Index 
 Föregående 
 Nästa 
 All text 
Debatter
Tisdagen den 12 april 2016 - Strasbourg Reviderad upplaga

10. Effektiviteten av befintliga åtgärder mot skatteflykt och penningtvätt mot bakgrund av avslöjandena i Panamadokumenten (debatt)
Anföranden på video
PV
MPphoto
 

  Der Präsident. – Als nächster Punkt der Tagesordnung folgt die Aussprache über die Erklärungen des Rates und der Kommission zur Wirksamkeit der bisherigen Maßnahmen gegen Steuerflucht und Geldwäsche vor dem Hintergrund der aktuellen Enthüllungen in den „Panama Papers“ (2016/2647(RSP)).

 
  
MPphoto
 

  Jeanine Hennis-Plasschaert, President-in-Office of the Council. Mr President, regarding the Panama Papers, I would like to start by saying that all this demonstrates yet again the need to continue our fight against tax fraud and money laundering. It is too early, unfortunately, to have a full analysis of the Panama Papers, but all of us are – as you are – examining their implications and the responses to be given. National governments have announced investigations. In discussing what the EU can do, I will distinguish between the tax aspects on the one hand and anti-money laundering on the other.

On tax, action needs, in particular, to focus on two policy strands – firstly, access to information, and secondly, measures that can be applied to remedy cases of fraud. The Commission’s Anti—Tax Avoidance Package, presented at the end of January, provides an important basis to implement internationally—agreed standards in binding EU law. As regards access to information, internationally—agreed standards on transparency and the exchange of information have been developed by the OECD. Significant progress has been made in recent years. However, not all international players have totally committed yet to playing a fair game, and this is clearly the case for Panama. In order to ensure efficient tax transparency, we need everyone on board, and the EU, as a major international player, must speak with one voice to convince its partners on the international stage to adopt the standards agreed by the majority.

The EU itself is committed to the issue of the exchange of information. We have gone even further than the OECD standards and many consider us front runners, which is good news. We have adopted a directive on administrative cooperation that was recently complemented to cover tax rulings exchange and which will soon cover country—by—country reporting between tax administrations, as proposed in the Commission’s Anti—Tax Avoidance Package. The Council has already reached agreement on this country—by—country reporting, and I would very much welcome the Parliament adopting its opinion as soon as possible. Clearly we will not stop here. Today the Commission adopted a proposal on public country—by—country reporting of multinational accounts to increase transparency, and this proposal will, obviously, receive the full attention of the Council. The Presidency will definitely strive to have swift progress on this proposal.

To come back to the revelations, I would like to speak of what we can do beyond increasing the exchange of information in order to fight tax fraud and avoidance, as well as money laundering. In January the Commission issued a communication on an external strategy for effective taxation as part of the Anti-Tax Avoidance Package, amongst other things proposing a common EU listing process to respond to third countries that refuse to respect tax good governance standards. The Presidency is striving to react swiftly to these proposals, explicitly taking into account the Panama Papers. Also in January, the Commission Anti—Tax Avoidance Package contained a proposal for a directive laying down rules against tax avoidance practices – the Anti—Tax Avoidance Directive – which is currently being examined.

Some of the rules put forward in the draft directive could be of use, considering that we are also talking about abusive forms of legal tax avoidance. So again, the need for a swift agreement on this directive is stressed. The Presidency is striving to reach an agreement on this proposal during this semester, and I hope that we can count on you – Parliament – as well.

Finally, I would like to draw attention to the ongoing work of the Code of Conduct Group on Business Taxation in fighting harmful tax regimes. The Group is committed to promoting the adoption of the code-of-conduct principles in third countries. The group has worked successfully in Switzerland and the Commission is continuing its dialogue with Liechtenstein on behalf of the group. Other countries outside the EU should be involved in the near future.

