d’accord au sein du Conseil concernant l’inclusion dans le nouveau cadre pluriannuel des domaines thématiques que sont la coopération policière et la coopération judiciaire en matière pénale.

En effet, inclure ces domaines thématiques dans le cadre pluriannuel non seulement reflèterait les besoins sur le terrain, mais encore permettrait à l’Agence de fournir une analyse approfondie, de sa propre initiative, de domaines qui sont, de toute évidence, pertinents pour les droits fondamentaux.

Cela permettrait également de montrer que l’Union européenne s’intéresse aux aspects de la coopération policière et judiciaire, y compris en matière pénale, liés aux droits de l’homme. Tant les citoyens que la communauté des droits de l’homme souhaitent que l’Union accorde une attention particulière à ces domaines, et leurs attentes en la matière ne font aucun doute, comme l’ont montré les résultats de la consultation des parties prenantes menée par l’Agence.

En l’absence d’un nouveau cadre pluriannuel d’ici le début de l’année 2018 au plus tard, l’Agence ne pourra s’acquitter de ses tâches que sur demande spécifique d’une institution, et non de sa propre initiative.

Votre rapporteure considère que l’un des aspects fondamentaux de l’activité de l’Agence est d’émettre des avis concernant le respect des droits fondamentaux dans le domaine du droit de l’Union et que, pour ce faire, cette activité ne doit pas subir d’interruption.

Dès lors, votre rapporteure recommande que le Parlement donne son approbation, à condition que tant la Commission que le Conseil s’engagent à envisager sérieusement de modifier le règlement (CE) n° 168/2007 portant création d’une Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne en vue:

1.  de remplacer toute référence à «la Communauté européenne» par une référence à «l’Union européenne», conformément au traité de Lisbonne;

2.  d’élargir les compétences de l’Agence pour y inclure les questions relevant de l’ancien troisième pilier (coopération policière);

3.  d’améliorer les procédures en matière de gouvernance et de fonctionnement de l’Agence.

Le Conseil et la Commission ont été invités à annexer une déclaration en ce sens à la décision du Conseil.


PROCÉDURE DE LA COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND

Titre

Cadre pluriannuel pour l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne pour la période 2018-2022

Références

14423/2016 – C8-0528/2016 – COM(2016)04422016/0204(APP)

Date de consultation / demande d’approbation

20.12.2016

 

 

 

Commission compétente au fond

       Date de l’annonce en séance

LIBE

16.1.2017

 

 

 

Commissions saisies pour avis

       Date de l’annonce en séance

AFET

16.1.2017

BUDG

16.1.2017

FEMM

16.1.2017

 

Avis non émis

       Date de la décision

AFET

30.1.2017

BUDG

31.8.2016

FEMM

1.9.2016

 

Rapporteurs

       Date de la nomination

Angelika Mlinar

14.11.2016

 

 

 

Examen en commission

31.1.2017

12.4.2017

25.4.2017

 

Date de l’adoption

25.4.2017

 

 

 

Résultat du vote final

+:

–:

0:

47

4

0

Membres présents au moment du vote final

Jan Philipp Albrecht, Heinz K. Becker, Malin Björk, Michał Boni, Agustín Díaz de Mera García Consuegra, Cornelia Ernst, Tanja Fajon, Raymond Finch, Monika Flašíková Beňová, Nathalie Griesbeck, Sylvie Guillaume, Jussi Halla-aho, Filiz Hyusmenova, Sophia in ‘t Veld, Eva Joly, Dietmar Köster, Cécile Kashetu Kyenge, Marju Lauristin, Monica Macovei, Roberta Metsola, Alessandra Mussolini, József Nagy, Péter Niedermüller, Soraya Post, Birgit Sippel, Branislav Škripek, Csaba Sógor, Helga Stevens, Traian Ungureanu, Bodil Valero, Marie-Christine Vergiat, Udo Voigt, Josef Weidenholzer, Kristina Winberg, Tomáš Zdechovský, Auke Zijlstra

Suppléants présents au moment du vote final

Pál Csáky, Maria Grapini, Jeroen Lenaers, Angelika Mlinar, Morten Helveg Petersen, Salvatore Domenico Pogliese, Emil Radev, Barbara Spinelli, Axel Voss

Suppléants (art. 200, par. 2) présents au moment du vote final

Karoline Graswander-Hainz, Stefano Maullu, Momchil Nekov, Dariusz Rosati, Marco Valli, Julie Ward

Date du dépôt

2.5.2017


VOTE FINAL PAR APPEL NOMINALEN COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND

47

+

ALDE

Nathalie Griesbeck, Filiz Hyusmenova, Angelika Mlinar, Morten Helveg Petersen, Sophia in 't Veld

ECR

Jussi Halla-aho, Monica Macovei, Helga Stevens, Branislav Škripek

EFDD

Marco Valli

GUE/NGL

Malin Björk, Cornelia Ernst, Barbara Spinelli, Marie-Christine Vergiat

PPE

Heinz K. Becker, Michał Boni, Pál Csáky, Agustín Díaz de Mera García Consuegra, Jeroen Lenaers, Stefano Maullu, Roberta Metsola, Alessandra Mussolini, József Nagy, Salvatore Domenico Pogliese, Emil Radev, Dariusz Rosati, Csaba Sógor, Traian Ungureanu, Axel Voss, Tomáš Zdechovský

S&D

Tanja Fajon, Monika Flašíková Beňová, Maria Grapini, Karoline Graswander-Hainz, Sylvie Guillaume, Cécile Kashetu Kyenge, Dietmar Köster, Marju Lauristin, Momchil Nekov, Péter Niedermüller, Soraya Post, Birgit Sippel, Julie Ward, Josef Weidenholzer

Verts/ALE

Jan Philipp Albrecht, Eva Joly, Bodil Valero

4

-

EFDD

Raymond Finch, Kristina Winberg

ENF

Auke Zijlstra

NI

Udo Voigt

0

0

 

 

Légende des signes utilisés:

+  :  pour

-  :  contre

0  :  abstention

Avis juridique