Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 11 février 2015 - Strasbourg Edition révisée

Adhésion du Gabon à la convention de La Haye de 1980 sur les aspects civils de l'enlèvement international d'enfants (A8-0007/2015 - Heidi Hautala)
MPphoto
 
 

  Florian Philippot (NI), par écrit. — Cette convention propose un système permettant aux États contractants de coopérer pour trouver une solution dans les cas d'enlèvement international d'enfants. C’est le cas par exemple, lorsqu'un couple se sépare ou divorce. Ceci étant, l'exposé des motifs du rapport nous explique cyniquement que "Le problème majeur est constitué par la conception nationaliste qui sous-tend le système juridique des États". Une attaque de plus dirigée contre la souveraineté nationale de États. C'est la raison pour laquelle et à l’instar de mes collègues frontistes membres de la commission des affaires juridiques du Parlement européen, je rejette la capacité juridique de l'Union européenne à devenir partie à la convention de la Haye de 1980 sur les aspects civils de l'enlèvement des enfants. Cette approbation pour le Gabon ne relève nullement du champ européen. J'ai donc voté contre.

 
Avis juridique