Let me turn quickly to money laundering. This issue, which is closely linked to the financing of terrorism, is also very high on our agenda. In February, in reaction to the Commission’s action plan on the fight against terrorist financing, the Council agreed to proceed swiftly with the implementation of a number of measures which will contribute to combating both terrorist financing and money laundering. Let me outline the ones which are particularly relevant in the context of our discussion today.

Firstly, ministers emphasised the need for the identification of third countries with strategic deficiencies in the area of money laundering or countering terrorist financing. As you are aware, in accordance with the Fourth Anti—Money Laundering Directive, Member States should apply enhanced due diligence measures on financial flows from and to these listed countries. In February we called for the identification process to be completed by 1 May. Here, however, we are in the hands of the Commission. We know that our sense of urgency is shared by the Commission, which is working hard on this matter, and we hope that it is also shared by Parliament.

Secondly, ministers underlined the importance of speeding up the implementation of the Anti-Money Laundering Package which Parliament and the Council adopted last year. Our shared objective is to aim for completion of this process by the end of this year.

Thirdly, we have undertaken to further improve the cooperation and exchange of information between Member States’ financial intelligence units. Fourthly, we called on the Commission to propose, by June, certain targeted improvements to the Fourth Anti—Money Laundering Directive. Furthermore, we have asked the Commission to explore the possibility of introducing limits to large cash payments and to consider, together with the European Central Bank, whether appropriate measures might be necessary for high-denomination notes such as the EUR 500 bill.

As you know, the Anti-Money Laundering Directive is very recent and is still being transposed by Member States. For certain areas, however, it has already become clear that targeted amendments are needed, for example aimed at strengthening access to information such as access to bank and payments account information by financial intelligence units, operationalising the list of high-risk third countries, and in view of the handling of virtual currencies. The Council is ready to work on a Commission proposal in this respect as a matter of priority, and I am sure that this would also be the case, again, for Parliament. I know that the issue of money laundering and terrorist financing is also very high on our international agenda, particularly in the context of the Financial Action Task Force, but also in the G20.

Let me conclude by saying that the Presidency has decided to put the so—called Panama Papers on the agenda of the informal Ecofin meeting in Amsterdam on 22 April, where the Commission will be invited to give a policy reaction, including an overview of the initiatives on the fight against money laundering and tax fraud. Ministers and Central Bank governors will be invited to exchange views on this issue. I look forward to that specific exchange of views.

 
  
MPphoto
 

  Pierre Moscovici, membre de la Commission. Monsieur le Président, Madame la représentante du Conseil, Madame la ministre, Mesdames et Messieurs les députés, le scandale des Panama papers vient donner une nouvelle légitimité, et une légitimité accrue, à notre programme de lutte contre la fraude fiscale et contre le blanchiment d'argent. Si quelqu'un avait encore besoin de preuves de l'importance de notre travail commun dans ce domaine, celles-ci sont maintenant connues de tous à travers le travail remarquable, et que je veux saluer comme tel, des médias.

Si l'ensemble des mesures de transparence et de bonne gouvernance fiscale que nous préconisons depuis longtemps – le Parlement et la Commission – avaient été mises en place au sein de l'Union européenne et à l'échelle internationale, cette énorme dissimulation de fonds n'aurait pas pu être aussi colossale. Par conséquent, l'indignation, que je partage, est non seulement compréhensible, mais aussi salutaire, face à des révélations d'une si grande ampleur et d'une si grande nocivité. Les citoyens ne peuvent ni comprendre ni accepter ces pratiques qui reviennent, en réalité, ni plus ni moins – prononçons le mot – à les voler. Nous devons maintenant transformer ce que nous ressentons, c'est-à-dire cette indignation publique, en actions positives concrètes et saisir aussi l'opportunité que nous offrent ces révélations, car c'est bien une chance politique que nous avons maintenant, et un devoir politique qui nous incombe, que de faire face de manière décisive à l'évasion fiscale, à la fraude fiscale, à des pratiques de fiscalité ou d'optimisation fiscale agressives, à des pratiques de corruption et de blanchiment d'argent.

