Procédure : 2018/2853(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : B8-0446/2018

Textes déposés :

B8-0446/2018

Débats :

Votes :

Explications de votes

Textes adoptés :

P8_TA(2018)0383

PROPOSITION DE RÉSOLUTION
PDF 267kWORD 47k
Voir aussi la proposition de résolution commune RC-B8-0444/2018
1.10.2018
PE624.124v01-00
 
B8-0446/2018

déposée à la suite d’une déclaration de la vice-présidente de la Commission / haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

conformément à l’article 123, paragraphe 2, du règlement intérieur


sur la situation au Yémen (2018/2853(RSP))


Cristian Dan Preda, José Ignacio Salafranca Sánchez‑Neyra, Arnaud Danjean, Sandra Kalniete, David McAllister, Ramona Nicole Mănescu, Elmar Brok, Julia Pitera, Lorenzo Cesa, Fernando Ruas au nom du groupe PPE

Résolution du Parlement européen sur la situation au Yémen (2018/2853(RSP))  
B8‑0446/2018

Le Parlement européen,

–  vu ses précédentes résolutions sur le Yémen,

–  vu les conclusions du Conseil du 25 juin 2018 sur le Yémen,

–  vu les déclarations communes de Federica Mogherini, vice-présidente de la Commission/haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité (VP/HR), et de Christos Stylianides, membre de la Commission, du 13 juin 2018, sur les derniers développements intervenus autour de Hodeïda, au Yémen, et du 4 août 2018, sur les frappes aériennes sur la ville de Hodeïda,

–  vu la déclaration du porte-parole du Service européen pour l’action extérieure du 10 août 2018 sur la situation au Yémen,

–  vu la déclaration du président du Conseil de sécurité des Nations unies du 15 mars 2018,

–  vu la déclaration de l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour le Yémen du 6 septembre 2018,

–  vu la déclaration du directeur exécutif du Programme alimentaire mondial du 19 septembre 2018,

–  vu les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sur le Yémen,

–  vu l’article 123, paragraphe 2, de son règlement intérieur,

A.  considérant que le conflit en cours au Yémen entre dans sa quatrième année et que plus de 22 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire; que plus de 17 millions de personnes se trouvent en situation d’insécurité alimentaire, parmi lesquelles plus de 8 millions sont gravement touchées par l’insécurité alimentaire et menacées de famine;

B.  considérant que plus de deux millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays; que les femmes, les enfants et les groupes vulnérables sont particulièrement touchés par la poursuite des hostilités;

C.  considérant que l’interruption de la fourniture de services publics essentiels, notamment en matière de santé, d’assainissement et d’enseignement, aggrave la situation humanitaire; que seulement 50 % des établissements de santé sont pleinement opérationnels et que ces établissements aussi sont confrontés à une grave pénurie de médicaments, de matériel et de personnel; considérant que la destruction des infrastructures et la défaillance des services publics ont alimenté l’épidémie de choléra;

D.  considérant que l’Union européenne est vivement préoccupée par le quasi-effondrement de l'économie yéménite; que le paiement régulier des salaires s’est en fait arrêté à la fin de 2016 pour près de 1,4 millions d’employés du secteur public non militaire au Yémen;

E.  considérant qu’en raison de leur échelle massive, les besoins humanitaires du Yémen n’ont pas été entièrement satisfaits par les efforts internationaux et la mobilisation des ressources;

F.  considérant que l’Union reste déterminée à continuer de fournir une aide vitale à toutes les personnes qui en ont besoin au Yémen; que, dans le même temps, l’Union partage les préoccupations des Nations unies et d’autres bailleurs de fonds quant à la réduction continue de l’espace humanitaire;

G.  considérant que le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) apporte aux enfants vulnérables dans les gouvernorats touchés par le conflit une aide humanitaire et une aide au développement, y compris une aide aux victimes, la localisation et la réunification familiale, la documentation des violations des droits des enfants, la sensibilisation aux risques liés aux mines et le soutien psychosocial, et qu’il déploie des efforts pour prévenir l’effondrement du système éducatif, y compris en mettant en place des espaces d’apprentissage temporaires et en réhabilitant les écoles;

H.  considérant qu’un Yémen stable et sûr, doté d’un gouvernement fonctionnel, est un objectif clé des efforts internationaux visant à combattre l’extrémisme et la violence dans la région et au-delà, mais est aussi essentiel pour la paix et la stabilité du pays;

I.  considérant que la stabilité dans la région revêt une importance décisive pour l’Union européenne; que l’Union est résolument en faveur d’une approche globale et stratégique incluant tous les acteurs régionaux concernés;

J.  considérant que depuis 2015, l’Union a apporté au Yémen une aide humanitaire de plus de 233 millions d’euros;

1.  exprime sa vive préoccupation au sujet de la poursuite de la dégradation de la situation au Yémen et des terribles conséquences humanitaires du conflit sur la population civile; condamne les attaques contre des civils; est profondément affligé face au niveau de violence qui règne au Yémen; fait part de son inquiétude devant les défis auxquels l’économie du Yémen est confrontée;

2.  déplore vivement la perte de vies humaines causée par le conflit et les souffrances des personnes prises dans les combats, et présente ses sincères condoléances aux familles des victimes; réaffirme sa volonté de continuer à soutenir le Yémen et sa population;

3.  est profondément préoccupé par les bombardements dans les zones densément peuplées, le siège de villes, l’utilisation de mines antipersonnel et d’armes à sous-munitions, ainsi que par les attaques causant la destruction d’infrastructures civiles, notamment des écoles, des installations médicales, des zones résidentielles, des marchés, des systèmes d’alimentation en eau, des ports et des aéroports;

