Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 29 avril 2015 - Strasbourg Edition révisée

Persécution des chrétiens dans le monde, en liaison avec le meurtre d'étudiants au Kenya par le groupe terroriste Al-Shabaab (débat)
MPphoto
 

  Michèle Alliot-Marie (PPE). Madame la Présidente, je crois qu'il est effectivement indispensable, comme on l'a dit aujourd'hui, que le Parlement européen se montre à la hauteur de sa mission. On ne peut pas à la fois dire – et c'est une réalité historique – que l'Europe a des fondements chrétiens et se désintéresser de ce qui se passe dans le monde.

De plus, c'est un véritable problème géostratégique. Il est évident qu'il y a, aujourd'hui, une volonté de certains groupes de créer une sorte d'unité religieuse dans certains États. Or, c'est là un véritable danger. Le jour où vous avez des États monoreligieux, il est évident que ces États vont créer des situations de tension avec les États voisins. C'est donc un risque de généralisation de la guerre qui est en jeu.

Nous avons donc une problématique à la fois géostratégique, philosophique, politique et humanitaire. C'est à l'Europe, qui se veut le chantre de la tolérance et de l'accord entre les peuples, qu'il revient d'agir pour permettre la reconnaissance et le respect des uns et des autres. Nous avons un devoir vis-à-vis des chrétiens du Kenya, mais, plus largement, vis-à-vis de l'ensemble des chrétiens qui constituent des minorités persécutées, de les soutenir, pas seulement par des mots mais aussi par des actions. Être parlementaire, ce n'est pas simplement parler, c'est aussi agir.

(L'oratrice accepte de répondre à une question "carton bleu" (article 162, paragraphe 8, du règlement))

 
Avis juridique