C'est l'occasion de renforcer la dynamique de notre programme, déjà très ambitieux, pour lutter contre la fraude fiscale, l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent, notamment en obtenant, disons-le – je suis confus de le dire ici – des États membres qu'ils transforment leur engagement politique en actions concrètes et qu'ils prennent, aussi, de nouveaux engagements politiques.

C'est aussi l'occasion de réévaluer l'ensemble de notre dispositif et d'identifier de nouvelles mesures qui peuvent être prises pour renforcer les défenses de l'Union européenne contre la fraude fiscale. Et c'est, enfin, l'occasion d'intensifier la coopération avec nos partenaires internationaux pour faire pression sur les juridictions problématiques – appelons-les comme tout le monde les appelle, des paradis fiscaux – pour que puissent être mises en œuvre les réformes pour une fiscalité plus juste, plus transparente, décidée au niveau international, et pour qu'elles reprennent nos propres normes en matière de prévention du blanchiment d'argent.

Un mot, quand même, sur ce qui a déjà été fait parce que je crois qu'il ne faut pas sans arrêt battre sa coulpe. Beaucoup de choses ont été faites ces dernières années. Il y a une révolution de la transparence qui a débuté, et je dis souvent qu'elle ne s'arrêtera pas. Je le pense plus que jamais. Nous ne partons pas de zéro. La Commission a pris des initiatives vigoureuses qui visent à améliorer l'environnement fiscal pour les citoyens comme pour les entreprises. En effet, dans les derniers mois, nous avons présenté pas moins de trois paquets de réformes fiscales d'envergure.

Ceci inclut, d'abord, une proposition comprenant des mesures juridiquement contraignantes contre l'évitement fiscal. Cette proposition prévoit, d'une part, une règle générale anti-abus qui empêcherait que des structures offshore artificielles soient utilisées, comme c'est trop souvent le cas, pour éviter l'impôt et, d'autre part, des règles sur les sociétés étrangères contrôlées connues sous le nom anglais de controlled foreign corporation rules, qui permettraient aux États membres d'imposer les bénéfices qui ont été détournés artificiellement via des juridictions à imposition basse, voire nulle. Autrement dit, cela permettrait de saisir un certain nombre de situations qui ont été justement appréhendées par les Panama papers.

Deuxièmement, nous avons présenté des propositions ambitieuses pour faire progresser la transparence fiscale au sein de l'Union à travers l'échange automatique d'informations fiscales le plus vaste au monde entre États, d'une part, et entre entreprises et administrations fiscales, d'autre part.

Troisièmement, nous faisons aussi progresser la transparence fiscale hors de l'Union européenne, d'abord avec les pays tiers européens. Je suis très heureux que nous ayons pu négocier et conclure des accords avec la Suisse, avec le Liechtenstein, avec Saint—Marin, avec Andorre et, comme ce sera le cas prochainement, avec Monaco via des accords bilatéraux. Cela a une signification très concrète pour nos concitoyens, c'est que ce qu'on appelle le secret bancaire est en train de mourir et de disparaître en Europe; c'est un succès formidable. Pour ce qui est des pays hors d'Europe, nous avons proposé de créer une liste paneuropéenne et commune des paradis fiscaux dans le cadre de la stratégie extérieure pour une taxation effective que j'ai présentée en janvier dernier. Tout ceci constitue un paquet anti-évasion fiscale qui est, pour l'essentiel, aujourd'hui sur la table du Conseil.

Nous avons présenté ces nouvelles initiatives sur la base de fortes exigences de transparence de l'Union européenne, qui sont déjà en place pour les comptes des particuliers et pour le secteur bancaire de l'Union européenne. Par exemple, je veux le citer ici, à partir de 2017, les États membres vont échanger automatiquement entre eux une grande quantité d'informations sur les comptes bancaires pour empêcher les fraudeurs de cacher leur épargne et leur argent à l'étranger.

Aujourd'hui même, il y a quelques minutes, la Commission a décidé de repousser les limites de la transparence fiscale encore plus loin en proposant que les groupes multinationaux rendent public un reporting de leur activité pays par pays.

