Procédure : 2016/2515(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : B8-0158/2016

Textes déposés :

B8-0158/2016

Débats :

Votes :

PV 04/02/2016 - 8.9
CRE 04/02/2016 - 8.9
Explications de votes
PV 25/02/2016 - 7.15
CRE 25/02/2016 - 7.15
Explications de votes

Textes adoptés :

P8_TA(2016)0066

PROPOSITION DE RÉSOLUTION
PDF 262kWORD 66k
Voir aussi la proposition de résolution commune RC-B8-0151/2016
27.1.2016
PE576.519v01-00
 
B8-0158/2016

déposée à la suite d'une déclaration de la vice-présidente de la Commission / haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

conformément à l'article 123, paragraphe 2, du règlement


sur la situation au Yémen (2016/2515(RSP))


Mariya Gabriel, Cristian Dan Preda, Elmar Brok, Andrej Plenković, David McAllister, Michael Gahler, Lorenzo Cesa, Tunne Kelam, Adam Szejnfeld, Davor Ivo Stier, Therese Comodini Cachia, Roberta Metsola, Kinga Gál, Barbara Matera au nom du groupe PPE

Résolution du Parlement européen sur la situation au Yémen (2016/2515(RSP))  
B8-0158/2016

Le Parlement européen,

–  vu ses précédentes résolutions sur le Yémen,

–  vu les conclusions du Conseil du 16 novembre 2015 sur le Yémen,

–  vu les déclarations de la vice-présidente et haute représentante sur la situation au Yémen,

–  vu les résolutions 2201 (2015) et 2216 (2015) du Conseil de sécurité des Nations unies,

–  vu la déclaration du 24 mai 2015 des coprésidents de la 24e session du Conseil conjoint et de la réunion ministérielle du Conseil de coopération du Golfe et de l'Union européenne (CCG-UE),

–  vu l'article 123, paragraphe 2, de son règlement,

A.  considérant que le conflit qui sévit actuellement au Yémen trouve son origine dans l'incapacité des gouvernements successifs à réaliser les aspirations démocratiques, économiques et sociales du peuple yéménite, qui a attisé le mécontentement et les divisions ayant conduit à de telles violences;

B.  considérant que la situation au Yémen induit des risques sérieux pour la stabilité de la région, en particulier en ce qui concerne la Corne de l'Afrique, la mer Rouge et le Moyen-Orient au sens large;

C.  considérant que, le 26 mars 2015, une coalition d'États arabes menée par l'Arabie saoudite et comprenant Bahreïn, l'Égypte, la Jordanie, le Koweït, le Maroc, le Qatar, le Soudan et les Émirats arabes unis, a lancé une opération militaire au Yémen contre des rebelles houthistes à la demande d'Abd Rabbouh Mansour Hadi, président du Yémen;

D.  considérant qu'en ne parvenant pas à suivre une voie politique de cohésion, le Yémen s'est empêtré dans des tensions tribales qui s'intensifient et dans la violente guerre où s'affrontent par pions interposés les rebelles houthistes soutenus par l'Iran et l'Arabie saoudite, laquelle mène une campagne militaire contre les rebelles qui plonge directement toute la région dans un conflit complexe; considérant que l'Arabie saoudite voit les rebelles houthistes au Yémen comme une force iranienne de procuration, et que l'Iran a condamné l'offensive menée par l'Arabie saoudite et appelé à l'arrêt immédiat de ses frappes aériennes;

E.  considérant qu'un Yémen stable et sûr, doté d'un gouvernement fonctionnant convenablement, est un objectif clé des efforts internationaux visant à combattre l'extrémisme et la violence dans la région et ailleurs, mais est aussi essentiel pour la paix et la stabilité au sein même du Yémen;

F.  considérant que les conséquences humanitaires des combats actuels entre les différentes milices, des bombardements et de l'interruption des services essentiels pour la population civile, et en particulier pour les enfants, atteint des proportions alarmantes et exacerbe une situation humanitaire déjà dramatique;

