Procédure : 2016/2271(INI)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : A8-0183/2017

Textes déposés :

A8-0183/2017

Débats :

PV 31/05/2017 - 20
CRE 31/05/2017 - 20

Votes :

PV 01/06/2017 - 7.9
Explications de votes

Textes adoptés :

P8_TA(2017)0240

RAPPORT     
PDF 683kWORD 106k
10.5.2017
PE 595.761v02-00 A8-0183/2017

sur le passage au numérique des entreprises européennes

(2016/2271(INI))

Commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie

Rapporteur: Reinhard Bütikofer

AMENDEMENTS
PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN
 EXPOSÉ DES MOTIFS
 AVIS de la commission de l’emploi et des affaires sociales
 AVIS de la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs
 AVIS de la commission des transports et du tourisme
 AVIS de la commission de la culture et de l’éducation
 INFORMATIONS SUR L’ADOPTIONPAR LA COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND
 VOTE FINAL PAR APPEL NOMINALEN COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND

PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN

sur le passage au numérique des entreprises européennes

(2016/2271(INI))

Le Parlement européen,

–  vu l’article 173 (titre XVII) du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne ci-après, «traité FUE»), qui porte sur la politique industrielle de l’Union et fait notamment référence à la compétitivité de l’industrie de l’Union,

–  vu les articles 9, 11 et 16 du traité FUE,

  vu le protocole nº 1 du traité FUE sur le rôle des parlements nationaux dans l’Union européenne,

  vu le protocole nº 2 du traité FUE sur l’application des principes de subsidiarité et de proportionnalité,

–  vu la communication de la Commission du 19 avril 2016 intitulée «Passage au numérique des entreprises européennes – Tirer tous les avantages du marché unique numérique» (COM(2016)0180),

–  vu la communication de la Commission du 19 avril 2016 intitulée «Initiative européenne sur l’informatique en nuage – Bâtir une économie compétitive des données et de la connaissance en Europe» (COM(2016)0178),

–  vu la communication de la Commission du 19 avril 2016 intitulée «Priorité pour la normalisation en matière de TIC dans le marché unique numérique» (COM(2016)0176),

–  vu le document de travail des services de la Commission du 19 avril 2016 intitulé «Quantum technologies» (Technologies quantiques) (SWD(2016)0107),

–  vu le document de travail des services de la Commission du 19 avril 2016 intitulé «Advancing the Internet of Things in Europe» (Développer l’internet des objets en Europe) (SWD(2016)0110),

–  vu la communication de la Commission du 2 juillet 2014 intitulée «Vers une économie de la donnée prospère» (COM(2014)0442),

–  vu sa résolution du 19 janvier 2016 intitulée «Vers un acte sur le marché unique numérique»(1),

–  vu sa résolution du 9 mars 2011 sur une politique industrielle à l’ère de la mondialisation(2),

–  vu sa résolution du 16 juin 2010 sur la stratégie Europe 2020(3),

–  vu sa résolution du 15 juin 2010 sur la politique communautaire de l’innovation dans un monde en mutation(4),

–  vu la communication de la Commission du 28 octobre 2010 intitulée «Une politique industrielle intégrée à l’ère de la mondialisation – Mettre la compétitivité et le développement durable sur le devant de la scène» (COM(2010)0614),

–  vu la communication de la Commission du 3 mars 2010 intitulée «Europe 2020 – Une stratégie pour une croissance intelligente, durable et inclusive» (COM(2010)2020),

–  vu la communication de la Commission du 6 octobre 2010 intitulée «Initiative phare Europe 2020: une Union de l’innovation» (COM(2010)0546),

–  vu la communication de la Commission du 4 juillet 2007 intitulée «Examen à mi-parcours de la politique industrielle - Contribution à la stratégie pour la croissance et l’emploi de l’Union européenne» (COM(2007)0374),

–  vu la communication de la Commission du 6 mai 2015 intitulée «Stratégie pour un marché unique numérique en Europe» (COM(2015)0192), et le document de travail des services de la Commission qui l’accompagne (SWD(2015)0100),

–  vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil du 11 septembre 2013 établissant des mesures relatives au marché unique européen des communications électroniques et visant à faire de l’Europe un continent connecté, et modifiant les directives 2002/20/CE, 2002/21/CE et 2002/22/CE ainsi que les règlements (CE) nº 1211/2009 et (UE) nº 531/2012 (COM(2013)0627),

–  vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil du 26 mars 2013 relatif à des mesures visant à réduire le coût du déploiement de réseaux de communications électroniques à haut débit (COM(2013)0147),

–  vu la proposition de directive du Parlement européen et du Conseil du 7 février 2013 concernant des mesures destinées à assurer un niveau élevé commun de sécurité des réseaux et de l’information dans l’Union (COM(2013)0048),

–  vu la communication de la Commission du 10 octobre 2012, intitulée «Une industrie européenne plus forte au service de la croissance et de la relance économique» (COM(2012)0582),

–  vu la communication de la Commission du 22 janvier 2014, intitulée «Pour une renaissance industrielle européenne» (COM(2014)0014),

–  vu la communication de la Commission du 3 octobre 2012, intitulée «L’Acte pour le marché unique II – Ensemble pour une nouvelle croissance» (COM(2012)0573),

–  vu la communication de la Commission du 13 avril 2011 au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions, intitulée «L’Acte pour le marché unique – Douze leviers pour stimuler la croissance et renforcer la confiance» (COM(2011)0206),

–  vu la communication de la Commission du 27 avril 2010 au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions, intitulée «Vers un Acte pour le marché unique – Pour une économie sociale de marché hautement compétitive – 50 propositions pour mieux travailler, entreprendre et échanger ensemble» (COM(2010)0608),

  vu la communication de la Commission du 10 janvier 2017 au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions, intitulée «Créer une économie européenne fondée sur les données» (COM(2017)0009),

–  vu sa résolution du 15 janvier 2014 intitulée «Réindustrialiser l’Europe pour promouvoir la compétitivité et la durabilité»(5),

–  vu sa résolution du 10 décembre 2013 sur l’exploitation du potentiel de l’informatique en nuage en Europe(6),

–  vu sa résolution du 12 septembre 2013 sur la stratégie numérique pour la croissance, la mobilité et l’emploi: il est temps de passer à la vitesse supérieure(7),

–  vu sa résolution du 12 juin 2012 sur la protection des infrastructures d’information critiques – Réalisations et prochaines étapes: vers une cybersécurité mondiale(8),

  vu sa résolution du 13 décembre 2016 sur une politique communautaire cohérente pour les secteurs de la culture et de la création(9),

–  vu sa résolution du 5 mai 2010 sur un nouvel agenda numérique pour l’Europe: 2015.eu(10),

–  vu sa résolution du 15 juin 2010 sur l’internet des objets(11),

  vu l’avis du 14 juillet 2016 du Comité économique et social européen sur le thème «Industrie 4.0 et transformation numérique: voie à suivre»,

–  vu l’article 52 de son règlement,

–  vu le rapport de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie et les avis de la commission de l’emploi et des affaires sociales, de la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs, de la commission des transports et du tourisme et de la commission de la culture et de l’éducation (A8-0183/2017),

A.  considérant que des efforts considérables, concrétisés par des politiques, des actions et des mesures d’incitation visant à réindustrialiser l’Union et ses États membres, doivent être poursuivis dans l’objectif de combiner la compétitivité et la durabilité, la création d’emplois de qualité et l’inclusion; qu’il convient de rappeler l’objectif de l’Union visant à porter à 20 % la part du PIB imputable à l’industrie à l’horizon 2020, ce qui nécessite obligatoirement la prise en compte de la transformation structurelle du secteur industriel du fait du bouleversement numérique et de l’émergence de nouveaux modèles d’entreprises;

B.  considérant que l’industrie, qui constitue la base de l’économie et de la richesse de l’Europe, est confrontée à des défis majeurs liés à la rapidité de la mondialisation et des tendances de l’innovation;

C.  considérant que le passage au numérique de la production industrielle contribue à l’amélioration de la résilience, de l’utilisation efficace de l’énergie et des ressources, ainsi que de la durabilité de l’innovation et de la compétitivité de nos économies, ce qui transforme par conséquent les modèles d’entreprise, la production, les produits, les processus et la création de valeur et a des effets notables sur l’équilibre entre les opportunités et les défis pour les entreprises et les travailleurs européens;

D.  considérant que l’Europe dispose d’une base solide lui permettant d’occuper une place prépondérante en matière de passage au numérique, en raison de son héritage industriel, de son réseau de secteurs et de chaînes de valeur industriels, de ses atouts en matière d’innovation, de son investissement public stratégique dans la R-D, de la disponibilité des investissements privés, de son administration efficace, de sa main-d’œuvre qualifiée et de la façon dont elle a intégré le développement industriel aux défis de société, ainsi que du fait qu’il existe plus de 30 initiatives nationales et régionales pour le passage au numérique des entreprises; que nous pouvons saisir une occasion de renforcer l’industrie européenne si nous parvenons à construire des chaînes de valeur entièrement intégrées pour les produits industriels et les offres groupées de produits et de services qui sont améliorés grâce au numérique;

E.  considérant que la 5G transformera nos économies en profondeur, ce qui placera le passage au numérique au cœur du développement industriel et des services sociaux;

F.  considérant qu’il est fondamental pour la réussite de la stratégie industrielle européenne de créer un marché unique numérique qui soutienne la croissance et l'emploi d’une façon socialement responsable;

G.  qu’une stratégie bien conçue et technologiquement neutre pour le passage au numérique de la production industrielle, qui relie de manière croissante les personnes aux machines ainsi que les services transfrontaliers dans l’ensemble la chaîne de valeur mondiale, constitue une étape importante pour accroître la résilience, la durabilité et la compétitivité de notre économie et pour créer de nouveaux emplois;

H.  considérant que le passage au numérique devrait exploiter le potentiel d’une utilisation plus efficace des ressources, de l’énergie et du capital en favorisant ainsi une économie circulaire intégrée, une réduction de la consommation de matériaux et une plus grande symbiose industrielle;

I.  considérant que le passage au numérique est susceptible de donner une impulsion au secteur du tourisme dans l’intérêt des voyageurs et de leur mobilité, en permettant notamment une facilité d’accès à l’information en temps réel et un large choix de services;

J.  considérant que des technologies linguistiques bien développées peuvent aider l’industrie à surmonter la barrière de la langue, laquelle représente un obstacle au développement du marché numérique;

K.  considérant que le passage au numérique crée de nouveaux débouchés dans le secteur des transports pour les constructeurs, les exploitants, les investisseurs et les passagers, et qu’il constitue une condition préalable pour que le secteur des transports reste à la fois compétitif et fonctionnel et augmente son efficacité, et pour que les services de transport deviennent plus durables et plus performants;

L.  considérant que le passage au numérique peut contribuer à rendre les conditions de travail plus sûres, à améliorer la sécurité des produits ainsi qu’à individualiser et à décentraliser la production;

M.  considérant qu’il existe d’énormes disparités entre les sexes en matière d’emploi et de formation dans le secteur des TIC, ce qui a de fortes répercussions négatives en termes d’égalité sur le marché du travail;

N.  considérant que le passage au numérique ainsi que l’individualisation et la décentralisation de la production entraîneront une évolution des conditions de travail et auront toute une série de répercussions sociales; que des conditions de travail sûres et décentes ainsi que des normes élevées en matière de sécurité des produits doivent rester une préoccupation commune;

O.  considérant que de nombreuses études soulignent que le passage au numérique de la production industrielle entraînera des changements au niveau de la demande du marché du travail et de l’emploi en Europe; que ces changements auront des répercussions sur les règles qui régissent actuellement les droits et la participation des travailleurs; qu’il est clairement nécessaire, pour répondre à ces défis, de former la main d’œuvre aux nouvelles compétences dans le domaine des TIC et d’améliorer les compétences numériques de la société dans son ensemble;

Développer une stratégie intégrée de l’Union pour le passage au numérique des entreprises

1.  se félicite de la communication de la Commission sur le passage au numérique des entreprises européennes;

2.  est convaincu qu’une stratégie de passage au numérique de l’industrie contribuerait de manière cruciale à relever les défis économiques et sociétaux les plus urgents auxquels l’Europe est confrontée:

a)  en renforçant la dynamique économique, la cohésion sociale et territoriale, et la résilience aux transformations et aux bouleversements technologiques grâce à la modernisation et à l’interconnexion des secteurs et des chaînes de valeur économique en Europe, ainsi qu’à l’accroissement des investissements publics et privés dans l’économie réelle, et en créant des possibilités d’investissements dans un contexte de modernisation durable;

b)   en favorisant la création d’emplois et la relocalisation, en améliorant les conditions de travail et l’attractivité des emplois du secteur industriel, en contribuant à offrir aux consommateurs davantage d’opportunités et d’informations, en prenant des mesures en faveur d’une transformation socialement responsable et d’un marché du travail inclusif grâce à une plus grande variété des formes de travail et des horaires ainsi que de meilleures conditions et une intégration de l’emploi et de la formation tout au long de la vie;

c)  en faisant un usage plus efficace des ressources et en réduisant l’intensité de l’utilisation des matières par l’industrie manufacturière grâce à une économie circulaire européenne renforcée, en rappelant qu’il s’agit d’un aspect essentiel en ce qui concerne les conditions matérielles d’un secteur européen de la haute technologie ainsi que la production industrielle numérisée et ses produits;

d)  en renforçant la cohésion européenne au moyen d’une politique européenne d’investissements fiable et ambitieuse (accordant une attention particulière au déploiement d’une infrastructure numérique de pointe), en tirant parti de différents instruments européens de financement , notamment le Fonds européen pour les investissements stratégiques, les fonds régionaux et Horizon 2020, ainsi qu’en garantissant une politique industrielle européenne coordonnée, technologiquement neutre, fondée sur une concurrence équitable entre la pluralité des acteurs, sur l’innovation et la modernisation durables, et sur l’innovation technologique, sociale et des modèles d’entreprise qui renforce le marché unique numérique ainsi que l’intégration et la modernisation de toutes les industries européennes;

e)  en soutenant les objectifs de l’Europe dans le cadre de la politique environnementale par une augmentation de l’efficacité des ressources et de l’efficacité énergétique ainsi que la circularité de la production industrielle, en réduisant les émissions et en faisant en sorte que la durabilité de l’industrie aille de pair avec la compétitivité;

f)  en renforçant l’innovation économique, politique et sociale au moyen des principes d’ouverture et d’accessibilité des données et informations à caractère public et privé, tout en continuant à protéger les données sensibles dans les échanges entre les entreprises, les travailleurs et les consommateurs, et en permettant une meilleure intégration des secteurs économiques de tous types et dans tous les domaines d’action, notamment les industries de la création et le secteur de la culture;

g)  en améliorant les sources de revenus des citoyens dans les zones urbaines et non urbaines ainsi que leur sensibilisation et leur capacité à exploiter les possibilités offertes par le passage au numérique;

h)  en stimulant l’innovation technologique et sociale dans les programmes de recherche de l’Union au moyen d’une politique de numérisation de l’industrie dotée d’un objectif clair et d’une vision;

i)  en améliorant la sécurité énergétique et en réduisant la consommation d’énergie au moyen d’une production industrielle numérisée plus flexible et plus efficace qui permettra une meilleure gestion de la demande en énergie;

j)  en créant des partenariats avec d’autres macro-régions dans le monde afin de développer des marchés libres numériques innovants et équitables;

k)  en étant conscient de la nécessité d’une politique fiscale européenne plus équitable et plus efficace, qui clarifie notamment la question de la base d’imposition, à l’ère des marchés numériques connectés à l’échelle mondiale et de la production numérisée;

l)  en attirant les investissements, les chercheurs et les experts de premier rang au niveau mondial, en favorisant ainsi la croissance économique et la compétitivité de l’Europe;

m)  en soutenant les nouveaux modèles d’entreprises et les jeunes pousses innovantes dont les activités reposent sur le passage au numérique et les avancées technologiques;