J'ai participé à suffisamment de débats maintenant ici pour que vous sachiez que, d'une part, je suis favorable depuis le début à cette publicité et, d'autre part, je suis très heureux que la Commission propose aujourd'hui que l'Union européenne soit – je le dis à ceux qui disent que ce n'est pas assez – la première zone économique du monde à faire la lumière pays par pays sur l'activité des entreprises car, je vous vois hocher la tête, Monsieur Lamberts, vous savez comme moi que l'OCDE a proposé que cela se limite – ce qui n'est pas négligeable – pour le moment aux échanges entre administrations fiscales. Dans le débat, j'imagine, je le sais, qu'un certain nombre d'entre vous nous interrogeront sur le seuil – 750 millions d'euros, c'est le même que celui de l'OCDE; il permet d'appréhender 90 % de l'activité transnationale – et aussi sur le périmètre, en se demandant pourquoi nous n'allons pas hors de l'Union européenne. De ce point de vue, je veux vous dire que d'abord nous y allons à travers des données agrégées pour le reste du monde, mais aussi – et cela ne vous aura pas échappé – que nous allons demander des données détaillées pour l'activité de firmes multinationales qui travailleraient dans des paradis fiscaux. Et cela ne peut pas nous échapper.

C'est un premier pas d'une importance décisive, et je souhaiterais que le Parlement européen puisse le saluer comme tel mais, bien sûr, nous allons continuer à travailler ensemble.

Si des progrès importants ont été réalisés sur certaines des initiatives fiscales, notamment l'accord rapide sur deux propositions de transparence, de nombreuses mesures importantes sont encore sur la table du Conseil. Les Panama papers sont un signal pour les États membres, le signal qu'il est temps de montrer le même niveau d'ambition que la Commission et le Parlement dans la lutte contre la fraude fiscale, en se mettant rapidement d'accord sur les nouvelles dispositions de l'Union européenne pour lutter contre l'évasion fiscale.

Il en va de même pour ce qui concerne nos mesures contre le blanchiment d'argent. Les États membres doivent absolument concrétiser leur engagement politique et transposer d'ici à la fin de l'année les dispositions de la quatrième directive de lutte contre le blanchiment d'argent. Cette directive prévoit, entre autres, l'identification des véritables propriétaires des sociétés et des trusts et l'établissement de registres nationaux centraux. Et c'est bien sûr, le Parlement le sait — il le demande depuis longtemps –, absolument crucial pour prévenir l'utilisation abusive du système financier pour blanchir de l'argent criminel.

Je veux vous dire ici que la Commission est prête à apporter tout le soutien nécessaire pour faciliter ce processus de transposition et pour assurer la mise en œuvre correcte de ces dispositions mais, disons-le, et vous le savez aussi bien que moi, et je me tourne aussi vers la présidence du Conseil, la responsabilité première incombe aux États membres. Je souhaite que ce message des Panama papers, le message que vous adressez comme institution parlementaire, le message de la Commission, soit entendu et que les États membres comprennent qu'il ne peut pas, sur ces matières-là, y avoir de prudence excessive et que la révolution de la transparence s'applique à tout et à tous.

Qu'est-ce qui doit encore être fait? Je l'ai dit, beaucoup a déjà été accompli dans la lutte contre l'évasion fiscale, contre le blanchiment d'argent, mais les récentes révélations montrent que nous avons encore beaucoup à faire pour réduire les distorsions entre les législations et pour être pleinement coopératifs en notre sein.