G.  considérant qu'au Yémen, 21,2 millions de personnes sont en situation de détresse humanitaire; considérant que la plupart des enfants vulnérables n'ont pas accès aux soins et à l'alimentation qui leur est nécessaire en raison de la situation actuelle d'insécurité généralisée;

H.  considérant que la mise en œuvre de mesures immédiates en vue d'un cessez-le-feu durable est l'un des principaux enjeux;

I.  considérant que d'aucuns s'inquiètent également du fait que le conflit ait entraîné de nombreuses violations des droits de l'homme au Yémen, notamment des attaques à l'encontre de journalistes et de médias, des disparitions forcées, des infractions à la convention contre la torture, le harcèlement et la détention de personnes appartenant à des minorités religieuses, et le recours présumé à des enfants dans les conflits armés;

1.  se dit très inquiet de la violence qui fait actuellement rage au Yémen et de la crise humanitaire qui en découle et touche des millions d'enfants, de femmes et d'hommes innocents; déplore la perte de vies humaines causée par le conflit et les souffrances des personnes prises dans les combats, exprime sa compassion pour les victimes et présente ses sincères condoléances à leurs familles;

2.  demande instamment à toutes les parties yéménites, en particulier les houthis, de s'efforcer de résoudre leurs différends par la voie du dialogue, et estime que seule une solution politique peut créer une paix durable;

3.  exhorte toutes les parties à se conformer au droit international humanitaire et au droit international sur les droits de l'homme, et à collaborer de toute urgence avec les Nations unies et les organisations d'aide humanitaire dans le but d'apporter une assistance aux personnes qui en ont besoin; demande l'ouverture d'une enquête indépendante sur toutes les allégations de violations du droit international sur les droits de l'homme et du droit international humanitaire;

4.  demande une trêve humanitaire, de façon à permettre l'acheminement en urgence de l'aide vitale à la population yéménite; invite instamment toutes les parties à faciliter de toute urgence l'acheminement de l'aide humanitaire dans tout le Yémen, et à garantir un accès rapide, sûr et sans entrave aux travailleurs humanitaires afin de leur permettre d'atteindre les populations nécessitant leur aide, y compris médicale;

5.  salue et soutient les efforts de médiation des Nations unies en vue de négociations entre les parties; attend de l'Union européenne qu'elle continue de jouer un rôle constructif dans l'organisation de réunions;

6.  est d'avis que l'Arabie saoudite et l'Iran ont un rôle clé à jouer dans la résolution de la crise, et exhorte les deux parties à collaborer en faisant preuve de pragmatisme et de bonne foi dans le but de mettre fin aux combats au Yémen;

7.  condamne toutes les violences et les attentats ainsi que les menaces de violences visant à intimider les participants aux consultations organisées grâce aux bons offices des Nations unies; insiste sur le fait que le dialogue politique sans exclusive sous l'égide des Nations unies doit être conduit par le Yémen afin de parvenir à une solution politique fondée sur le consensus qui mette fin à la crise au Yémen, conformément à l'initiative du CCG et à son mécanisme de mise en œuvre, au rapport final issu de la conférence de dialogue national sans exclusive, à l'accord de paix et de partenariat national et aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sur ce sujet;

8.  invite toutes les parties yéménites à participer aux futurs pourparlers et à le faire sans conditions préalables et en toute bonne foi, notamment en réglant leurs différends par le dialogue et les consultations, en rejetant les actes de violence à visée politique et en se gardant de toute provocation ainsi que de toute action unilatérale visant à nuire à la transition politique; estime que seul un large consensus politique fondé sur des négociations sans exclusive peut apporter une solution durable, rétablir la paix et préserver l'unité, la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale du Yémen;

9.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, à la vice-présidente de la Commission et haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, aux gouvernements et aux parlements des États membres, au secrétaire général des Nations unies, au secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, au secrétaire général de la Ligue des États arabes et au gouvernement du Yémen.

Avis juridique