Procédure : 2014/2845(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : B8-0140/2014

Textes déposés :

B8-0140/2014

Débats :

Votes :

PV 18/09/2014 - 10.8
Explications de votes

Textes adoptés :

P8_TA(2014)0029

PROPOSITION DE RÉSOLUTION
PDF 116kWORD 53k
Voir aussi la proposition de résolution commune RC-B8-0117/2014
16.9.2014
PE537.042v01-00
 
B8-0140/2014

déposée à la suite d'une déclaration de la vice-présidente de la Commission/haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

conformément à l'article 123, paragraphe 2, du règlement


sur Israël et la Palestine après la guerre de Gaza et le rôle de l'Union européenne (2014/2845(RSP))


Charles Tannock, Bas Belder, Ryszard Antoni Legutko, Ryszard Czarnecki, Tomasz Piotr Poręba, Geoffrey Van Orden, Zdzisław Krasnodębski au nom du groupe ECR

Résolution du Parlement européen sur Israël et la Palestine après la guerre de Gaza et le rôle de l'Union européenne (2014/2845(RSP))  
B8‑0140/2014

Le Parlement européen,

–       vu l'article 123, paragraphe 2, de son règlement,

A.     considérant que les violences entre Gaza et Israël ont duré plus de 50 jours, soit plus longtemps que l'opération "Plomb durci" en 2008-2009 et l'opération "Pilier de défense" en 2012;

B.     considérant que la guerre entre le Hamas et Israël devrait être considérée dans le contexte élargi du conflit israélo‑arabe;

C.     considérant que le Hamas est reconnu par l'Union européenne comme étant une organisation terroriste et que les médias internationaux ont fait état de sa pratique consistant à utiliser des civils innocents comme boucliers humains;

D.     considérant que, selon les données de l'ONU, les violences auraient causé la mort de 72 personnes en Israël, dont un enfant, et 450 soldats et 80 civils auraient été blessés, tandis que 2 139 Palestiniens, dont 490 enfants, auraient été tués, et près de 500 000 habitants de la bande de Gaza auraient été déplacés et 20 000 habitations détruites;

E.     considérant que le Hamas a tiré plus de 3 700 roquettes sur Israël;

F.     considérant que l'Union européenne est le premier partenaire commercial d'Israël et que la valeur totale de leurs échanges s'élevait, pour l'année 2012, à près de 33 milliards EUR;

G.     considérant qu'une des conséquences du conflit entre Gaza et Israël a été de voir plusieurs villes d'Europe, dont Londres et Paris, être le théâtre d'affrontements et d'émeutes à caractère antisémite au cours de l'été 2014;

H.     considérant que les groupes impliqués dans le conflit entre Gaza et Israël comptent un certain nombre d'acteurs clés, tels que les nations arabes, l'Union européenne, les États‑Unis, le Japon, les institutions internationales (agences de l'ONU), des États membres de l'Union et d'autres nations;

1.      félicite le procureur général militaire d'Israël pour l'ouverture rapide d'enquêtes sur un certain nombre de frappes aériennes menées par les forces de défense israéliennes, en particulier au regard du fait qu'Israël affronte le Hamas, une organisation reconnue comme terroriste par l'Union européenne;

2.      affirme qu'il est impératif que l'Union européenne soutienne la coopération entre l'Autorité palestinienne et Israël en vue de la réhabilitation de la bande de Gaza afin de veiller à ce que l'aide humanitaire ne soit pas détournée pour servir des fins terroristes au détriment d'innocents civils; relève que les Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza bénéficient d'un des plus hauts niveaux d'aide dans le monde;

4.      demande que l'Union fournisse une assistance financière et politique en faveur des citoyens du sud d'Israël qui ont subi des pertes économiques et une détérioration de leurs infrastructures causées par les tirs de roquettes depuis Gaza;

5.      souligne que toutes les institutions de l'Union doivent continuer à soutenir l'Autorité palestinienne et le gouvernement israélien dans leurs négociations de paix en vue de la création des frontières d'un éventuel futur État palestinien; rappelle que l'Union européenne souhaiterait que l'Autorité palestinienne prenne le contrôle de Gaza, en veillant à faire régner l'ordre public et dans le respect des valeurs et des principes démocratiques;

6.      salue le rôle joué par l'Égypte dans la négociation d'un cessez-le-feu; soutien les autorités égyptiennes dans leurs efforts continus auprès des Israéliens et des Palestiniens en vue de parvenir à instaurer un cessez‑le‑feu durable; se réjouit des récentes nouvelles concernant l'ouverture imminente, par les Égyptiens, de pourparlers sur un cessez‑le‑feu permanent;

7.      souligne qu'il est impératif que l'Autorité palestinienne, l'Union européenne, l'Égypte et la Jordanie entreprennent ensemble des actions résolues pour veiller à ce que les groupes terroristes présents à Gaza et en Cisjordanie ne puissent par réarmer et reprendre le trafic d'armes, la fabrication de roquettes et la construction de tunnels;

8.      rappelle, une fois de plus, que l'Union européenne s'est engagée à prêter assistance dans la mise en œuvre des aspects pratiques liés à tous les accords conclus entre l'Autorité palestinienne et Israël, notamment en affectant des hommes aux passages de frontière et en contrôlant les flux de marchandises à destination et en provenance de Gaza;

9.      demande que l'Union européenne joue un rôle positif en facilitant la résolution du conflit israélo-palestinien et du conflit israélo-arabe au sens large en employant des moyens pacifiques et constructifs, conformément à la volonté de l'Union de voir le Proche‑Orient retrouver une situation sûre, stable et prospère; exhorte les institutions de l'Union européenne à encourager le développement des relations commerciales, culturelles, scientifiques et économiques, ainsi que dans les secteurs de l'énergie et de l'eau, entre Israël et les pays de son voisinage;

10.    charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, à la vice-présidente de la Commission/haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, aux gouvernements et aux parlements des États membres, au représentant spécial de l'Union européenne pour le processus de paix au Proche‑Orient, au président de l'Assemblée générale des Nations unies, aux gouvernements et aux parlements des membres du Conseil de sécurité des Nations unies, à l'envoyé du Quatuor pour le Proche‑Orient, à la Knesset et au gouvernement israélien, au président de l'Autorité palestinienne et au Conseil législatif palestinien, au gouvernement de l'Égypte et au gouvernement du Royaume de Jordanie.

Avis juridique