Procédure : 2018/2891(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : B8-0509/2018

Textes déposés :

B8-0509/2018

Débats :

Votes :

PV 25/10/2018 - 13.20
CRE 25/10/2018 - 13.20

Textes adoptés :


PROPOSITION DE RÉSOLUTION
PDF 168kWORD 49k
22.10.2018
PE624.205v01-00
 
B8-0509/2018

déposée à la suite d’une déclaration de la vice-présidente de la Commission/haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

conformément à l’article 123, paragraphe 2, du règlement intérieur


sur la situation au Venezuela (2018/2891(RSP))


Javier Couso Permuy, Paloma López Bermejo, Nikolaos Chountis, João Ferreira, João Pimenta Lopes, Miguel Viegas, Ángela Vallina au nom du groupe GUE/NGL

Résolution du Parlement européen sur la situation au Venezuela (2018/2891(RSP))  
B8-0509/2018

Le Parlement européen,

–  vu l’objectif énoncé au chapitre 1er, article 1er, paragraphe 2, de la charte des Nations unies de 1945: «développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux‑mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde»,

–  vu l’article 1er du pacte international relatif aux droits civils et politiques et l’article 1er du pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, qui disposent que «tous les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes» et qu’en vertu de ce droit, «ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel»,

–  vu le principe de non-intervention consacré dans la charte des Nations unies,

–  vu la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948,

–  vu la déclaration du sommet des chefs d’État ou de gouvernement de la Communauté des États latino-américains et des Caraïbes (CELAC) et de l’Union européenne des 10 et 11 juin 2015, dans laquelle les signataires réaffirment leur attachement à tous les buts et principes énoncés dans la charte des Nations unies ainsi que leur soutien à tous les efforts déployés afin de préserver l’égalité souveraine de tous les États et de respecter leur intégrité territoriale et leur indépendance politique,

–  vu l’article 123, paragraphe 2, de son règlement intérieur,

A.  considérant que le procureur général du Venezuela, Tarek William Saab, a déclaré que les résultats de l’autopsie de Fernando Alban indiquaient clairement qu'il s’était suicidé; que les conclusions de l’autopsie révèlent que l’ensemble des preuves recueillies coïncide avec la thèse du suicide, la cause de la mort étant le coup reçu lors de l’impact au sol après une chute de dix étages; qu’aucune trace de violence physique antérieure à la chute n’a été relevée sur le corps, ce qui corrobore les résultats de l’enquête menée par le parquet vénézuélien; que, dans le cadre de l’enquête sur F. Alban, plus de 2 000 conversations à caractère conspiratoire en relation avec la tentative d’assassinat du président de la République bolivarienne du Venezuela, Nicolás Maduro, ont été mises au jour;

B.  considérant que la République bolivarienne du Venezuela est un État démocratique et social qui respecte le droit et la justice, ainsi qu’une stricte séparation des pouvoirs; que les autorités judiciaires vénézuéliennes sont les seules compétentes et responsables pour entreprendre toute action en lien avec des enquêtes pénales sur le territoire vénézuélien;

C.  considérant que les traités stipulent que l’Union, dans ses relations avec le reste du monde, doit contribuer au respect mutuel entre les peuples ainsi qu’au strict respect et au développement du droit international, notamment au respect des principes de la charte des Nations unies;

1.  déplore le décès de Fernando Alban et présente ses sincères condoléances à sa famille; exprime son respect pour l'appareil judiciaire de la République bolivarienne du Venezuela et refuse donc toute ingérence dans les procédures judiciaires en cours à l'échelon national;

2.  demande que l’Union et ses États membres prennent acte des enquêtes officielles menées par les autorités vénézuéliennes compétentes, qui ont éclairci et confirmé les faits;

3.  rappelle qu’il respecte pleinement le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un État, conformément au droit international; déplore vivement toute ingérence de l'Union européenne ou de tout pays dans les affaires intérieures de pays tiers; regrette, étant donné ce principe, que des sanctions aient été adoptées à l’encontre du Venezuela;

4.  réaffirme son soutien total et sa solidarité à l'égard du peuple vénézuélien, du processus bolivarien et du président élu Nicolás Maduro; rejette toute atteinte à la démocratie et à la souveraineté du Venezuela;

5.  déplore le rôle joué par la majeure partie des médias internationaux dans la propagation de rumeurs et de fausses images dans le but de créer un climat de violence et de déstabilisation qui affaiblisse le gouvernement vénézuélien; rappelle que la liberté d'information constitue un droit fondamental et demande aux médias internationaux d'agir de manière responsable et d'analyser les événements de manière juste, pertinente et équilibrée, contrairement à ce qui se fait actuellement;

6.  rappelle que le Venezuela joue un rôle important dans la création et le renforcement d'un processus de coopération et d'intégration au bénéfice des populations d'Amérique latine; salue les résultats significatifs obtenus par l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) et la CELAC dans les domaines de la santé, de l'éducation, de la culture et de l'intégration des marchés financiers;

7.  invite l’Union et ses États membres à coopérer avec les autorités vénézuéliennes et avec l’opposition démocratique en faveur de la stabilité et de la paix au Venezuela;

8.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, au gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela, au Parlement du Mercosur et à l’Assemblée parlementaire euro-latino-américaine, ainsi qu’aux instances régionales d’Amérique latine, notamment l’Unasur, l’ALBA et la CELAC.

 

Dernière mise à jour: 24 octobre 2018Avis juridique