4.  est profondément préoccupé par la récente intensification des opérations militaires dans la ville et le port de Hodeïda et aux alentours; demande à l’ensemble des parties au conflit de veiller à ce que le port de Hodeïda fonctionne pleinement et efficacement;

5.  condamne le tir de missiles balistiques effectué par les rebelles houthistes contre le Royaume d’Arabie saoudite, y compris des cibles civiles, et contre des navires transitant par le détroit de Bab-el-Mandeb; condamne l’utilisation de mines marines par les forces houthistes;

6.  demande à l’ensemble des parties au conflit de garantir la protection des civils et de respecter le droit international humanitaire et le droit international relatif aux droits de l’homme;

7.  demande à l’ensemble des parties au conflit de respecter les obligations que leur impose le droit international humanitaire de permettre et de faciliter un accès sûr, rapide et sans entrave de l’approvisionnement et du personnel humanitaire à toutes les personnes qui en ont besoin dans tous les gouvernorats touchés;

8.  demande à l’ensemble des parties au conflit de permettre et de faciliter un accès sûr, rapide et sans entrave des livraisons commerciales;

9.  met en lumière que le Conseil de sécurité des Nations unies a souligné son soutien au mécanisme de vérification et d’inspection des Nations unies (UNVIM) et que l’Union soutient pleinement la poursuite de l’UNVIM ainsi que l’exécution pleine et sans entrave de son mandat;

10.  souligne qu’il est essentiel de garantir que tous les ports et aéroports du Yémen soient pleinement et durablement accessibles pour toutes les importations commerciales et humanitaires, ainsi que pour les évacuations médicales et les vols commerciaux;

11.  demande à l’ensemble des parties au conflit de mettre fin à l’escalade actuelle, de faire preuve de retenue, d’œuvrer d’urgence à l’instauration d’un cessez-le-feu à l’échelle nationale et de coopérer de manière constructive avec les Nations unies;

12.  soutient les efforts déployés par l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour le Yémen, Martin Griffiths, pour relancer le processus politique; prend acte de sa déclaration au Conseil de sécurité des Nations unies du 11 septembre 2018, selon laquelle, «en dépit de l’absence de l’une des parties aux consultations tenues à Genève la semaine dernière, et même si elles ne se sont certainement pas déroulées comme prévu, nous sommes néanmoins parvenus à relancer le processus politique grâce à un soutien solide de la population yéménite et de la communauté internationale»; se félicite de la visite de M. Griffiths à Sanaa le 16 septembre 2018; demande que l’envoyé spécial puisse avoir un accès intégral et sans entrave à toutes les parties concernées au Yémen;

13.  souligne que seule une solution politique négociée et exempte de toute exclusive peut rétablir la paix et préserver l’unité, la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale du Yémen; demande à tous les acteurs internationaux et régionaux d’établir des contacts constructifs avec les parties en présence au Yémen afin de désamorcer le conflit et de parvenir à un règlement négocié;

14.  condamne avec la plus grande fermeté tous les attentats terroristes; est fortement préoccupé par la présence accrue au Yémen de groupes criminels et terroristes tels qu’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) et le groupe «État islamique»/Daech; demande à toutes les parties au conflit de lutter avec détermination contre ces groupes;

15.  demande à toutes les parties au conflit de mettre un terme au recrutement ou à l’utilisation d’enfants comme soldats et aux autres violations graves commises à leur encontre, en violation du droit international et des normes internationales applicables; demande à toutes les parties de libérer tous les enfants qui ont déjà été recrutés et de coopérer avec les Nations unies en vue de leur réadaptation et de leur réinsertion dans leurs communautés; soutient le travail essentiel de l’UNICEF au Yémen;

16.  demande à toutes les parties au conflit de prendre les mesures nécessaires pour garantir des enquêtes efficaces, impartiales et indépendantes sur toutes les allégations de violations des droits de l’homme ou du droit humanitaire international, conformément aux normes internationales;

17.  est fortement préoccupé par les informations faisant état de dénis de la liberté de religion ou de conviction, y compris des cas de discrimination, de détention illégale et de recours à la violence;

18.  demande au gouvernement du Yémen de payer d’urgence les salaires des fonctionnaires, notamment de ceux qui travaillent dans les secteurs critiques de l’éducation, de la santé et de l’assainissement;

19.  salue le fait que l’Union continuera à fournir une aide au développement au Yémen, en donnant la priorité aux interventions visant à stabiliser le pays, qu’elle coopérera dans les régions stables avec les autorités locales pour promouvoir la résilience, aider à maintenir la fourniture des services de base et assurer des moyens de subsistance durables pour les communautés;

20.  salue le plan d’intervention humanitaire 2018 pour le Yémen et la réunion de haut niveau des donateurs pour la crise humanitaire au Yémen, au cours de laquelle les bailleurs de fonds internationaux se sont engagés à fournir plus de 2 milliards de dollars américains; salue le fait que l’Union soit déterminée à aider ceux qui sont touchés par le conflit au Yémen et qu’elle ait promis de dégager 107,5 millions d’euros; demande à tous les bailleurs de fonds de concrétiser rapidement leurs promesses;

21.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, à la vice-présidente de la Commission/haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, aux parlements et aux gouvernements des États membres, au Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, au Secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, au Secrétaire général de la Ligue des États arabes et au gouvernement du Yémen.

Dernière mise à jour: 3 octobre 2018Avis juridique