3.  souligne qu’il est important de mettre en place un environnement concurrentiel pour les entreprises qui soit favorable aux investissements privés ainsi qu’un cadre réglementaire propice sans obstacles bureaucratiques, et de développer une infrastructure numérique européenne de pointe ainsi qu’une structure de coordination au niveau de l’Union pour le passage au numérique des entreprises, qui facilite la coordination des initiatives et plateformes nationales, régionales et de l’Union dans ce domaine; invite la Commission à veiller à la réalisation de l’objectif de 20 %, à l’horizon 2020, de la part du PIB imputable à l’industrie; souligne que pour permettre à l’Union de jouer un rôle de premier plan à cet égard, le passage au numérique de l’industrie devrait s’inscrire dans une stratégie industrielle européenne plus large; souligne qu’il est important d’accélérer le passage au numérique, particulièrement dans les États membres, régions et secteurs qui accusent un retard et parmi les personnes touchées par la fracture numérique; se félicite à ce titre des propositions de table ronde de haut niveau et de forum plurilatéral européen; souligne l’importance de la coopération entre les acteurs concernés et souhaite qu’outre les principales entreprises du secteur industriel et les partenaires sociaux, les milieux universitaires, les PME, les organismes de normalisation, les décideurs politiques, les administrations publiques au niveau national et local ainsi que la société civile soient également invités à jouer un rôle actif;

4.  demande à la Commission de poursuivre ses travaux importants d’observation des tendances en matière de production et de passage au numérique et des tendances dans les disciplines non technologiques (telles que le droit, la politique, l’administration, les communications, etc.), d’étude des évolutions pertinentes dans les autres régions, d’identification des nouvelles technologies clés, ainsi que ses efforts en vue du maintien de la prépondérance européenne dans ces domaines et de l’intégration de ces nouvelles tendances dans les politiques et les actions, tout en prenant en considération les concepts de sécurité et de respect de la vie privée dès la conception et par défaut, et lui demande de se pencher sur l’éventuelle réalisation de ces travaux par un réseau spécifique de prévision industrielle regroupant des organisations nationales de recherche et de technologie;

5.  se félicite de la communication de la Commission intitulée «Passage au numérique des entreprises européennes – Tirer tous les avantages du marché unique numérique» (COM(2016)0180), mais déplore que cette communication, qui se concentre surtout, pour le secteur des transports, sur la conduite connectée et automatisée, ne porte pas une attention suffisante à l’ensemble des défis actuels; rappelle que si les véhicules connectés et automatisés représentent l’une des futures transformations numériques les plus prometteuses dans ce secteur, il existe des possibilités de numérisation dans tous les modes de transport, dans les procédures opérationnelles et administratives, et tout au long de la chaîne de valeur du constructeur aux passagers et aux marchandises, ainsi que des possibilités de coordination avec toutes les nouvelles technologies utilisées dans le secteur, comme les systèmes européens de navigation par satellite EGNOS et GALILEO, dont on peut attendre des résultats à court terme; demande à la Commission de se concentrer sur les transformations numériques dans tous les modes de transport, y compris les services liés au transport et au tourisme;

6.  souligne que le passage au numérique n’a pas bénéficié de manière uniforme à l’ensemble du secteur, ce qui a provoqué une fragmentation délétère au sein du marché unique, tant entre différents modes de transport qu’au sein du même mode; insiste sur les disparités importantes et croissantes entre les États membres en ce qui concerne la compétitivité et la numérisation dans le secteur des transports, lesquelles se reflètent également entre les régions, les entreprises et les PME; croit fermement qu’une stratégie coordonnée de l’Union européenne pour le passage au numérique pourrait contribuer à surmonter cette fragmentation et ces disparités et à attirer des investissements au profit de projets numériques; souligne que l’objectif ne devrait pas être simplement l’élaboration d’un nouveau document d’orientation, mais une stratégie réelle qui reflète les tendances de l’innovation et le potentiel du marché, et dont la mise en œuvre serait évaluée de façon régulière;

7.  estime qu’une stratégie pour le passage au numérique permettra de relever certains des défis les plus urgents dans les secteurs des transports et du tourisme; invite la Commission, par conséquent, à continuer de soutenir le passage au numérique pour atteindre les objectifs suivants:

a)  améliorer le niveau global de sécurité, de qualité et de performance environnementale du secteur des transports;

b)  améliorer l’accessibilité sans obstacle pour tous, notamment les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite ou handicapées, et développer la connaissance des solutions de substitution en matière de mobilité en offrant aux passagers davantage de possibilités, davantage de produits conviviaux et sur mesure ainsi que plus d’informations, dans toute l’Union et dans les zones urbaines aussi bien que dans les régions les moins développées;

c)  réduire le coût des transports, notamment les coûts de maintenance, et améliorer l’efficacité de l’utilisation de la capacité des infrastructures de transport existantes (par exemple la conduite en convoi, les systèmes de transport intelligents coopératifs (C-ITS), le système européen de gestion du trafic ferroviaire (ERTMS) ou les services d’information fluviale (SIF));

d)  augmenter la compétitivité en facilitant l’apparition de nouveaux acteurs, en particulier des PME et des start-ups, afin de remettre en question les monopoles actuels;

e)  faciliter l’application correcte et harmonisée de la législation de l’Union, par le développement des systèmes de gestion du trafic, des systèmes de transport intelligents, des tachygraphes, des systèmes de télépéage, etc., et créer des cadres règlementaires adaptés aux nouvelles situations réelles susceptibles de survenir avec l’application des technologies de pointe;

f)  alléger la charge administrative qui pèse sur les petits et moyens exploitants et les jeunes entreprises du secteur des transports, par exemple dans le domaine des marchandises et de la logistique, en simplifiant les procédures administratives, en fournissant un suivi et une localisation des frets et en optimisant les programmes et les flux de trafic;

g)  continuer de préserver les droits des passagers, notamment en matière de protection des données, également dans leurs déplacements multimodaux;

h)  réduire les problèmes liés à l’asymétrie des informations sur le marché des transports;

i)  renforcer l’attractivité et le développement du secteur du tourisme, lequel contribue à la création d’environ 10 % du PIB de l’Union européenne, et du secteur de la création dans les régions urbaines, rurales et ultrapériphériques, par exemple grâce à une meilleure intégration de la mobilité et des services du tourisme, y compris vers des destinations moins connues;

8.  souligne que la connectivité ininterrompue et de haute qualité est une condition préalable pour un passage au numérique rapide, sûr et fiable de tous les modes de transport et pour une numérisation plus poussée du secteur des transports; regrette la fragmentation importante de la couverture numérique au sein de l’Union; estime que des investissements dans le haut débit et l’allocation équitable des plages de fréquence sont indispensables pour le passage au numérique du secteur des transports; souligne, à cet égard, la nécessité d’une vision transsectorielle, qui couvre par exemple les secteurs de l’électronique, des télécommunications, des transports et du tourisme; invite la Commission et les États membres à respecter leurs engagements, à savoir garantir ce type de connectivité pour les principales voies et plateformes de transport d’ici à 2025 et mettre en place une couverture totale de l’ensemble du territoire de l’Union;

Créer les conditions pour réussir le passage au numérique des entreprises: infrastructures, investissements, innovation et compétences

9.  indique qu’une stratégie de passage au numérique de l’industrie offre la possibilité de faire progresser l’innovation, l’efficacité et les technologies durables en vue d’accroître la compétitivité et de moderniser le socle industriel européen, ainsi que de lever les obstacles au développement du marché numérique; souligne qu’un passage au numérique intégré du secteur industriel nécessite de véritables conditions favorables qui englobent une infrastructure de pointe à l'épreuve du temps, la recherche et le développement, un environnement favorable à l’investissement, mais également un cadre législatif approprié et mis à jour, qui soit propice à l’innovation, un marché numérique unique élargi, un haut niveau de compétences et d’esprit d’entreprise, ainsi qu’un dialogue social renforcé;

10.  souligne la nécessité de développer les investissements publics et privés dans la connectivité à haut débit, par exemple au moyen de la 5G, de la fibre optique et de l’infrastructure de la navigation et des communications par satellite, afin de garantir une infrastructure numérique solide pour les entreprises européennes dans les zones urbaines et industrielles; insiste sur l’importance d’une harmonisation de l’allocation des plages de fréquences afin de stimuler la demande de connectivité et d’améliorer la prévisibilité de l’environnement d’investissement dans les réseaux; souligne la nécessité de jouer un rôle chef de file dans les chaînes de valeur et les technologies clés du passage au numérique des entreprises, telles que la 5G, les technologies quantiques, les calculateurs à haute performance, l’intelligence artificielle, l’informatique en nuage, l’analyse de gros volumes de données, l’internet des objets, la robotique, l’automatisation (notamment la conduite hautement automatisée) et la technologie des registres distribués; souscrit, à cet égard, aux documents de travail qui accompagnent la communication de la Commission;

11.  constate que la transformation numérique dans les secteurs des transports et du tourisme, en particulier le développement des économies sur demande et collaboratives, contribue de façon significative à la modification du comportement des passagers et des consommateurs en ce qui concerne la mobilité et le tourisme, ainsi qu’à la nécessité d’adapter les infrastructures; invite la Commission à évaluer les incidences du passage au numérique dans le secteur des transports, de la mobilité et du tourisme, en mettant l’accent en particulier sur les comportements et les choix des utilisateurs de ces services, ainsi qu’à exploiter davantage le potentiel de ce changement sociétal;

12.  constate que la numérisation croissante dans la vente des titres de transport se traduit par une meilleure disponibilité des informations sur internet pour les consommateurs, mais d’une façon qui rend la comparaison des différentes offres de plus en plus difficile; estime qu’il est donc nécessaire de renforcer les garanties de transparence et de neutralité dans la vente, en particulier pour la vente sur internet, pour que les consommateurs puissent effectuer des choix informés basés sur des informations fiables, non seulement eu égard aux prix, mais également à d’autres paramètres, notamment la qualité du service et les offres secondaires; considère que cette transparence favorisera la compétitivité et soutiendra le développement des transports multimodaux;

13.  affirme que le passage au numérique devrait offrir aux consommateurs davantage de choix, davantage de produits conviviaux et sur mesure, et leur fournir davantage d’informations, en particulier sur la qualité des produits ou des services;

14.  souligne que l’influence de la barrière de la langue sur le passage de l’industrie au numérique n’a pas été suffisamment prise en compte et examinée dans les documents portant sur le marché numérique; invite la Commission et les États membres à encourager le développement des technologies linguistiques, ce qui, en même temps que le passage de l’industrie au numérique, permettra de résorber efficacement la fragmentation du marché européen;

15.  souligne qu’un soutien spécifique au multilinguisme «analogique» en Europe est bénéfique tant pour le passage au numérique des entreprises européennes que pour l’enseignement de compétences numériques générales; souligne, dès lors, qu’il y a lieu d’accorder une attention considérablement accrue à la recherche fondamentale en matière de logiciels de traduction et d’apprentissage statistiques, intelligents et automatisés;

16.  souligne que les régions doivent se concentrer sur leurs atouts en matière de production et stimuler leur développement au moyen de la spécialisation intelligente, des chaînes intelligentes et des regroupements; estime que les regroupements et les synergies entre les PME, les acteurs industriels et sociaux, le secteur de l’artisanat, les jeunes entreprises, les milieux universitaires, les centres de recherche, les organisations de consommateurs, le secteur de la création, les milieux financiers et d’autres parties prenantes, peuvent constituer des modèles de réussite permettant de faire avancer la fabrication numérique et l’innovation; encourage la recherche, l’innovation et la cohésion structurelle dans l’Union; souligne l’importance des programmes d’incubateurs et du capital-risque dans la phase de croissance des jeunes entreprises; note que le passage au numérique est fondamental pour faire progresser l’innovation en matière de modèles d’entreprise innovants tels que les systèmes de rémunération à la tâche et la personnalisation de masse;

17.  estime qu’une attention particulière devrait être accordée aux problèmes spécifiques auxquels sont confrontées les PME dans des circonstances où les gains relatifs en termes d’efforts consentis en matière de passage au numérique, d’énergie, d’utilisation efficace des ressources et d’efficacité de la production, seraient les plus élevés; se dit favorable à la consolidation des associations entre PME et leur portée par l’intermédiaire de leurs programmes de numérisation, au développement de centres de sciences appliquées se concentrant sur le passage au numérique, et au cofinancement de la recherche et développement au sein des PME; estime qu’il convient de prendre en considération la propriété des données et l’accès aux données, ainsi que l’élaboration d’un programme européen d’apprentissage numérique;