Je veux mentionner simplement un certain nombre de secteurs clés sur lesquels nous avons besoin de plus de travail. D'abord, il y a encore un certain nombre de propositions qui sont sur la table du Conseil et qui auront un impact majeur. Je pense à la directive anti-évasion fiscale, dont je souhaite, je le sais, comme la présidence néerlandaise, qu'elle soit adoptée avant l'été. Vous avez évoqué, Madame, tout à l'heure le Conseil Ecofin informel du 22 avril, et je sais à quel point Jeroen Dijsselbloem tient, comme moi, à ce que ce soit tout le paquet qui soit sur la table, et tout le paquet qui soit adopté. J'en profite pour dire ici aux ministres qui disent qu'ils en veulent la moitié, que s'ils ont la moitié du paquet, ils auront la moitié des résultats, que nous n'avons pas le droit de faire cela, que nous devons aller jusqu'au bout de la démarche. Il est aussi temps de faire de la liste noire paneuropéenne de paradis fiscaux une réalité. La Commission a déjà une liste, mais celle-ci n'est qu'un best of ou une compilation des listes qui existent dans les États nationaux, qui sont beaucoup trop hétérogènes en la matière. Ainsi, le Portugal compte 85 paradis fiscaux sur sa liste. Sans doute est-ce beaucoup. L'Allemagne en a zéro. Là, assurément, c'est trop peu. Si je prends l'exemple du Panama, dont le monde entier a maintenant découvert à quel point il était un paradis fiscal, et j'espère qu'il changera sur ce point aussi, seuls huit pays de l'Union européenne, neuf depuis la semaine dernière avec la France, l'ont nommé comme tel. C'est évidemment beaucoup trop peu.

Travaillons à établir une vraie liste paneuropéenne de paradis fiscaux, et j'ai moi-même proposé six mois pour y parvenir, six mois pour les bons critères, six mois pour les bonnes méthodes. À l'échelle de l'Union européenne, c'est extrêmement rapide. Je pense que nous pouvons et que nous devons le faire.

Puis, nous devons aussi renforcer encore notre arsenal réglementaire. Par exemple, nous avons déjà annoncé une révision de la directive anti—blanchiment pour juin de cette année, et nous devrons en tirer les leçons au regard des Panama papers.

J'ajoute enfin qu'il y a une dimension qui est essentielle, à savoir la dimension internationale. Bien sûr, il y a ce que nous devons faire nous—mêmes, et je pense que l'Union européenne est déjà en avance sur le reste du monde, qu'elle a l'opportunité et la chance d'être moteur et leader en la matière. Mais tout ce qui est fait dans le cadre mondial est bien sûr plus efficace. Et c'est la raison pour laquelle nous devons, dans le cadre du G 20, proposer une nouvelle étape. Il se trouve qu'à partir de jeudi, l'ensemble des ministres des finances de la planète sera à Washington pour les réunions du printemps du Fonds monétaire international, et que, dans ce contexte, se tiendra une réunion du G20 au niveau des ministres de l'économie et des finances. La Commission sera là pour proposer d'aller plus loin. Je vois avec beaucoup de satisfaction qu'un certain nombre de ministres de pays membres du G20 sont prêts à nous accompagner dans ce domaine pour parler d'une seule voix.

Mesdames et Messieurs les députés, j'ai tenu avec cette introduction à vous donner un aperçu de quelques-unes des mesures supplémentaires que nous pourrions prendre pour éliminer les structures opaques, les arrangements offshore, et les transactions financières anonymes, comme celles qui ont été révélées au grand jour la semaine dernière.

Je sais que la Commission peut compter sur le Parlement européen pour nourrir le débat, pour appuyer nos idées, pour maintenir l'élan politique que nous insufflons aux prochaines étapes de cet agenda, et je veux vous dire que vous pouvez aussi compter sur la Commission.

Dans cette affaire-là, disons-le, nous sommes des alliés naturels. Nous pouvons avoir telle ou telle différence ou nuance, mais nous défendons la même cause, et je crois qu'il faut que nous soyons capables de travailler main dans la main, chacun avec sa sensibilité, pour aller aussi loin que ce que les citoyens attendent de nous pour que cette révolution de la transparence permette d'éliminer ces pratiques qui ont scandalisé la planète. Je suis bien sûr impatient d'entendre vos points de vue sur cette question aujourd'hui, mais également, bien sûr, au cours des semaines et des mois à venir.