18.  salue l’établissement de la plate-forme de spécialisation intelligente pour la modernisation industrielle, et notamment la proposition de la Commission, dans le cadre de son plan d’action pour le passage au numérique de l’industrie, de créer un réseau de centres de compétences (CC) et de pôles d’innovation numérique (PIN) afin de renforcer le passage au numérique du secteur industriel et l’innovation numérique pour les PME dans toutes les régions; relève que le secteur de l’artisanat ne devrait pas être négligé à cet égard; demande à la Commission d’encourager tout particulièrement l’établissement de PIN et de centres de compétences numériques dans les régions d’Europe les moins avancées dans le domaine de la numérisation; invite la Commission à prévoir davantage de financements pour les PIN par le biais de différentes ressources de l’Union (Horizon 2020, les fonds structurels, etc.), à soutenir les efforts et les stratégies des États membres visant à mettre en place un réseau national de PIN, et à envisager de mener une expérimentation selon l’approche dite «sandbox» dans laquelle les expériences transsectorielles en environnement contrôlé ne sont pas bloquées par la réglementation en vigueur; invite les États membres à renforcer la coopération transnationale entre leurs PIN; estime que des PIN désignés devraient se spécialiser dans les innovations relatives au passage au numérique de l’industrie en vue de relever les défis sociétaux auxquels est confrontée l’Europe; est d’avis, à cet égard, que le financement des PIN au titre du programme Horizon 2020 pourrait être combiné au financement pour les défis sociétaux au titre du même programme; relève la possibilité, pour les PME, de bénéficier des chèques-innovation en faveur des TIC, qui leur permettent d’accéder à des conseils, au partage des meilleures pratiques et à l’expertise des PIN;

19.  constate le rôle essentiel des villes et des autorités locales dans le développement de nouveaux modèles d’entreprise et dans la mise à disposition d’infrastructures numériques et d’un soutien aux PME et aux autres acteurs industriels, ainsi que les immenses possibilités qu’offre l’innovation numérique industrielle aux villes, par exemple grâce à la production locale zéro-déchets, à une meilleure intégration de la production industrielle, à la logistique et aux transports locaux et urbains, ainsi qu’à la production énergétique, à la consommation, à la production et à l’impression en 3D; estime que les villes devraient également pouvoir avoir accès aux PIN; demande à la Commission d’étudier les meilleures pratiques locales, nationales et internationales et d’encourager leur échange; salue la publication d’un indice européen des villes numériques et la prise d’initiatives visant à promouvoir l’interopérabilité des données et des systèmes entre les villes européennes; constate que l’initiative européenne «villes intelligentes» joue un rôle dans ce contexte; souligne l’expérience positive des forums consultatifs régionaux;

20.  souligne le rôle potentiel des marchés publics et des exigences juridiques en matière d’immatriculation des entreprises et de publication des activités ou de divulgations commerciales pour faire avancer les nouvelles technologies numériques industrielles; demande à la Commission de réfléchir à la manière dont la passation des marchés publics pourrait être utilisée en tant que mécanisme d’impulsion de l’innovation; demande à la Commission d’inclure une évaluation sous l’angle numérique dans son programme REFIT, afin de garantir que les réglementations sont à jour dans le contexte numérique, et de faciliter les échanges de meilleures pratiques entre les autorités publiques concernant l’utilisation de critères d’innovation dans le cadre des passations de marchés; recommande l’accélération de l’adaptation de l’environnement juridique et technologique, telle que la transition à IPv6, aux besoins du passage de l’industrie au numérique et du développement de l’internet des objets;

21.  souligne qu’il est important de débloquer des investissements publics et privés pour le passage au numérique des entreprises européennes, en faisant une meilleure utilisation du Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI); estime que cette mesure doit être sensiblement renforcée et que les investissements publics dans les infrastructures numériques doivent être intensifiés; insiste sur la place centrale occupée par le financement issu de plateformes privées et collaboratives; demande à la Commission de créer une table ronde financière pour le passage de l’industrie au numérique, chargée d’étudier la question et d’élaborer des propositions de financement innovantes; déplore que les ressources allouées aux politiques numériques dans le budget de l’Union soient trop insuffisantes pour avoir une véritable incidence; reconnaît la nécessité de stimuler l’économie européenne au moyen d’investissements productifs: estime que la disponibilité des instruments financiers européens existants, tels que les fonds structurels et d’investissement européens et Horizon 2020, devrait garantir la réalisation de cet objectif; considère que l’association de ces fonds devrait être cohérente avec les ressources nationales et les réglementations en matière d’aides d’État; reconnaît le rôle joué par le partenariat public-privé et les entreprises communes;

22.  invite les États membres, dans le but de favoriser un passage au numérique efficace, à adopter des mesures fiscales incitatives en faveur des sociétés et des entreprises qui créent des systèmes de production numérique et intelligente;

Assurer la prépondérance européenne en matière de technologie et garantir la sécurité du passage au numérique des entreprises: fusions et acquisitions, cybersécurité, flux de données, normalisation

23.  reconnaît qu’il est impératif de renforcer la recherche et le développement (R&D); invite la Commission à soutenir les efforts internes comme externes en matière de R&D et à promouvoir les réseaux d’innovation et la coopération entre les jeunes entreprises, les acteurs commerciaux établis, les PME, les universités, etc., dans le cadre d’un écosystème numérique; demande à la Commission de se pencher sur la manière d’optimiser le transfert des résultats de recherche du programme Horizon 2020 vers le marché ainsi que leur exploitation par les entreprises européennes; demande à la Commission d’augmenter la proportion de projets de recherche dans le cadre d’Horizon 2020 donnant lieu à des brevets et à des droits de propriété intellectuelle, et de faire rapport à ce sujet;

24.  insiste sur l’importance de la protection des technologies et des savoir-faire européens sensibles qui constituent les piliers de la force industrielle et de la résilience économique futures; souligne les risques potentiels inhérents aux investissements étrangers directs (IED) reposant sur des politiques nationales et industrielles stratégiques, notamment ceux concernant des entreprises nationalisées au moyen de fusions et d’acquisitions; insiste, en ce qui concerne les IED, sur l’intérêt croissant de certains investisseurs extérieurs pour l’acquisition de technologies sensibles européennes au moyen de fusions et acquisitions; se félicite de l’initiative de la Commission d’analyser l’expérience du CFIUS («Committee on Foreign Investment in the United States» - comité sur les investissements étrangers aux États-Unis); souligne qu’un accès égal au marché des investissements devrait être mis en œuvre par la définition de règles mondiales;

25.  souligne que les évolutions en matière d’automatisation, de robotique et d’application de l’intelligence artificielle à la production, ainsi que d’intégration approfondie des composants techniques de différentes origines, soulèvent de nouvelles questions en ce qui concerne la responsabilité du fabricant et les infrastructures de production; demande à la Commission de clarifier dès que possible les règles sur la sécurité et la responsabilité relatives aux systèmes autonomes, notamment les conditions applicables aux essais;

26.  reconnaît que l’ouverture et la connectivité ont également des effets potentiels sur la vulnérabilité aux attaques informatiques, aux sabotages, à la manipulations de données ou à l’espionnage industriel et souligne, dans ce contexte, l’importance d’une approche européenne commune en matière de cybersécurité; reconnaît le besoin de sensibiliser le public au renforcement de la cybersécurité; considère la cyber-résilience comme une responsabilité cruciale des chefs d’entreprise ainsi que des décideurs politiques nationaux et européens responsables des questions industrielles et de sécurité; estime que les producteurs sont tenus de garantir des normes de sécurité et de cybersécurité en tant que paramètres de conception fondamentaux dans toutes les innovations numériques, en accord avec les dernières technologies disponibles et les principes de sécurité «dès la conception» et «par défaut», mais que, dans certaines conditions et en fonction de critères particuliers, les producteurs peuvent être relevés de cette responsabilité; note que les exigences en matière de cybersécurité pour l’internet des objets et les normes en matière de sécurité de l’information, par exemple sur la base des architectures de référence RAMI4.0 et ICS, permettraient de renforcer la cyber-résilience européenne; estime que les organismes européens de normalisation ont un rôle particulier à jouer à cet égard et qu’ils ne devraient pas être exclus; demande à la Commission d’analyser différents modèles en vue de faire progresser la cybersécurité pour l’internet des objets; invite, néanmoins, les institutions publiques à rendre les exigences de cybersécurité obligatoires pour les passations de marchés publics dans le domaine de l’équipement informatique et des produits associés à l’internet des objets; estime que les contrôles en matière de cybersécurité et les conseils prodigués aux PME eu égard à leurs produits industriels numérisés revêtent une importance capitale; estime que le partage des bonnes pratiques entre les États membres de l’Union pourrait faciliter la cyber-résilience européenne dans ce domaine;

27.  estime que des critères communs devraient exister pour les infrastructures critiques et leur sécurité numérique, et que la directive de l’Union européenne sur la sécurité des réseaux et des systèmes d’information (directive SRI) marque la première étape de la mise en place d’un niveau élevé commun de sécurité des réseaux et des systèmes d’information dans l’Union; invite la Commission à encourager sa transposition cohérente et rapide par les États membres; souligne qu’il est nécessaire de renforcer le rôle que les organismes publics visés dans la directive SRI jouent dans l’instauration de la confiance dans les futures technologies; observe que les mécanismes de supervision des menaces informatiques et les analyses prospectives devraient être reconnus comme importants pour la sécurité des industries numériques de l’Union, en insistant particulièrement sur la protection des PME et des consommateurs;

28.  souligne qu’une attention spécifique doit être accordée aux questions de la collecte et de l’accès aux données et informations relatives à l’industrie ou liées à la production; insiste sur le fait qu’à cet égard, un accent particulier doit être placé sur les principes de souveraineté des données, d’accès ouvert et normalisé et de disponibilité des données, ainsi que sur le renforcement de l’innovation et de la productivité, des nouveaux services et modèles d’entreprise, et sur le caractère contrôlable de la sécurité, tout en permettant une concurrence loyale; souligne que les nouvelles formes de réglementation des questions de propriété des données et d’accès aux données doivent être traitées avec prudence et ne peuvent être introduites qu’à la suite d’un processus consultatif approfondi impliquant toutes les parties prenantes concernées; estime que tant l’innovation que les préoccupations des travailleurs et des consommateurs en matière de protection de la vie privée doivent être protégées et sauvegardées, conformément au règlement général sur la protection des données; souligne, en outre, que la divulgation des informations et l’accès à ces dernières à des fins d’intérêt public et scientifiques doivent être davantage encouragées; prend acte, à cet égard, de la proposition de la Commission pour une économie des données qui vise à promouvoir un marché commun européen des données; estime que dans le cadre du débat en cours sur le régime des données, deux aspects fondamentaux doivent être soulignés afin de promouvoir le développement de solutions techniques permettant une identification et un échange fiables des données: d’une part, des règles contractuelles par défaut, et d’autre part, l’introduction d’un contrôle des abus au sein des relations contractuelles interentreprises;

29.  souligne que l'initiative européenne sur l'informatique en nuage ainsi que la proposition législative sur la libre circulation des données, qui vise à lever les restrictions injustifiées à la localisation des données, ont le potentiel de stimuler davantage le passage au numérique des entreprises européennes, en particulier les PME et les start-up, et d'éviter la fragmentation du marché unique de l'Union; invite la Commission à suivre l’adoption et la mise en œuvre cohérente de l’initiative européenne sur l’informatique en nuage, afin de permettre une circulation et une utilisation des données qui soient équitables, rapides, fiables et fluides; rappelle à la Commission qu’elle a pris l’engagement, dans sa communication, de présenter une proposition législative sur la libre circulation des données dans l’Union européenne, afin d’empêcher que les législations ou les réglementations nationales n’imposent des obligations injustifiées en matière de localisation, et afin de supprimer ces obligations lorsqu’elles existent;

30.  est fermement convaincu que les données ouvertes, les mégadonnées et l’analyse des données restent des éléments essentiels pour exploiter pleinement le potentiel du marché unique numérique, à plus forte raison dans le secteur des transports, et pour stimuler l’innovation; déplore que les initiatives visant à faciliter la circulation des données restent fragmentaires; souligne la nécessité d’une meilleure sécurité juridique, notamment en matière de propriété et de responsabilité, dans le respect intégral de la vie privée et de la protection des données;

31.  reconnaît le potentiel du passage au numérique des entreprises aux fins de la récupération de données sectorielles et de la gestion par les organismes du secteur public et semi-public et par les opérateurs du marché;

32.  souligne le rôle de l’intégration de l’ouverture de l’architecture en tant que principe de conception des composantes numériques;

33.  reconnaît qu’il est important de protéger le savoir-faire technique en ce qui concerne l’échange et l’interconnexion des composantes numériques industrielles, tout en permettant et en développant l’interopérabilité et la connectivité de bout en bout;

34.  souligne que la prépondérance européenne en matière de passage au numérique des entreprises exige une solide stratégie de normalisation, laquelle doit être coordonnée par les États membres et la Commission, notamment l’interopérabilité dans le secteur du numérique; met en exergue la composition remarquable et unique des organismes de normalisation européens, avec leur approche inclusive fondée sur le consensus et la participation des acteurs de la société civile, en particulier les PME; invite la Commission à promouvoir le développement de normes ouvertes, et salue son intention de garantir l’accès aux brevets requis par les normes en application des conditions FRAND («fair, reasonable, and non-discriminatory» –équitables, raisonnables, non discriminatoires) et la délivrance efficace de ces brevets; reconnaît que ces mesures sont essentielles à la promotion de l’innovation et de la recherche et développement dans l’Union; estime que l’économie circulaire pourrait être l’un des principaux moteurs d’une normalisation cohérente des flux de communication au sein des chaînes de valeur industrielles; appelle de ses vœux une approche coordonnée à l’échelle de l’Union, par l’intermédiaire des organisations européennes de normalisation CEN, Cenelec et ETSI, en lien avec les forums et consortiums internationaux; estime qu’il est souhaitable d’élaborer des normes mondiales et universelles, mais souligne également qu’il existe une volonté d’établir des normes européennes dans l’hypothèse où la coopération internationale au sein de forums de normalisation ne serait pas menée de manière constructive; estime que l'interopérabilité est nécessaire, en particulier dans le domaine de l'internet des objets, pour garantir que la mise au point de nouvelles technologies ouvre de meilleures perspectives aux consommateurs, qui ne devraient pas être captifs d'un petit nombre de fournisseurs spécifiques;

35.  souligne que les obstacles au commerce dans le domaine de la normalisation limitent les activités à l’international des entreprises européennes et nuisent à la compétitivité européenne; estime que les accords commerciaux équitables conclus entre l’Union et les pays tiers peuvent fortement contribuer à l’élaboration de règles internationales communes dans le domaine de la protection des données, des flux de données, de l’utilisation et de la normalisation des données;

La dimension sociale: compétences, éducation et innovation sociale

36.  estime que des efforts significatifs dans le domaine de l’éducation, de la fiscalité et des systèmes de sécurité sociale doivent être consentis afin d’intégrer les effets transformateurs dans notre modèle européen social et économique; souligne que le passage des entreprises au numérique a une incidence sociétale importante sur l’emploi, les conditions de travail et le droit des travailleurs à acquérir une formation et des compétences, la santé en ligne, l’environnement et le développement durable; insiste sur la nécessité de garantir la sécurité dans le contexte de ces changements; invite la Commission à évaluer et à traiter de manière appropriée l’incidence sociale du passage au numérique des entreprises et, le cas échéant, à proposer des mesures supplémentaires pour résorber la fracture numérique et promouvoir une société du numérique inclusive tout en encourageant la compétitivité européenne;

37.  rappelle que la Cour de justice de l’Union européenne définit la notion de «travailleur» sur la base d’une relation de travail caractérisée par certains critères, tels que la subordination, la rémunération et la nature du travail(12); demande que la sécurité juridique soit garantie sur ce qui constitue un «emploi» sur le marché du travail numérique, afin de veiller au respect de la législation sociale et du travail; souligne que, dans l’économie des plateformes, tous les travailleurs sont soit salariés, soit travailleurs indépendants, selon la primauté des faits, et qu’ils devraient donc appartenir à l’une ou l’autre catégorie quelle que soit leur situation contractuelle;

38.  souligne que l’enseignement, la formation et l’apprentissage tout au long de la vie constituent la clé de voûte de la cohésion sociale dans une société numérique; souligne que l’Europe fait face à une fracture numérique à cet égard; appelle de ses vœux l’instauration d’une garantie de compétences, après consultation et avec la participation des partenaires sociaux, et invite les États membres à trouver des moyens de répondre aux besoins des citoyens en matière de formation continue (ou de reconversion), de renforcement des compétences et d’apprentissage tout au long de la vie, afin de garantir une transition sans heurts vers une économie intelligente; fait remarquer qu’il est important de garantir la promotion et la reconnaissance des compétences numériques ainsi que de la nouvelle tendance à la «polyvalence des aptitudes»; estime que les employeurs devraient avoir recours au Fonds social européen aux fins de cette formation et dans le but de promouvoir une boîte à outils numérique permettant le renforcement des compétences en coopération avec l’industrie et les partenaires sociaux; salue le développement des supports de formation et des programmes spécifiques à chaque secteur; demande à la Commission d’étudier les possibilités de la mise en place d’un système de certification pour les programmes de formation continue en matière de compétences numériques;

39.  souligne que les compétences numériques doivent être intégrées dans les programmes d’éducation nationaux; note que des exemples d’initiatives soutenues par l’Agence de l’Union européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information (ENISA), notamment le mois européen de la cybersécurité et le «European Cyber Security Challenge» (défi européen de la cybersécurité), devraient être approfondis pour atteindre cet objectif; insiste sur l’importance d’une formation spécialisée des enseignants dans le domaine des compétences numériques et sur le fait que ces compétences numériques devraient être enseignées à tous les enfants; invite les États membres à garantir que toutes les écoles sont équipées d’un réseau local sans fil et de matériel informatique mis à jour; note que la programmation joue également un rôle important; appelle de ses vœux l’échange de bonnes pratiques entre États membres, dans le but de tirer des enseignements des pratiques établies, notamment le programme Fit4Coding, les initiatives universitaire en matière de numérique, les programmes d’enseignement en ligne ou les écoles de programmation telles que Webforce3; demande à la Commission de promouvoir l’intégration du test des compétences numériques dans les études IGCU/Pisa afin de permettre la compétition et la comparaison entre les États membres de l’Union; invite les États membres, en coopération avec la Commission, à élaborer des programmes d’études interdisciplinaires visant à associer plusieurs compétences, notamment l’informatique à la gestion des entreprises ou l’ingénierie aux sciences des données; souligne que tous les États membres devraient développer des stratégies nationales en matière de compétences numériques qui soient exhaustives et ciblées, comme ils ont été invités à le faire par la Commission; insiste sur le rôle important que les partenaires sociaux et les autres parties prenantes peuvent jouer dans l’élaboration et la mise en œuvre de ces stratégies; note que, pour l’heure, seule la moitié des États membres de l’Union ont créé des coalitions nationales pour les emplois numériques; souligne qu’un budget spécifique consacré aux activités de la coalition en faveur des compétences et des emplois dans le secteur du numérique permettrait de renforcer la diffusion des informations et de mener d’autres activités;

40.  insiste sur l’importance d’investir dans le passage au numérique de la formation professionnelle et du secteur de l’artisanat; met l’accent sur le fait que les compétences numériques doivent également être combinées aux compétences techniques et à la promotion de l’enseignement des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (matières STEM) ainsi qu’à la promotion des compétences non techniques telles que la communication, la coordination des équipes et la réflexion transversale;

41.  insiste pour que la prise en compte de l’égalité homme-femme soit intégrée à toutes les initiatives numériques, afin de garantir que la transformation numérique en cours devienne également un moteur de l’égalité des sexes; met l’accent sur la nécessité de combler les fortes disparités qui existent entre les hommes et les femmes dans le secteur des TIC, une démarche essentielle à la prospérité et à la croissance à long terme de l’Europe;

42.  relève le potentiel du passage au numérique eu égard à l’accessibilité des services sociaux et d’autres services publics, ainsi que pour l’intégration sur le marché du travail des personnes handicapées et des personnes à mobilité réduite; souligne, en particulier, l’importance du télétravail à cet égard;

43.  souligne que, comme l'a démontré l'initiative Europeana, la numérisation des œuvres européennes représente une occasion importante d’améliorer leur accessibilité, leur distribution et leur promotion, et que l’innovation numérique peut donner l’élan à une révolution dans la façon dont les biens culturels sont exposés et dans la manière d’y accéder; insiste sur l’importance de promouvoir en particulier l’utilisation des technologies 3D pour la collecte de données et la reconstruction des biens et du patrimoine culturels qui ont été détruits; souligne qu’il est important de garantir un financement pour la numérisation, la préservation et la disponibilité en ligne du patrimoine culturel européen;

44.  regrette que les sites historiques et culturels ne soient souvent pas facilement accessibles aux personnes handicapées, et attire l’attention sur les possibilités qu’offre une plateforme culturelle numérique plus solide pour améliorer l’engagement et rendre plus accessibles les expériences, les sites et les biens culturels dans toute l’Europe, quelle que soit leur localisation géographique;

45.  encourage la recherche et le développement en matière de technologies d’assistance, qui pourraient être utilisées et devenir de nouveaux produits industriels en faveur de l’inclusion des personnes handicapées;

46.  encourage l’instauration d’un échange régulier des meilleures pratiques, la rédaction d’un rapport d’activité semestriel et l’élaboration de recommandations concernant le passage au numérique des entreprises;

47.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission ainsi qu’aux États membres.

(1)

Textes adoptés de cette date, P8_TA(2016)0009.

(2)

JO C 199 E du 7.7.2012, p. 131.

(3)

JO C 236 E du 12.8.2011, p. 57.

(4)

JO C 236 E du 12.8.2011, p. 41.

(5)

Textes adoptés de cette date, P7_TA(2014)0032.

(6)

Textes adoptés de cette date, P7_TA(2013)0535.

(7)

JO C 93 du 9.3.2016, p. 120.

(8)

JO C 332 E du 15.11.2013, p. 22.

(9)

Textes adoptés de cette date, P8_TA(2016)0486.

(10)

JO C 81 E du 15.3.2011, p. 45.

(11)

JO C 236 E du 12.8.2011, p. 24.

(12)

Cf. l’arrêt C-596/12, paragraphe 17, et l’arrêt C-232/09, paragraphe 39, de la Cour de justice de l’Union européenne.


EXPOSÉ DES MOTIFS

Les entreprises jouent un rôle essentiel dans l’économie européenne. Elles fournissent des emplois, un dynamisme économique et peuvent apporter des solutions cruciales permettant de maîtriser les grands défis de société auxquels l’Union doit faire face, qu’il s’agisse des objectifs de développement durable, du changement climatique, des changements démographiques, de la précarité sociale ou de la perte de biodiversité. En même temps, le monde se trouve au cœur d’une nouvelle révolution industrielle fondée sur le numérique et l’automatisation, modifiant les modèles d’entreprise, les chaînes de valeur, la production et la consommation. De nouvelles technologies clés sont en train d’émerger, telles que les mégadonnées, l’internet des objets, la 5G, l’informatique en nuage, la robotique, l’intelligence artificielle, les technologies quantiques, etc. Une course mondiale est en cours pour savoir qui va s’approprier ces nouvelles avancées et s’y adapter le plus rapidement de façon durable et sociale.

Afin de permettre aux entreprises européennes de rester compétitives, il est essentiel que celles-ci mènent cette nouvelle révolution industrielle au moyen de l’innovation et en se fondant sur la durabilité. À cet égard, l’Union possède de véritables atouts: le savoir-faire, les programmes de recherche et développement, des travailleurs qualifiés, un grand marché unique, une base industrielle solide et une histoire associant l’industrie manufacturière et les services. Ainsi, l’Europe requiert une stratégie de modernisation industrielle ambitieuse pour le passage au numérique de sa base manufacturière. La communication de la Commission constitue un premier pas important dans la bonne direction.

Une telle stratégie exige une approche globale reposant sur les piliers suivants:

•  coordination et vision européennes,

•  définition des conditions-cadres appropriées (infrastructures, investissement, innovation),

•  mise en avant de la sécurité en tant que spécificité européenne dans le développement des nouvelles technologies clés,

•  accroissement de la résilience sociale au moyen de compétences, de l’éducation et de l’innovation sociale.

L’Union a besoin d’une approche stratégique commune. L’existence de vingt-huit stratégies, plates-formes et approches séparées empêche d’exploiter les valeurs ajoutées européennes, encourage la fragmentation, risque de nuire au marché unique et mène à l’inefficacité. C’est la raison pour laquelle une approche européenne dotée d’une plate-forme européenne de coordination est cruciale pour inscrire les stratégies nationales dans un cadre plus vaste et dans une perspective européenne. Une vision européenne commune est particulièrement nécessaire. Le passage au numérique en lui-même ne saurait être le leitmotiv. C’est un catalyseur permettant de renforcer la compétitivité, la durabilité et la qualité du travail. Le passage au numérique des produits et des services permettrait aux entreprises d’augmenter leurs recettes de 110 milliards d’euros par an sur les cinq prochaines années. Rien qu’en Allemagne, il pourrait entraîner un accroissement de la productivité de 8 % sur les dix prochaines années, selon la Commission. Il permet également de réaliser des bénéfices socio-économiques et environnementaux. Selon les prévisions de BT, les TIC pourraient réduire les émissions de carbone de l’Union de plus de 1,5 Gt d’équivalent en CO2 en 2030 grâce à l’efficacité énergétique et l’efficacité des ressources, et la santé en ligne pourrait générer 14 milliards d’euros d’économie d’espace grâce à la diminution du nombre de consultations individuelles.

Il ne sera pas possible de s’adapter à ces nouvelles tendances industrielles si l’Europe ne fournit pas les conditions-cadre adéquates. Cela signifie qu’il faut garantir les meilleures infrastructures pour l’économie européenne au moyen, par exemple, de la 5G et de la fibre optique, promouvoir l’innovation et les programmes de recherche et développement, ainsi que stimuler les investissements dans les nouvelles technologies et la modernisation. Selon la Commission, ces quinze dernières années, les investissements réalisés dans les produits liés aux TIC au sein de l’Union ne représentaient qu’un tiers environ de ceux des États-Unis. Les volumes d’investissement sont trop faibles. C’est pour cette raison que la mise en place de conditions-cadre permettant le passage d’une politique d’austérité à une politique d’investissement est nécessaire. Dans ce contexte, les petites et moyennes entreprises (PME) jouent un rôle particulièrement important. Selon les sondages, la plupart des PME européennes ont le sentiment d’accuser un retard en matière de technologies numériques et investissent très peu dans ces dernières. Il convient de remédier à cela au moyen d’un programme de passage au numérique conçu sur-mesure pour les PME.

Il convient également d’accorder plus d’attention aux différents aspects relatifs à la sécurité dans cette nouvelle ère industrielle numérique, en veillant notamment à ce que les technologies stratégiques clés européennes ne soient pas vendues à bas prix aux concurrents étrangers, sans pour autant entraver le libre-échange. Cela signifie également qu’il faut garantir la cybersécurité dans l’usine numérisée et l’internet des objets, où tout produit ou service numérisé peut brusquement «devenir une arme» via le piratage. Pour ce faire, des règles de cybersécurité claires sont nécessaires. Il sera également crucial d’instaurer un cadre garantissant le libre flux des données tout en protégeant la souveraineté des données, de définir des règles claires en matière de gestion des données dans le cadre des relations contractuelles conclues entre entreprises, ainsi que d’établir une normalisation. Les concurrents de l’Europe sont déjà en train de mettre en œuvre leurs propres stratégies de normalisation en vue de faire avancer leurs propres acteurs industriels. Dans ce contexte, l’Europe doit établir un cadre normatif cohérent pour sa propre stratégie de passage au numérique des entreprises avec les organisations européennes de normalisation.

Le passage au numérique des entreprises européennes soulève aussi manifestement de nouveaux défis, notamment la situation absurde dans laquelle les nouvelles technologies pourraient mener, selon différentes études, à la perte d’emploi et à la précarité sociale alors même que l’Europe se trouve en pénurie de travailleurs qualifiés. Par rapport aux années précédentes, l’Europe est actuellement confrontée à une pénurie d’environ 180 000 spécialistes en technologies de l’information. C’est la raison pour laquelle une stratégie pour le passage au numérique des entreprises doit avoir une solide dimension sociale, incluant le droit à la formation et la garantie des compétences, la promotion de la formation tout au long de la vie et la garantie que les compétences numériques soient enseignées dès le plus jeune âge et intégrées aux programmes scolaires. Il convient également de développer les compétences numériques de manière transversale, non seulement dans les grandes entreprises mais également dans les PME et le secteur de l’artisanat. À cet égard, il est également essentiel d’associer les compétences numériques et la formation professionnelle.