Si j'avais eu l'impression que je manquerais de travail dans le domaine fiscal jusqu'à la fin de ce mandat, c'est une impression que je n'ai plus. Je suis même certain que nous en avons pour cinq ans et bien au-delà dans ce combat qui ne peut et qui ne doit jamais s'arrêter.

 
  
MPphoto
 

  Pablo Zalba Bidegain, en nombre del Grupo PPE. Señor Presidente, Comisario, Presidencia en ejercicio del Consejo, señorías, los ciudadanos empiezan a estar cansados. Es nuestra responsabilidad evitar que nos vean como un problema y nos vean como una solución. Y para eso tenemos que actuar con contundencia. Las revelaciones de los papeles de Panamá son una prueba más de la necesidad de continuar avanzando como lo hemos hecho durante este último año hacia una mayor transparencia fiscal.

Lo ha dicho el Comisario. Estamos ante una oportunidad política que no podemos desaprovechar y no tenga ninguna duda, Comisario, de que le apoyamos en todas las medidas que usted ha propuesto hoy aquí y en todas las que proponga en el futuro para luchar con contundencia contra el fraude fiscal. Porque es absolutamente necesario abordar este problema −como también ha dicho el Comisario−, que no es exclusivo de la Unión Europea. Se trata de un problema global que solo puede ser abordado mediante una respuesta global que implique al mayor número posible de países.

Por supuesto que crear una sociedad en Panamá no es ilegal, pero lo que sí puede llegar a ser ilegal es lo que se hace con ella, y es nuestra responsabilidad evitar que estas sociedades se utilicen para defraudar. El Grupo PPE siempre ha defendido, siempre defenderá y va a continuar defendiendo una mayor transparencia fiscal. El Grupo PPE quiere que la empresa Mossack Fonseca y el Gobierno de Panamá vengan a testificar al Parlamento Europeo, como ya han hecho muchas empresas y han hecho otros Estados en la Comisión TAXE. Estoy seguro de que el Gobierno de Panamá querrá colaborar con nosotros.

No podemos permitir que tanto despachos de abogados como Estados utilicen como modelo de negocio la ingeniería fiscal para vivir a expensas de otros Estados. Lo ha definido bien el Comisario: eso es sinceramente robar.

 
  
MPphoto
 

  Gianni Pittella, a nome del gruppo S&D. Signor Presidente, onorevoli colleghi, miliardi di euro sottratti alle casse pubbliche, denaro spesso riciclato, frutto di traffici illeciti, dietro il quale si nasconde la mafia, di questo si tratta e questa è la faccia peggiore del nostro capitalismo finanziario, quello corrotto e infettato dal malaffare.

Perciò dico a nome dei Socialisti e democratici, "tolleranza zero" contro gli evasori, "tolleranza zero" contro i paradisi fiscali ed è per questa ragione che noi vogliamo la creazione di una commissione d'inchiesta, qui nel Parlamento europeo, perché tutte le forze siano messe in campo per spazzare l'evasione e non ci sia nessuna timidezza.

Vogliamo anche una conferenza internazionale, un consesso globale che possa occuparsi di lotta all'evasione; e poi ci sono i provvedimenti che ha richiamato il Commissario Moscovici. Questo punto era un punto centrale dell'accordo di governo per il quale noi Socialisti abbiamo votato la Commissione Juncker e mi fa piacere constatare la determinazione e la tenacia che sta animando l'azione della Commissione Juncker e del Commissario Moscovici.

E tuttavia, io vi chiedo di andare oltre, di avere maggiore coraggio anche sul country-by-country reporting, bisogna estenderlo a tutti i paesi del mondo. Non si può limitare, c'è uno sforzo positivo che raccogliamo con soddisfazione, ma bisogna andare oltre, bisogna avere più coraggio di fronte ad un cancro così malefico, al pericolo di un cancro così malefico.