AVIS de la commission de l’emploi et des affaires sociales (28.3.2017)

à l’intention de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie

sur le passage au numérique des entreprises européennes

(2016/2271(INI))

Rapporteure pour avis: Marju Lauristin

SUGGESTIONS

La commission de l’emploi et des affaires sociales invite la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie, compétente au fond, à incorporer dans la proposition de résolution qu’elle adoptera les suggestions suivantes:

A.  considérant que le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) emploie actuellement six millions de personnes en Europe; que 40 % des travailleurs européens disposent de compétences numériques insuffisantes et ont des difficultés à suivre une formation tout au long de la vie; que les systèmes d’éducation et de formation doivent être ajustés et renforcés pour répondre aux exigences du marché du travail numérique;

B.  considérant qu’il existe d’énormes disparités entre les sexes en matière d’emploi et de formation dans le secteur des TIC, ce qui a des répercussions négatives sur l’égalité du marché du travail;

C.  considérant que le passage au numérique concerne tous les aspects des activités du secteur industriel, qu’il en améliore la compétitivité grâce à la production innovante et durable de biens et de services qui stimule la croissance économique et crée des emplois et de la prospérité, mais qu’il pose aussi des défis qui exigent la participation active des autorités publiques et des partenaires sociaux pour réaliser un passage au numérique profitable à tous;

D.  considérant que l’importance relative de la valeur ajoutée et de l’emploi industriels diminue depuis des décennies, ce qui entraîne des inégalités économiques importantes et un impact négatif sur la cohésion sociale et régionale dans certains cas;

E.  considérant que le passage au numérique est susceptible de favoriser l’apparition de nouveaux réseaux de relations entre personnes, groupes, machines et systèmes et, de ce fait, de créer des synergies entre la créativité humaine et l’intelligence artificielle;

F.  considérant que 9 % des emplois en moyenne risquent d’être automatisés et que pour 25 % des emplois, le travail sera considérablement modifié en raison de l’automatisation;

G.  considérant que, selon la Commission, la demande de travailleurs disposant de compétences numériques élevées continue d’augmenter et que, faute de mesures adéquates, elle pourrait aboutir d’ici 2020 à l’impossibilité de pourvoir 756 000 postes, ce qui constitue une menace pour la croissance et la compétitivité européennes; que les systèmes d’éducation et de formation actuels doivent être révisés, si nécessaire, afin de mieux répondre aux besoins du marché du travail numérique et d’augmenter l’emploi;

H.  considérant que l’adaptation aux évolutions techniques et les changements qu’elles entraîneront dans le monde du travail constituent une tâche permanente qui occupera les entreprises, les syndicats et les décideurs politiques pendant un bon moment; que l’un des défis essentiels consistera à adapter les systèmes d’éducation et de formation aux besoins du marché du travail numérique et à veiller à ce que le passage des entreprises au numérique reste complémentaire du travail humain;

1.  souligne que le passage au numérique des entreprises représente des défis majeurs et des possibilités importantes en ce qui concerne la création et la disparition d’emplois ainsi que l’organisation du travail; qu’il nécessite dès lors des réponses ciblées de la Commission et des États membres, en concertation avec les partenaires sociaux, concernant les politiques en matière sociale, en matière d’emploi, d’éducation et de fiscalité, ainsi que la mise à disposition d’une infrastructure moderne; souligne que le passage des entreprises au numérique doit être accompagné afin de contribuer à l’amélioration des conditions de travail;

2.  souligne que les nouvelles formes de travail liées au passage au numérique impliquent que le lieu de travail est souvent éloigné de l’entreprise, ce qui peut être problématique au niveau du droit du travail, de la protection sociale et des conventions collectives applicables, ainsi que pour le principe de l’égalité de traitement sur le même lieu de travail; s’inquiète de la hausse du travail précaire et dans le secteur industriel, notamment le faux travail indépendant et les contrats «zéro heure» abusifs; souligne que la protection des travailleurs doit être assurée à tous de la même façon sur le marché du travail numérique;

3.  prend acte des fortes disparités régionales en matière de passage au numérique des entreprises, qui ne sont pas sans conséquence sur l’emploi, la productivité et la croissance, en particulier pour les PME; souligne qu’il existe non seulement des disparités régionales, mais aussi des disparités sociales, ainsi qu’entre les entreprises, en matière de passage au numérique; demande par conséquent d’intensifier les efforts en vue de développer les infrastructures numériques inclusives, de garantir l’accès au haut débit et de soutenir les PME, en particulier dans les régions qui accusent un retard; demande à l’Union de soutenir les investissements dans les infrastructures numériques et de faire meilleur usage des fonds européens à cet égard; souligne la nécessité de promouvoir l’accès universel à l’internet, y compris pour les groupes défavorisés et les personnes vivant dans les zones rurales;

4.  considère que l’innovation numérique publique et les normes ouvertes permettent de lutter contre la concentration des connaissances numériques au sein d’un petit nombre d’entreprises et, dès lors, d’encourager un développement numérique équilibré dans les États membres;

5.  souligne l’importance de la mise en réseau et de la coopération entre les initiatives nationales de passage au numérique telles qu’industrie 4.0 et demande davantage d’efforts pour soutenir les régions et les secteurs qui accusent actuellement un retard, afin d’assurer l’égalité des chances et de promouvoir la cohésion économique, sociale et territoriale; souligne le potentiel des centres de compétences numériques pour soutenir le passage des entreprises au numérique, améliorer la compétitivité des entreprises existantes et encourager la création de nouvelles entreprises;

6.  souligne que la transition numérique est un phénomène complexe qui doit également être abordé à l’échelon européen afin d’éviter le morcellement du marché unique et que la coopération étroite entre les acteurs nationaux et régionaux est souhaitable dans ce contexte;

7.  invite la Commission et les États membres, en collaboration avec les partenaires sociaux, à suivre et évaluer régulièrement l’incidence du passage au numérique sur la qualité, le nombre et la nature des emplois, ainsi que sur les demandes de compétences et de qualifications, et à adapter les politiques concernées en conséquence, afin de protéger les droits des travailleurs, de garantir une concurrence loyale et de veiller à ce que le passage au numérique contribue à améliorer les normes sociales et de travail; souligne qu’en raison du passage des entreprises au numérique, la différence entre création et perte des divers types d’emplois risque d’avoir des conséquences sur la stabilité financière des régimes de sécurité sociale, des régimes de retraite et des régimes d’assurance-chômage des États membres; rappelle que les futurs emplois ne seront pas tous affectés de la même manière par le passage des entreprises au numérique et que l’importance des interactions entre personnes ne doit pas être sous-estimée;

8.  relève l’influence qu’ont les nouveaux modèles commerciaux fondés sur les technologies numériques sur le marché du travail ainsi que sur la demande de compétences numériques des travailleurs et des prestataires de services; souligne que le passage au numérique est l’occasion de rapatrier des activités de production; invite la Commission et les États membres à définir des stratégies de rapatriement des activités afin d’encourager la croissance et l’emploi dans l’Union;

9.  rappelle que le passage au numérique risque d’aggraver les inégalités de répartition de la richesse en raison de l’élargissement du fossé numérique, qui pourrait scinder la société, les États membres et les régions entre ceux qui sont en mesure de tirer parti des gains de productivité offerts par le numérique et ceux qui en sont incapables; invite par conséquent la Commission et les États membres à étudier les possibilités de réduire les inégalités découlant de l’automatisation;

10.  reconnaît les possibilités et les défis liés au passage au numérique des entreprises; reconnaît les effets positifs du passage de l’industrie au numérique car, par la flexibilisation des modalités de travail, il permet de mieux concilier vie professionnelle et vie privée, de diversifier les choix grâce au télétravail mobile et de donner de l’emploi aux habitants des régions rurales et des régions isolées pour autant qu’ils disposent de l’infrastructure nécessaire, favorisant ainsi la croissance économique; note, parallèlement, que la tendance à la flexibilité induite par le passage au numérique est susceptible d’accroître le risque d’emploi instable et précaire; souligne toutefois que les nouvelles formes de travail ne doivent pas servir à contourner la législation sociale et du travail en vigueur en matière de protection des droits des travailleurs et des consommateurs; insiste sur le fait que les entreprises traditionnelles et les entreprises de l’économie des plateformes doivent être sur un pied d’égalité;

11.  demande à la Commission et aux États membres de recueillir des données afin d’évaluer l’impact du passage au numérique sur les formes d’emploi et les conditions de travail ainsi qu’à engager les initiatives voulues pour préciser la situation juridique des collaborateurs de plateformes, en particulier en distinguant les travailleurs indépendants des salariés, en adaptant si nécessaire la législation existante pour veiller à ce que tous les emplois soient dûment couverts par le droit du travail; souligne que tous les travailleurs ont les mêmes droits sociaux qui sont consacrés par les traités et la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne et doivent être respectés, y compris la liberté de circulation, la liberté d’association, le droit de conclure des conventions collectives et de mener des actions syndicales; souligne la nécessité d’un environnement réglementaire et administratif adapté à l’économie de plateformes, qui tienne compte des droits et obligations de tous les acteurs;

12.  rappelle que la Cour de justice de l’Union européenne définit la notion de «travailleur» en fonction d’une relation de travail caractérisée par certains critères, comme la subordination, la rémunération et la nature du travail(1); demande la sécurité juridique sur ce qui constitue un «emploi» sur le marché du travail numérique, afin de veiller au respect de la législation sociale et du travail; souligne que, dans l’économie des plateformes, tous les travailleurs sont soit salariés, soit travailleurs indépendants, selon la primauté des faits, quelle que soit leur situation contractuelle;

13.  est préoccupé par les disparités importantes du niveau de compétences numériques des travailleurs dans et entre les divers États membres; souligne qu’il faut réduire ces différences, qui ont un impact négatif sur les possibilités de développement et le marché du travail;

14.  invite la Commission et les États membres à veiller à ce que le passage de l’industrie au numérique et la généralisation des nouvelles formes de travail qui en est la conséquence ne se fassent pas au détriment des cotisations sociales et à ce que les cotisations soient toutes versées pour toutes les formes de travail; souligne que des solutions numériques pourraient faciliter la collecte de l’impôt et des cotisations de sécurité sociale;

15.  invite la Commission et les États membres à régulièrement associer les partenaires sociaux lors de l’adaptation du cadre réglementaire à l’économie numérique; invite les partenaires sociaux à conclure des conventions collectives pour l’économie des plateformes;

16.  invite les États membres à garantir l’accès à la formation aux compétences du XXIe siècle, notamment aux compétences numériques, au raisonnement critique, à la résolution des problèmes, au travail en équipe et à l’utilisation des mégadonnées, afin de permettre la participation égale de tous les citoyens au marché unique numérique; souligne, dans ce contexte, l’importance des compétences transversales, qui permettent aux travailleurs de prendre des décisions éclairées et de développer l’esprit d’initiative et la conscience de soi; souligne le rôle des employeurs dans l’organisation et le financement de formations appropriées permettant aux travailleurs de compléter leurs compétences et leurs aptitudes numériques; attire particulièrement l’attention sur les travailleurs occupant des postes menacés de disparition en raison du passage au numérique en cours;

17.  souligne l’importance de l’apprentissage tout au long de la vie pour tous les travailleurs à l’ère du numérique; invite la Commission et les États membres à faire en sorte que les travailleurs qui perdent leur emploi aient rapidement accès à une formation de reconversion aux compétences numériques si tel est leur souhait; demande une modernisation des régimes de protection sociale afin de tenir compte des formes de travail et de carrière façonnées par le passage au numérique;

18.  souligne qu’il importe que le système éducatif soit mieux adapté aux besoins de l’économie numérique, afin que les étudiants acquièrent les connaissances et les compétences indispensables; invite une nouvelle fois la Commission et les États membres à encourager le raisonnement interdisciplinaire dans les écoles, afin de répondre à la demande croissante de compétences numériques et complémentaires; invite les États membres à s’attacher non seulement à développer les compétences de la main-d’œuvre, mais aussi à promouvoir l’enseignement des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques, des compétences d’entrepreneuriat et des compétences non techniques nécessaires, ainsi que l’intérêt pour ces domaines, dès le plus jeune âge; souligne que des efforts particuliers doivent être consentis pour combler le fossé entre les hommes et les femmes dans le secteur des TIC; invite les États membres à définir des stratégies de compétences et des programmes de formation professionnelle pour l’ère du numérique en y associant les partenaires sociaux et les établissements d’enseignement et de formation;

19.  observe que l’inadéquation des compétences dans l’économie numérique ne tient pas uniquement au manque de compétences, mais aussi aux mauvaises conditions de travail, qui incitent les travailleurs les mieux qualifiés à travailler ailleurs, ainsi qu’à la mauvaise gestion des ressources humaines, qui ne parvient pas à tirer au mieux parti des compétences et des connaissances de la génération numérique;

20.  salue les initiatives entreprises par la Commission, comme la coalition en faveur des compétences numériques et de l’emploi, afin de remédier au manque de travailleurs qualifiés; souligne que le seul moyen d’enregistrer un succès durable dans ce domaine est d’associer le plus grand nombre possible de parties prenantes, dont les partenaires sociaux, les établissements d’enseignement et de formation et les ONG;

21.  souligne que les travailleurs ne sont pas subordonnées aux systèmes de production robotisés ou aux plateformes numériques, mais jouent un rôle important dans la détermination de leur environnement de travail et dans le passage au numérique; souligne donc la nécessité de renforcer le droit de consultation et de participation à toutes les questions liées à la marche de l’entreprise, ainsi que la participation des partenaires sociaux à tous les niveaux, pour assurer une transition numérique équitable;

22.  souligne la nécessité d’identifier et d’analyser tant les effets positifs découlant du passage au numérique des entreprises que les risques en matière de santé et de sécurité au travail qu’il pose, notamment les nouveaux risques psychologiques et les effets de l’interaction homme-machine, afin de prendre les mesures appropriées, le cas échéant; insiste sur la nécessité d’y associer les partenaires sociaux; souligne les effets psychologiques et neurologiques du passage au numérique sur les travailleurs étant donné que l’accessibilité permanente présente un risque de problèmes de santé mentale liés au travail tel que l’épuisement professionnel; demande donc que les travailleurs se voient reconnaître un «droit de se déconnecter» en dehors des heures de travail convenues;

23.  invite la Commission et ses agences, en particulier l’EU-OSHA, à étudier les effets du passage au numérique, de la robotisation et de l’intelligence artificielle sur les contraintes psychiques et à formuler, au besoin, des recommandations d’action; met en avant les effets que peut avoir la surveillance constante à l’aide des techniques numériques sur l’environnement professionnel et sur le stress au travail; signale, à cet égard, que la recherche montre clairement qu’intensifier la pression et la surveillance tend à accroître, non pas la performance, mais les risques pour la santé, les erreurs et les accidents(2);

24.  invite les États membres à engager, avec les partenaires sociaux, des consultations nationales sur l’avenir du travail et le passage au numérique; estime que la Commission devrait jouer un rôle de premier plan dans la diffusion et la coordination de ces initiatives nationales;

25.  observe que le recours accru aux nouvelles technologies et aux moyens de communication électroniques sur le lieu de travail soulève des questions sur la vie privée des travailleurs et les nouvelles possibilités de contrôle et de surveillance; souligne qu’il existe donc un besoin urgent de débattre en vue d’élaborer de meilleurs cadres stratégiques en ce qui concerne l’utilisation, le traitement, le stockage et la propriété des données des employés sur le lieu de travail, conformément au règlement 2016/679, afin de prévenir les atteintes aux droits fondamentaux des travailleurs et de garantir leur droit d’accéder aux données;

26.  relève le potentiel que comporte le passage au numérique pour l’accessibilité des services sociaux et d’autres services publics, ainsi que pour l’intégration dans le marché du travail des personnes handicapées et des personnes à mobilité réduite; souligne, en particulier, l’importance du télétravail à cet égard;

27.  relève l’augmentation du travail par l’intermédiaire de plateformes et estime qu’il va se répandre dans le secteur industriel, compte tenu des possibilités de décentralisation et de souplesse apportées par la transition numérique; se dit à nouveau préoccupé par le fait que le travail par l’intermédiaire de plateformes serve à contourner la législation fiscale et les droits des travailleurs, notamment le salaire minimal, les obligations en matière de santé et de sécurité, la durée maximale du travail et les droits à la sécurité sociale dans certains cas; invite la Commission et les États membres à élaborer un cadre garantissant que les travailleurs de plateformes bénéficient des mêmes droits que les travailleurs occupant des emplois traditionnels, et garantissant aux individus et aux entreprises des conditions équitables en matière de fiscalité et de cotisations sociales, afin de préserver la stabilité à long terme des finances publiques et des régimes de sécurité sociale.