Chiediamo inoltre alla Commissione europea un impegno di introdurre uno statuto per gli informatori. Il rapporto sui trade secrets è un primo passo in questa direzione ma vogliamo un chiaro impegno politico in questo senso. Serve poi un'armonizzazione della base fiscale dell'imposta sulle società. Vogliamo una black list dei paradisi fiscali e sanzioni per quelle società che aiutano ad evadere. Spazzare via l'evasione fiscale deve essere la priorità di questo mandato della Commissione e del Parlamento europeo.

(L'oratore accetta di rispondere a una domanda "cartellino blu" (articolo 162, paragrafo 8, del regolamento))

 
  
MPphoto
 

  David Casa (PPE), mistoqsija karta blu. Nirrispetta ħafna lill-Onorevoli Pittella - naf li huwa politiku onest u integru, u naqbel miegħu meta qed jgħid li għandu jkollna tolleranza żero għal dawk kollha involuti f'dan l-iskandlu. Però nixtieq inkun naf is-Sur Pittella issa kif ħa jgħaddi mill-kliem għall-fatti. Għandek gvern wieħed involut ta' pajjiż Ewropew fl-Unjoni Ewropea. Għandek Ministru ta' gvern Ewropew u għandek ix-Chef de Cabinet ta' Prim Ministru ta' pajjiż Ewropew. Naf li dawn, u hu jaf ukoll, ġejjin minn partit soċjalista, però għandna nkunu, f'dan il-Parlament, mhux iktar inħarsu lejn il-partiti, imma lejn dak li hu sewwa, lejn dak li jagħmel ġieħ liċ-ċittadini Ewropej.

 
  
MPphoto
 

  Gianni Pittella (S&D), Risposta a una domanda "cartellino blu". Signor Presidente, onorevoli colleghi, io non faccio discriminazioni e non faccio sconti. Non ho parlato di Cañete. Il problema non è strumentalizzare queste questioni a fini politici ma fare chiarezza, la si faccia ovunque. La mia posizione è che la chiarezza debba essere fatta ovunque.

 
  
MPphoto
 

  Bernd Lucke, im Namen der ECR-Fraktion. Herr Präsident, meine Damen und Herren! Wir haben hier einen großen Skandal – gar keine Frage. Die Panama Papers haben das ans Licht gebracht, was allerdings die Spatzen schon seit langer Zeit von den Dächern gepfiffen haben. Und da muss man doch einmal fragen, warum man nicht vorher bereits tätig geworden ist. Es ist doch so: Wenn ein Topf ein Loch hat und das Wasser rinnt heraus, dann ist das zwar sehr unanständig von dem Wasser, aber man muss fragen, wer den ungeeigneten Topf eigentlich ausgewählt hat. Und so muss man fragen, wie es kommt, dass das Steuerrecht denn diese vielen Möglichkeiten überhaupt hat schaffen können, dass Steuervermeidung und Steuerhinterziehung und Geldwäsche in so großem Umfang betrieben werden konnten. Und man muss fragen, warum das denn den Finanzbehörden nicht aufgefallen ist oder ob es nicht den Finanzbehörden seit langer Zeit bekannt gewesen ist in allen Ländern, dass diese Art von Steuervermeidung und —hinterziehung und Geldwäsche betrieben wird, und ob sie es nicht möglicherweise längst gemeldet haben an die Finanzministerien und diese an die Minister. Und dann muss man fragen, warum die Minister denn nicht tätig geworden sind. Hier ist doch ein großes Politikversagen zu beobachten. Die Regierungen haben seit langer Zeit gewusst – und jeder in allen Ländern der Europäischen Union hat es gewusst –, dass diese Art von Steuerflucht stattfindet. Und nichts ist geschehen. Das, meine Damen und Herren, ist der eigentliche Skandal.

 
  
MPphoto
 

  Sylvie Goulard, au nom du groupe ALDE. Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, je suis contente de voir que la présidence néerlandaise nous envoie le ministre de la défense. On va attaquer l'évasion fiscale avec des moyens militaires, c'est peut-être une bonne chose. Je salue sa présence!