INFORMATIONS SUR L’ADOPTIONPAR LA COMMISSION SAISIE POUR AVIS

Date de l’adoption

22.3.2017

 

 

 

Résultat du vote final

+:

–:

0:

43

1

2

Membres présents au moment du vote final

Mara Bizzotto, Enrique Calvet Chambon, David Casa, Ole Christensen, Lampros Fountoulis, Rina Ronja Kari, Jan Keller, Ádám Kósa, Jean Lambert, Jérôme Lavrilleux, Patrick Le Hyaric, Jeroen Lenaers, Javi López, Thomas Mann, Dominique Martin, Anthea McIntyre, Joëlle Mélin, Emilian Pavel, João Pimenta Lopes, Georgi Pirinski, Marek Plura, Terry Reintke, Sofia Ribeiro, Robert Rochefort, Maria João Rodrigues, Claude Rolin, Anne Sander, Sven Schulze, Jutta Steinruck, Romana Tomc, Yana Toom, Marita Ulvskog, Renate Weber, Tatjana Ždanoka, Jana Žitňanská

Suppléants présents au moment du vote final

Maria Arena, Georges Bach, Tania González Peñas, Krzysztof Hetman, Marju Lauristin, Alex Mayer, Joachim Schuster, Jasenko Selimovic, Csaba Sógor, Michaela Šojdrová, Neoklis Sylikiotis

VOTE FINAL PAR APPEL NOMINAL EN COMMISSION SAISIE POUR AVIS

43

+

ALDE

ECR

ENF

GUE/NGL

PPE

 

S&D

Verts/ALE

Enrique Calvet Chambon, Robert Rochefort, Jasenko Selimovic, Yana Toom, Renate Weber

Anthea McIntyre; Jana Žitňanská

Dominique Martin, Joëlle Mélin

Tania González Peñas, Rina Ronja Kari, Patrick Le Hyaric, Neoklis Sylikiotis

Georges Bach, David Casa, Krzysztof Hetman, Ádám Kósa, Jérôme Lavrilleux, Jeroen Lenaers, Thomas Mann, Marek Plura, Sofia Ribeiro, Claude Rolin, Anne Sander, Sven Schulze, Michaela Šojdrová, Csaba Sógor, Romana Tomc

Maria Arena, Ole Christensen, Jan Keller, Marju Lauristin, Javi López, Alex Mayer, Emilian Pavel, Georgi Pirinski, Maria João Rodrigues, Joachim Schuster, Jutta Steinruck, Marita Ulvskog

Jean Lambert, Terry Reintke, Tatjana Ždanoka

1

-

NI

Lampros Fountoulis

2

0

ENF

GUE/NGL

Mara Bizzotto

João Pimenta Lopes

Légende:

+  :  pour

-  :  contre

0  :  abstention

(1)

Cf. l’arrêt C-596/12, paragraphe 17, et l’arrêt C-232/09, paragraphe 39, de la Cour de justice de l’Union européenne.

(2)

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail: «Work-related stress and risk assessment. A European campaign on risk assessment»; obtenu le 14 juin 2013 sur le site https://osha.europa.eu/en/surveys-and-statistics-osh/esener


AVIS de la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs (7.2.2017)

à l’intention de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie

sur le passage au numérique des entreprises européennes

(2016/2271(INI))

Rapporteur pour avis: Sergio Gaetano Cofferati

SUGGESTIONS

La commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs invite la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie, compétente au fond, à incorporer dans la proposition de résolution qu’elle adoptera les suggestions suivantes:

1.  se félicite de la communication de la Commission intitulée «Passage au numérique des entreprises européennes» (COM(2016)0180); rappelle l’objectif de faire en sorte que l’industrie représente 20 % du PIB de l’Union en 2020; souligne le rôle majeur que la transition numérique peut jouer à cet égard et les débouchés commerciaux qu’elle peut créer; insiste sur l’impératif de définir une stratégie ambitieuse et cohérente de l’Union qui réunisse les différentes initiatives européennes et coordonne les stratégies nationales et régionales, tout en évitant la fragmentation et en maximisant les débouchés pour les consommateurs, les travailleurs et les entreprises;

2.  souligne que le numérique a bouleversé tous les secteurs de l’économie et que l’Europe doit saisir cette occasion pour renforcer sa compétitivité sur le plan international; exhorte la Commission et les États membres à développer davantage le marché unique européen afin de renforcer les entreprises européennes, y compris les petites et moyennes entreprises (PME) et les start-up, à garantir la cohérence du cadre règlementaire, ainsi qu’à supprimer les obstacles réglementaires injustifiés, à réduire les formalités administratives et à moderniser la réglementation;

3.  fait valoir la nécessité d’investissements suffisants et d’un cadre réglementaire cohérent dans la recherche et l’innovation, les infrastructures, la cybersécurité, la protection des données, l’administration en ligne et les compétences numériques, afin de garantir le bon fonctionnement du marché unique numérique; souligne que l’Union est en retard sur ses concurrents dans ce domaine, qu’il est nécessaire de consacrer davantage de ressources à de tels investissements et qu’il convient d’exploiter pleinement le potentiel et les synergies des fonds existants tout en encourageant les investissements privés; estime que la Commission devrait déployer des efforts supplémentaires afin de s’attaquer efficacement à ces défis; exhorte la Commission à rendre plus clair le financement des initiatives actuelles et futures destinées à faciliter le passage au numérique, en particulier quant au rôle de l’EFSI, des Fonds ESI et d’Horizon 2020 et quant aux synergies potentielles entre eux, ainsi que quant aux apports estimés des budgets nationaux des États membres; demande à la Commission d’analyser les retombées des partenariats public-privé et des initiatives technologiques conjointes lors de la prochaine évaluation intermédiaire d’Horizon 2020;

4.  rappelle qu’il existe aujourd’hui, en parallèle, trente initiatives nationales et régionales; souligne l’importance de bâtir des synergies et de mettre en place une collaboration internationale pour rapprocher ces initiatives, afin d’accroître leur visibilité, de leur donner une valeur ajoutée et de promouvoir une utilisation efficace des moyens disponibles; déplore la fracture géographique grandissante dans le domaine de la compétitivité industrielle et de la numérisation; demande que soient étendues les infrastructures de réseaux à très haut débit, fixes et mobiles, à toutes les zones géographiques, y compris les zones rurales ou enclavées; prie instamment la Commission d’élaborer des statistiques complètes en plus de celles qui existent, comme l’indice relatif à l’économie et à la société numériques (DESI), afin de mieux évaluer le passage au numérique dans différents domaines et secteurs;

5.  salue l’intention de la Commission de créer des pôles d’innovation numérique en Europe pour réunir les initiatives européennes et nationales existantes; souligne que ces pôles devraient proposer des services d’accompagnement et de conseil, et stimuler les échanges de bonnes pratiques; demande à la Commission de veiller à ce que la coopération et les investissements au niveau européen dans la numérisation des entreprises conduisent à une réduction progressive de la fracture numérique géographique, à une meilleure coordination des fonds existants et à davantage de possibilités pour le passage au numérique des PME; souligne à cet égard l’importance de créer un contexte propice au numérique pour les microentreprises et les PME;

6.  attire l’attention sur le risque d’un glissement des bénéfices des acteurs économiques vers les propriétaires de plates-formes numériques protégées par des droits et d’une concentration du marché aux mains de quelques acteurs, ce qui créerait des monopoles de fait, en particulier en ce qui concerne les plates-formes; estime qu’il est nécessaire que les autorités de la concurrence agissent de manière efficace et cohérente afin d’assurer une concurrence équitable entre la pluralité des acteurs, y compris dans l’univers numérique, et qu’au besoin, des initiatives législatives soient prises;

7.  souligne la nécessité de présenter d’urgence un plan efficace pour la normalisation et de garantir l’entière interopérabilité dans le domaine de la numérisation des entreprises, notamment pour l’internet des objets et les systèmes autonomes, étant donné qu’aujourd’hui, les chaînes d’approvisionnement européennes et le passage au numérique posent à cet égard des défis qui ne peuvent être relevés qu’au niveau européen; invite la Commission à favoriser le développement de normes ouvertes, interopérables et déterminées par la demande dans tous les domaines clés, et salue son intention de garantir l’accès aux brevets essentiels selon une norme en application des conditions FRAND (équitables, raisonnables et non discriminatoires); rappelle à la Commission qu’il faut tenir compte de tous les aspects pertinents dans l’élaboration de normes et garantir une participation adéquate à ces processus de toutes les parties prenantes, notamment des partenaires sociaux et des nouveaux acteurs, aux niveaux mondial, européen, national et régional;

8.  estime que la sécurité des infrastructures informatiques et de données ainsi que la confiance dans l’environnement numérique sont essentielles pour libérer pleinement le potentiel de croissance et d’innovation lié à la numérisation des entreprises, au bénéfice des travailleurs, des consommateurs et des entreprises, y compris des PME et des start-up; encourage en outre les producteurs de logiciels commerciaux et de matériel informatique à garantir des normes de sécurité et de sûreté qui correspondent aux dernières technologies disponibles; invite le secteur à mettre pleinement en œuvre le principe de sécurité dès la conception des produits et des services, en plus des principes de protection de la vie privée dès la conception et par défaut;

9.  est favorable à la poursuite des efforts européens dans le domaine de la cybersécurité; invite les États membres à transposer la directive SRI dans les délais et de manière cohérente, à respecter strictement le règlement général sur la protection des données, ainsi qu’à coopérer efficacement afin de garantir la mise en place d’un cadre sûr pour les citoyens et les entreprises dans l’Union; rappelle que 80 % des entreprises européennes ont connu au moins un incident de cybersécurité au cours de l’année écoulée(1); demande que soient lancées une série d’initiatives nouvelles et concrètes pour donner des orientations aux entreprises, en particulier aux PME, afin qu’elles sachent comment accroître leur résilience face aux cyberattaques, et salue le nouveau partenariat public-privé sur la cybersécurité lancé récemment par la Commission;

10.  affirme que le passage au numérique devrait offrir aux consommateurs davantage de choix, davantage de produits conviviaux et sur mesure, et leur fournir davantage d’informations, en particulier sur la qualité des produits ou des services;

11.  invite la Commission et les États membres à adopter les mesures nécessaires pour garantir le respect plein et entier du droit des citoyens à la vie privée et à la protection de leurs données à caractère personnel dans l’environnement numérique; met en avant l’importance de bien appliquer le règlement général sur la protection des données, et notamment d’appliquer intégralement le principe de protection de la vie privée dès la conception et par défaut; constate qu’il est de plus en plus important de dissiper les inquiétudes quant à l’accès aux données, à la propriété et aux responsabilités en la matière, et invite la Commission à évaluer plus en détail le cadre réglementaire actuel en tenant compte de ces questions; estime que les consommateurs devraient pouvoir se servir et profiter librement et pleinement des produits et des services qu’ils achètent (y compris en pouvant choisir librement un réparateur), et ne devraient pas être bloqués par des questions relatives aux données; invite la Commission, dans le contexte de la mise en œuvre du règlement général sur la protection des données, à préciser et à définir certaines exigences minimales concernant les données recueillies sur le lieu de travail;

12.  souligne que l’initiative européenne sur l’informatique en nuage ainsi que la proposition législative sur la libre circulation des données, qui vise à lever les restrictions injustifiées à la localisation des données, ont le potentiel de stimuler davantage le passage au numérique des entreprises européennes, en particulier les PME et les start-up, et d’éviter la fragmentation du marché unique de l’Union; invite la Commission à suivre l’adoption et la mise en œuvre cohérente de l’initiative européenne sur l’informatique en nuage, afin de permettre la circulation et l’utilisation des données de manière loyale, rapide, fiable et fluide; rappelle à la Commission qu’elle a pris l’engagement, dans sa communication, de présenter une proposition législative sur la libre circulation des données dans l’Union européenne, afin d’empêcher que les législations ou les réglementations nationales n’imposent des obligations injustifiées en matière de localisation, et afin de supprimer ces obligations lorsqu’elles existent;

13.  demande à la Commission de clarifier dès que possible les règles sur la sécurité et la responsabilité relatives aux systèmes autonomes (comme les véhicules et les drones), de garantir des compensations juridiques rapides et efficaces en cas d’incident et d’harmoniser les conditions applicables aux essais de ces systèmes; estime que l’interopérabilité est nécessaire, en particulier dans le domaine de l’internet des objets, pour garantir que la mise au point de nouvelles technologies ouvre de meilleures perspectives aux consommateurs, qui ne devraient pas être captifs d’un petit nombre de fournisseurs spécifiques; souligne les défis que posent l’internet des objets, les applications et les logiciels non intégrés quant à la sécurité, à la sûreté et à la responsabilité; souligne qu’en ce qui concerne l’internet des objets, les producteurs doivent être la source principale de l’amélioration des régimes de responsabilité, pour aboutir à des produits de meilleure qualité et à environnement plus sûr au regard de l’accès externe et des possibilités de mise à jour documentées;

14.  note que la transition en cours vers le numérique, et notamment le passage des entreprises au numérique, entraîne des conséquences majeures, des possibilités et des défis pour la société, les modèles d’entreprise, les conditions de travail et la demande d’emplois; regrette le manque d’analyse, par la Commission, des effets sociaux du passage des entreprises au numérique; prie instamment la Commission d’effectuer une analyse approfondie des incidences du passage des entreprises au numérique à cet égard et de la présenter au Parlement européen et au Conseil avant la fin de 2017;

15.  admet que le passage des entreprises au numérique ouvrira des perspectives, mais souligne aussi qu’il pose des défis concernant la demande d’emplois, les conditions de travail et les droits des travailleurs, en particulier dans les relations de travail atypiques; met en avant la nécessité de garantir le plein respect du droit du travail et une protection sociale adéquate dans la sphère numérique; estime que les partenaires sociaux doivent être associés à l’élaboration des initiatives européennes et nationales sur le passage au numérique des entreprises; salue l’engagement de la Commission de répondre aux inquiétudes relatives aux aspects sociaux du passage au numérique, dans le cadre d’un dialogue avec tous les acteurs concernés et en organisant des tables rondes de haut niveau ainsi qu’un forum des partenaires européens sur ce processus;

16.  constate que les compétences numériques sont importantes sur le marché du travail actuel et pour la participation et la compétitivité des régions européennes, ainsi que dans la lutte contre l’exclusion numérique, en particulier dans le cadre de la nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe; presse la Commission d’encourager et de coordonner une éducation, un apprentissage tout au long de la vie et une formation professionnelle de qualité, y compris pour les qualifications et les compétences numériques de base et avancées, par exemple en informatique, en codage, en programmation ou en cryptographie; demande que soient réalisés les investissements publics et privés nécessaires dans ces domaines;

17.  souhaite que soit encouragée une plus grande participation des régions afin de réduire les écarts en matière d’innovation et d’attirer des professionnels vers le développement des régions européennes; insiste sur la nécessité de collaborer avec les partenaires sociaux afin de prévoir les besoins à long terme en matière de compétences numériques et salue le lancement de la coalition en faveur des compétences et des emplois dans le secteur du numérique, ainsi que d’autres initiatives européennes dans ce domaine; encourage la Commission et les États membres à garantir la reconnaissance mutuelle des qualifications numériques en créant un certificat ou un système de classement européen;

18.  estime nécessaire de créer un contexte numérique collaboratif ainsi que des plates-formes qui contribuent à la création d’un cyberespace propice aux progrès de la numérisation des entreprises, afin d’accroître la compétitivité de l’industrie européenne.

RÉSULTAT DU VOTE FINALEN COMMISSION SAISIE POUR AVIS

Date de l’adoption

6.2.2017

 

 

 

Résultat du vote final

+:

–:

0:

30

1

0

Membres présents au moment du vote final

Dita Charanzová, Carlos Coelho, Sergio Gaetano Cofferati, Daniel Dalton, Nicola Danti, Vicky Ford, Evelyne Gebhardt, Sergio Gutiérrez Prieto, Liisa Jaakonsaari, Philippe Juvin, Antonio López-Istúriz White, Eva Maydell, Marcus Pretzell, Virginie Rozière, Christel Schaldemose, Andreas Schwab, Olga Sehnalová, Igor Šoltes, Richard Sulík, Marco Zullo

Suppléants présents au moment du vote final

Pascal Arimont, Biljana Borzan, Birgit Collin-Langen, Anna Hedh, Kaja Kallas, Roberta Metsola, Julia Reda, Adam Szejnfeld, Marc Tarabella, Ulrike Trebesius

Suppléants (art. 200, par. 2) présents au moment du vote final

Andrea Bocskor

(1)

The Global State of Information Security®, http://www.pwc.com/gx/en/issues/cyber-security/information-security-survey.html


AVIS de la commission des transports et du tourisme (11.4.2017)

à l’intention de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie

sur le passage au numérique des entreprises européennes

(2016/2271(INI))

Rapporteur pour avis: Pavel Telička

SUGGESTIONS

La commission des transports et du tourisme invite la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie, compétente au fond, à incorporer dans la proposition de résolution qu’elle adoptera les suggestions suivantes:

A.  considérant que le passage au numérique crée de nouveaux débouchés dans le secteur des transports pour les constructeurs, les exploitants, les investisseurs et les passagers, et qu’il constitue une condition préalable pour que le secteur des transports reste à la fois compétitif et fonctionnel et augmente son efficacité, et pour que les services de transport deviennent plus durables et plus performants;

B.  considérant que le passage au numérique crée de nouvelles opportunités pour les PME et les jeunes pousses et qu’il favorise l’émergence de nouveaux modèles d’activités, notamment le développement de l’économie collaborative dans le secteur des transports par exemple sous la forme du covoiturage, du partage de véhicules, des vélos en libre-service et de la mise en commun du fret;

C.  considérant que le passage au numérique a déjà contribué à la transformation du secteur des transports, en permettant notamment l’automatisation progressive des modes de transport et la simplification des services de transport;

D.  considérant que le passage au numérique doit rester l’une des principales priorités dans le domaine des transports, afin de renforcer l’attractivité de ce secteur et de lui assurer une position économique forte en Europe et vis-à-vis des pays tiers;

E.  considérant que le passage au numérique est susceptible de donner une impulsion au secteur du tourisme dans l’intérêt des voyageurs et de leur mobilité, en permettant notamment une facilité d’accès à l’information en temps réel et un large choix de services;

1.  se félicite de la communication de la Commission intitulée «Passage au numérique des entreprises européennes – Tirer tous les avantages du marché unique numérique» (COM(2016)0180), mais déplore que cette communication ne porte pas une attention suffisante à l’ensemble des défis actuels étant donné qu’elle se concentre surtout, pour le secteur des transports, sur la conduite connectée et automatisée; rappelle que si les véhicules connectés et automatisés représentent l’une des futures transformations numériques les plus prometteuses dans ce secteur, il existe des possibilités de numérisation dans tous les modes de transport, dans les procédures opérationnelles et administratives, et tout au long de la chaîne de valeur du constructeur aux passagers et aux marchandises, ainsi que des possibilités de coordination avec toutes les nouvelles technologies utilisées dans le secteur, comme les systèmes européens de navigation par satellite EGNOS et GALILEO, dont on peut attendre des résultats à court terme; demande à la Commission de se concentrer sur les transformations numériques dans tous les modes de transport, y compris les services liés au transport et au tourisme;

2.  souligne que le passage au numérique n’a pas bénéficié de manière uniforme à l’ensemble du secteur, ce qui a provoqué une fragmentation délétère au sein du marché unique, tant entre différents modes de transport qu’au sein du même mode; souligne les disparités importantes et croissantes entre les États membres en ce qui concerne la compétitivité et la numérisation dans le secteur des transports, lesquelles se reflètent également entre les régions, les entreprises et les PME; croit fermement qu’une stratégie coordonnée de l’Union européenne pour le passage au numérique pourrait contribuer à surmonter cette fragmentation et ces disparités et à attirer des investissements au profit de projets numériques; souligne que l’objectif ne devrait pas être simplement l’élaboration d’un nouveau document d’orientation, mais une stratégie réelle qui reflète les tendances de l’innovation et le potentiel du marché, et dont la mise en œuvre serait évaluée de façon régulière;

3.  estime qu’une stratégie pour le passage au numérique permettra de relever certains des défis les plus urgents dans les secteurs des transports et du tourisme; invite la Commission, par conséquent, à continuer de soutenir le passage au numérique pour atteindre les objectifs suivants:

  a)  améliorer le niveau global de sécurité, de qualité et de performance environnementale du secteur des transports;

  b)  améliorer l’accessibilité sans obstacle pour tous, notamment les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite ou handicapées, et développer la connaissance des solutions de substitution en matière de mobilité en offrant aux passagers davantage de possibilités, davantage de produits conviviaux et sur mesure ainsi que plus d’informations, dans toute l’Union et dans les zones urbaines aussi bien que dans les régions les moins développées;

  c)  réduire le coût des transports, notamment les coûts de maintenance, et améliorer l’efficacité de l’utilisation de la capacité des infrastructures de transport existantes (par exemple la conduite en convoi, les systèmes de transport intelligents coopératifs (C‑ITS), le système européen de gestion du trafic ferroviaire (ERTMS) ou les services d’information fluviale (SIF));

  d)  augmenter la compétitivité en facilitant l’apparition de nouveaux acteurs, en particulier des PME et des start-ups, afin de remettre en question les monopoles actuels;

  e)  faciliter l’application correcte et harmonisée de la législation de l’Union, par le développement des systèmes de gestion du trafic, des systèmes de transport intelligents, des tachygraphes, des systèmes de télépéage, etc., et créer des cadres règlementaires adaptés aux situations réelles et nouvelles qui peuvent survenir avec l’application des technologies de pointe;

  f)  alléger la charge administrative qui pèse sur les petits et moyens exploitants et les jeunes entreprises du secteur des transports, par exemple dans le domaine des marchandises et de la logistique, en simplifiant les procédures administratives, en fournissant un suivi et une localisation des frets et en optimisant les programmes et les flux de trafic;

  g)  continuer de préserver les droits des passagers, notamment en matière de protection des données, également dans leurs déplacements multimodaux;

  h)  réduire les problèmes liés à l’asymétrie des informations sur le marché des transports;

  i)  renforcer l’attractivité et le développement du secteur du tourisme, lequel contribue à la création d’environ 10 % du PIB de l’Union européenne, et du secteur de la création dans les régions urbaines, rurales et ultrapériphériques, par exemple grâce à une meilleure intégration de la mobilité et des services du tourisme, y compris vers des destinations moins connues;

4.  souligne que la connectivité ininterrompue et de haute qualité est une condition préalable pour un passage au numérique rapide, sûr et fiable de tous les modes de transport et pour une numérisation plus poussée du secteur des transports; regrette la fragmentation importante de la couverture numérique au sein de l’Union; estime que les investissements dans le haut débit et l’allocation équitable des plages de fréquence sont indispensables pour le passage au numérique du secteur des transports; souligne, à cet égard, la nécessité d’une vision transsectorielle, par exemple entre les secteurs de l’électronique, des télécommunications, des transports et du tourisme; invite la Commission et les États membres à respecter leurs engagements, à savoir garantir ce type de connectivité pour les principales voies et plateformes de transport d’ici à 2025 et mettre en place une couverture totale de l’ensemble du territoire de l’Union;

5.  souligne la nécessité de mobiliser et d’attirer des investissements publics et privés afin de financer correctement le passage au numérique et de soutenir de manière appropriée le développement des infrastructures connexes; invite la Commission à veiller à ce que la coopération et les investissements au niveau européen dans la numérisation des entreprises de transport mènent à une convergence progressive entre les différentes régions, notamment en multipliant les possibilités de passage au numérique des PME au moyen des fonds européens existants; estime qu’il est possible de coordonner et d’utiliser les fonds existants de l’Union de façon plus performante et efficace, notamment le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS), qui n’a pas encore donné de résultats suffisants en ce qui concerne les projets véritablement innovants;

6.  souligne que les transports autonomes pourraient se développer rapidement dans un avenir proche et demande à la Commission, par conséquent, de clarifier dès que possible les règles sur la sécurité et la responsabilité relatives aux transports totalement autonomes afin de définir les conditions juridiques permettant de garantir leur intégration rapide et effective sur le marché;

7.  est fermement convaincu que les données ouvertes, les mégadonnées et l’analyse des données restent des éléments essentiels pour exploiter pleinement le potentiel du marché unique numérique, à plus forte raison dans le secteur des transports, et pour stimuler l’innovation; déplore que les initiatives visant à fluidifier la circulation des données restent fragmentaires; souligne la nécessité d’une meilleure sécurité juridique, notamment en matière de propriété et de responsabilité, dans le respect intégral de la vie privée et de la protection des données;

8.  prend acte de la contribution des start-ups et des PME au processus de numérisation, et souligne qu’il est important d’apporter à ces dernières un soutien et des outils adéquats, notamment sous forme financière le cas échéant, afin de garantir l’application de leurs innovations et de favoriser leur intégration sur le marché; se dit favorable, par exemple, à l’idée de développer davantage les pôles d’innovation numérique dans l’ensemble de l’Union, là où de nouveaux centres de compétences et de groupements partenaires pourraient être créés;

9.  constate que la numérisation croissante dans la vente des titres de transport se traduit par une meilleure disponibilité des informations sur internet pour les consommateurs, mais d’une façon qui rend la comparaison des différentes offres de plus en plus difficile; estime qu’il est donc nécessaire de renforcer les garanties de transparence et de neutralité dans la vente, en particulier pour la vente sur internet, pour que les consommateurs puissent effectuer des choix informés basés sur des informations fiables, non seulement eu égard aux prix, mais également à d’autres paramètres, notamment la qualité du service et les offres secondaires; considère que cette transparence favorisera la compétitivité et soutiendra le développement des transports multimodaux;

10.  constate que la transformation numérique dans les secteurs des transports et du tourisme, en particulier le développement des économies sur demande et collaboratives, contribue de façon significative à la modification du comportement des passagers et des consommateurs en ce qui concerne la mobilité et le tourisme, ainsi que la nécessité d’adapter les infrastructures; invite la Commission à évaluer les incidences du passage au numérique dans le secteur des transports, de la mobilité et du tourisme, en mettant l’accent en particulier sur les comportements et les choix des utilisateurs de ces services, ainsi qu’à exploiter davantage le potentiel de ce changement sociétal;

11.  rappelle que le passage au numérique n’est pas simplement une question technologique, mais qu’il a des conséquences sociales, professionnelles et économiques plus vastes, et invite la Commission, à cet égard, à effectuer dès que possible une analyse approfondie de ces implications; constate que pour exploiter pleinement le potentiel du passage au numérique, notamment en termes de création d’emplois et de requalification des travailleurs, et pour éviter que l’Europe ne se trouve confrontée, dans les années à venir, à une énorme pénurie de travailleurs qualifiés dans les TIC, il est nécessaire de développer massivement les compétences et d’investir dans la formation professionnelle à tous les niveaux afin de se préparer à l’intégration des technologies numériques; invite les États membres à donner la priorité à des mesures qui vont en ce sens et à intégrer le passage au numérique dans leurs stratégies nationales pour le secteur des transports.

INFORMATIONS SUR L’ADOPTIONPAR LA COMMISSION SAISIE POUR AVIS

Date de l’adoption

11.4.2017

 

 

 

Résultat du vote final

+:

–:

0:

43

2

0

Membres présents au moment du vote final

Daniela Aiuto, Lucy Anderson, Inés Ayala Sender, Georges Bach, Izaskun Bilbao Barandica, Deirdre Clune, Michael Cramer, Luis de Grandes Pascual, Andor Deli, Isabella De Monte, Ismail Ertug, Jacqueline Foster, Dieter-Lebrecht Koch, Merja Kyllönen, Miltiadis Kyrkos, Bogusław Liberadzki, Peter Lundgren, Marian-Jean Marinescu, Cláudia Monteiro de Aguiar, Jens Nilsson, Salvatore Domenico Pogliese, Tomasz Piotr Poręba, Gabriele Preuß, Dominique Riquet, Massimiliano Salini, David-Maria Sassoli, Claudia Schmidt, Claudia Țapardel, Keith Taylor, Pavel Telička, István Ujhelyi, Peter van Dalen, Wim van de Camp, Elissavet Vozemberg-Vrionidi, Janusz Zemke, Roberts Zīle, Kosma Złotowski, Elżbieta Katarzyna Łukacijewska

Suppléants présents au moment du vote final

Jakop Dalunde, Maria Grapini, Franck Proust, Matthijs van Miltenburg, Henna Virkkunen

Suppléants (art. 200, par. 2) présents au moment du vote final

John Stuart Agnew, Jiří Maštálka

VOTE FINAL PAR APPEL NOMINALEN COMMISSION SAISIE POUR AVIS

43

+

ALDE

Izaskun Bilbao Barandica, Dominique Riquet, Pavel Telička, Matthijs van Miltenburg

ECR

Jacqueline Foster, Tomasz Piotr Poręba, Roberts Zīle,, Kosma Złotowski, Peter van Dalen

EFDD

Daniela Aiuto

GUE/NGL

Merja Kyllönen, Jiří Maštálka

PPE

Georges Bach, Deirdre Clune, Andor Deli, Dieter-Lebrecht Koch, Elżbieta Katarzyna Łukacijewska, Marian-Jean Marinescu, Cláudia Monteiro de Aguiar, Salvatore Domenico Pogliese, Franck Proust, Massimiliano Salini, Claudia Schmidt, Henna Virkkunen, Elissavet Vozemberg-Vrionidi, Luis de Grandes Pascual, Wim van de Camp

S&D

Lucy Anderson, Inés Ayala Sender, Isabella De Monte, Ismail Ertug, Maria Grapini, Miltiadis Kyrkos, Bogusław Liberadzki, Jens Nilsson, Gabriele Preuß, David-Maria Sassoli, Claudia Țapardel, István Ujhelyi, Janusz Zemke

Verts/ALE

Michael Cramer, Jakop Dalunde, Keith Taylor

2

-

EFDD

Peter Lundgren, John Stuart Agnew

0

0

 

 

Légende des signes utilisés:

+  :  pour

-  :  contre

0  :  abstention


AVIS de la commission de la culture et de l’éducation (30.1.2017)

à l’intention de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie

concernant le passage au numérique des entreprises européennes

(2016/2271(INI))

Rapporteur pour avis: Angel Dzhambazki

SUGGESTIONS

La commission de la culture et de l’éducation invite la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie, compétente au fond, à incorporer dans la proposition de résolution qu’elle adoptera les suggestions suivantes:

1.  rappelle que, avec quelque 40 % de travailleurs européens dépourvus de compétences numériques suffisantes, ce qui a une incidence néfaste sur leur participation à la société et sur leurs capacités professionnelles, et dans la mesure où 6 des 10 principales compétences requises sur le marché du travail sont des compétences techniques ou numériques, l’Union est confrontée à un déficit de compétences numériques; prend acte des récentes communications de la Commission intitulées «Passage au numérique des entreprises européennes» et «Une nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe», qui sont un premier pas dans la bonne direction pour l’amélioration de la culture numérique et des compétences numériques des citoyens européens; souligne néanmoins la nécessité d’adopter de nouvelles initiatives systémiques, qui devraient fournir un cadre global afin de sensibiliser les citoyens européens à l’importance de ces compétences et d’intégrer l’utilisation de celles-ci dans leur vie quotidienne;

2.  invite la Commission à placer les compétences numériques au cœur de sa prochaine révision du cadre des compétences clés; encourage les États membres à développer davantage les programmes d’enseignement primaire, secondaire et supérieur, ainsi que les programmes de formation professionnelle, afin de répondre aux besoins d’un marché du travail de plus en plus numérique et d’une démocratie axée sur la communication numérique, en dotant les citoyens des compétences nécessaires pour une participation active et une interaction avec le gouvernement; souligne la nécessité d’une formation adéquate des enseignants, qui permette de mettre à jour les méthodes d’enseignement et d’augmenter les possibilités innovantes d’apprentissage numérique et à distance, de manière à offrir davantage de possibilités aux étudiants pour répondre aux nouvelles exigences en matière de compétences numériques sur le marché du travail;

3.  attire l’attention sur l’occasion que représente l’éducation par la numérisation pour les jeunes Européens ne travaillant pas ou ne suivant pas d’études, et demande que des mesures soient prises pour améliorer l’inclusion sociale et l’inclusion sur le marché du travail;

4.  insiste sur la nécessité de combler le fossé sans cesse grandissant en matière d’accès à l’internet et de compétences numériques, en apportant un soutien ciblé aux chômeurs, aux adultes ayant un faible niveau d’alphabétisation et aux groupes généralement confrontés à des obstacles dans leur éducation, tels que l’«interruption de l’apprentissage» et l’«apprentissage à distance», comme c’est le cas de la communauté des gens du voyage;

5.  estime que les compétences numériques – qui devraient être enseignées dans le cadre des programmes scolaires des cycles du primaire et du secondaire – devraient inclure la connaissance des possibilités offertes par les compétences numériques, l’utilisation avancée des outils numériques de base, le comportement sans risque sur l’internet et les méthodes de recherche visant à identifier les sources crédibles, et promouvoir la sensibilisation aux droits en ligne; souligne, en outre, la nécessité d’intégrer l’éducation aux médias dans les programmes scolaires et dans les programmes des instituions d’éducation culturelle, pour permettre aux citoyens d’avoir un regard critique sur les différentes formes de médias, et accroître et développer, par conséquent, les ressources et les possibilités qu’offre l’«alphabétisation numérique»; souligne que l’accent doit être mis sur les approches reposant sur l’apprentissage par la pratique;

6.  souligne qu’il importe d’intégrer une stratégie pour les compétences numériques dans les programmes d’apprentissage tout au long de la vie pour la population en âge de travailler et en particulier pour les séniors, qui représentent 18,9 % de la population totale de l’Union européenne – une proportion qui continue d’augmenter – et qui acquerront ainsi un potentiel professionnel considérable en plus de leur longue expérience professionnelle;

7.  souligne la grande disparité entre les États membres en matière de numérisation, de culture et de compétences numériques, et estime qu’il est impératif de favoriser une plus grande convergence dans ce domaine; souligne qu’il est possible de combler ce fossé en encourageant les échanges de bonnes pratiques et le dialogue; met en exergue le potentiel de la «grande coalition pour l’emploi numérique» à cet égard; rappelle que de telles initiatives spécifiques doivent être intégrées dans un cadre plus large et plus ambitieux de mesures prises dans le domaine du numérique;

8.  souligne qu’un soutien spécifique au multilinguisme «analogique» en Europe est tout autant bénéfique pour le passage au numérique des entreprises européennes que pour l’enseignement de compétences numériques générales; souligne, dès lors, qu’il y a lieu d’accorder une attention accrue à la recherche fondamentale en matière de logiciels de traduction et d’apprentissage statistiques, intelligents et automatisés;

9.  salue l’approche associant de multiples acteurs qui caractérise le modèle de «pôle d’innovation numérique» de la Commission; fait observer qu’une étroite collaboration entre les universités et les entreprises peut contribuer à façonner une stratégie plus diverse et à offrir des possibilités d’éducation et de formation sur le lieu de travail;

10.  insiste sur le fait que les secteurs de la culture et de la création sont à la fois des moteurs et des bénéficiaires de l’innovation numérique; fait observer que, comme il s’agit souvent de petites entreprises et de microentreprises, les secteurs de la culture et de la création ont besoin d’un soutien ciblé pour les aider à «passer au numérique» et à mener leurs activités de manière sécurisée, durable et efficace;

11.  souligne que, comme l’a démontré l’initiative Europeana, la numérisation des œuvres européennes représente une occasion importante pour améliorer leur accessibilité, leur distribution et leur promotion et que l’innovation numérique peut donner l’élan à une révolution dans la façon dont les biens culturels sont exposés et dans la manière d’y accéder; souligne l’importance de promouvoir en particulier l’utilisation des technologies 3D pour la collecte de données et la reconstruction des biens et du patrimoine culturels qui ont été détruits; insiste sur l’importance de garantir un financement pour la numérisation, la préservation et la disponibilité en ligne du patrimoine culturel européen;

12.  regrette que des sites historiques et culturels ne soient bien souvent pas facilement accessibles pour les personnes handicapées, et attire l’attention sur les possibilités qu’offre une plateforme culturelle numérique plus solide pour améliorer l’engagement et rendre plus accessibles les expériences, les sites et les biens culturels dans toute l’Europe, quelle que soit la localisation géographique;

13.  insiste sur le fait que la numérisation devrait compléter, et non remplacer, les interactions physiques avec les biens culturels originaux, tels que les pièces de musée et les livres; insiste pour que tous les accords commerciaux portant sur la numérisation de biens culturels soient élaborés de manière à ne pas compromettre l’accès du public le plus large possible à ces biens;

14.  recommande que toutes les nouvelles œuvres audiovisuelles soient systématiquement enregistrées avec un identifiant international normalisé, par exemple dans le cadre de la numérotation audiovisuelle internationale normalisée (ISAN) ou du «Entertainment Identifier Registry» (EIDR), afin d’offrir plus de possibilités de repérer et de découvrir des contenus audiovisuels en ligne, et d’assurer l’interopérabilité des bases de données et catalogues cinématographiques en Europe;

15.  insiste sur l’importance de promouvoir et d’encourager la production numérique de contenu culturel, créatif et éducatif de haute qualité, qui contribuent à renforcer le savoir-faire et à améliorer la compétitivité de l’industrie européenne dans ces domaines;

16.  encourage la recherche et le développement en matière de technologies d’assistance, qui pourraient être utilisées et devenir de nouveaux produits industriels en faveur de l’inclusion des personnes handicapées.

RÉSULTAT DU VOTE FINALEN COMMISSION SAISIE POUR AVIS

Date de l’adoption

24.1.2017

 

 

 

Résultat du vote final

+:

–:

0:

26

0

0

Membres présents au moment du vote final

Dominique Bilde, Andrea Bocskor, Silvia Costa, Mircea Diaconu, Angel Dzhambazki, Jill Evans, María Teresa Giménez Barbat, Giorgos Grammatikakis, Petra Kammerevert, Andrew Lewer, Svetoslav Hristov Malinov, Curzio Maltese, Luigi Morgano, Momchil Nekov, John Procter, Michaela Šojdrová, Yana Toom, Helga Trüpel, Sabine Verheyen, Julie Ward, Bogdan Brunon Wenta, Theodoros Zagorakis, Bogdan Andrzej Zdrojewski, Milan Zver, Krystyna Łybacka

Suppléante présente au moment du vote final

Therese Comodini Cachia


INFORMATIONS SUR L’ADOPTIONPAR LA COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND

Date de l’adoption

25.4.2017

 

 

 

Résultat du vote final

+:

–:

0:

59

1

1

Membres présents au moment du vote final

Bendt Bendtsen, Xabier Benito Ziluaga, José Blanco López, David Borrelli, Cristian-Silviu Buşoi, Reinhard Bütikofer, Jerzy Buzek, Edward Czesak, Jakop Dalunde, Pilar del Castillo Vera, Christian Ehler, Ashley Fox, Adam Gierek, Rebecca Harms, Roger Helmer, Hans-Olaf Henkel, Eva Kaili, Krišjānis Kariņš, Seán Kelly, Jeppe Kofod, Jaromír Kohlíček, Miapetra Kumpula-Natri, Janusz Lewandowski, Paloma López Bermejo, Edouard Martin, Angelika Mlinar, Dan Nica, Angelika Niebler, Morten Helveg Petersen, Miroslav Poche, Carolina Punset, Michel Reimon, Herbert Reul, Paul Rübig, Massimiliano Salini, Algirdas Saudargas, Jean-Luc Schaffhauser, Neoklis Sylikiotis, Dario Tamburrano, Patrizia Toia, Evžen Tošenovský, Claude Turmes, Vladimir Urutchev, Kathleen Van Brempt, Martina Werner, Lieve Wierinck, Hermann Winkler, Anna Záborská, Carlos Zorrinho

Suppléants présents au moment du vote final

Pilar Ayuso, Amjad Bashir, Soledad Cabezón Ruiz, Isabella De Monte, Francesc Gambús, Constanze Krehl, Werner Langen, Olle Ludvigsson, Gesine Meissner, Clare Moody, Michèle Rivasi, Anne Sander, Theodor Dumitru Stolojan, Pavel Telička

Suppléants (art. 200, par. 2) présents au moment du vote final

Georgi Pirinski


VOTE FINAL PAR APPEL NOMINALEN COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND

59

+

ALDE

Gesine Meissner, Angelika Mlinar, Morten Helveg Petersen, Carolina Punset, Pavel Telička, Lieve Wierinck

ECR

Amjad Bashir, Edward Czesak, Ashley Fox, Hans-Olaf Henkel, Evžen Tošenovský

EFDD

David Borrelli, Dario Tamburrano

GUE/NGL

Xabier Benito Ziluaga, Jaromír Kohlíček, Paloma López Bermejo, Neoklis Sylikiotis

PPE

Bendt Bendtsen, Jerzy Buzek, Cristian-Silviu Buşoi, Christian Ehler, Francesc Gambús, Krišjānis Kariņš, Seán Kelly, Werner Langen, Janusz Lewandowski, Angelika Niebler, Herbert Reul, Paul Rübig, Massimiliano Salini, Anne Sander, Algirdas Saudargas, Theodor Dumitru Stolojan, Vladimir Urutchev, Hermann Winkler, Anna Záborská, Pilar del Castillo Vera

S&D

José Blanco López, Isabella De Monte, Adam Gierek, Eva Kaili, Jeppe Kofod, Constanze Krehl, Miapetra Kumpula-Natri, Olle Ludvigsson, Edouard Martin, Clare Moody, Dan Nica, Georgi Pirinski, Miroslav Poche, Patrizia Toia, Kathleen Van Brempt, Martina Werner, Carlos Zorrinho

Verts/ALE

Reinhard Bütikofer, Jakop Dalunde, Rebecca Harms, Michel Reimon, Claude Turmes

1

-

EFDD

Roger Helmer

1

0

ENF

Jean-Luc Schaffhauser

Légende des signes utilisés:

+  :  pour

-  :  contre

0  :  abstention

Avis juridique