Beaucoup plus sérieusement, c'est un sujet sur lequel, pour le groupe libéral, il ne fait aucun doute qu'il y a une action à mener à deux niveaux. Il y a d'abord une action d'enquête, et je crois que nous sommes en tout cas favorables, comme d'autres groupes dans cet hémicycle, au fait d'essayer d'approfondir le travail qui a été fait par les journalistes et auquel M. Moscovici a rendu hommage. Il y a donc l'aspect qui consiste à mieux comprendre ce qui s'est passé, à vérifier si l'on a vraiment l'ensemble des informations. Il s'agit là d'un travail d'enquête, qui porte, d'ailleurs, à la fois sur des entreprises et, pour la première fois, sur des personnes privées également.

Deuxièmement, je crois qu'il est très important aussi que la commission économique et monétaire consacre aux questions fiscales – je dis bien "fiscales", l'équivalent de tax en anglais; j'insiste parce que c'est souvent traduit de manière bizarre – l'intérêt qu'elles méritent. Cela a été dit, il y a des textes à adopter dans un certain nombre de domaines, et nous saluons les nouvelles propositions, notamment au sujet de la communication d'information, à savoir le travail qui a été adopté par la commission aujourd'hui.

Ensuite, il y a un autre niveau, qui a été évoqué par M. Pittella, c'est-à-dire l'important volet pénal, avec le blanchiment d'argent sale. Pour cela, nous avons besoin d'autres commissions, à savoir LIBE ou JURI. Donc, je crois que ce Parlement doit se mobiliser par-delà les compétences.

En tout cas, il ne faut pas se contenter de mettre des choses sur le papier. Les questions de la mise en œuvre, du contrôle et des sanctions éventuelles contre les personnes qui ne respectent pas les règles devraient, à mon sens, être approfondies, notamment au niveau mondial.

Nous avons voté ce matin mon rapport, un petit rapport d'initiative sur notre rôle dans les enceintes globales. Je pense que l'une des valeurs ajoutées de l'Union européenne, cela doit être de se battre pour la mise en œuvre et pour les sanctions. Nous, nous sommes un ordre de droit, et il faut que cela se répande au niveau mondial.

Encore une fois, nous serons à votre disposition, la présidence et la Commission, pour vous aider. C'est un sujet sérieux et qui, malheureusement, n'est pas près de disparaître de nos écrans radars.

 
  
MPphoto
 

  Fabio De Masi, im Namen der GUE/NGL-Fraktion. Herr Präsident! Bei Panama Leaks geht es um organisierte Kriminalität der Reichen und Mächtigen. Mossack Fonseca hat im Auftrag von Deutscher Bank und Co. schmutziges Geld gewaschen und den Steuerdieben geholfen. Die Banken des Islamischen Staates dürfen weiter das internationale SWIFT-System nutzen. Mit schmutzigem Geld werden daher auch die Morde in Paris und Brüssel finanziert.

Was für eine feine Gesellschaft auf der Panama-Liste: russische Zuhälter, der ukrainische Oligarch und Präsident Poroschenko, der britische Premier Cameron, die FIFA natürlich, die Ehefrau des EU-Kommissars Cañete und auch der Front National.

Ich habe meinen Namen auf meinem Briefkasten stehen. Die Mehrheit der Bevölkerung versteuert jeden hart erarbeiteten Cent. Wahr ist: Wenn wenige Superreiche ein immer größeres Stück vom Kuchen wollen, müssen sie es den anderen wegnehmen. Das nennt man ganz gewöhnlichen Diebstahl.

Die Debatte über Panama offenbart doch Heuchelei: Deutschland – im Schattenfinanzindex fünf Plätze vor Panama – sperrt sich gegen ein öffentliches Register für die Inhaber von Briefkastenfirmen. Banken haben in Deutschland bei Geldwäsche nichts zu befürchten. Mit der vierten EU-Geldwäscherichtlinie sollen Scheindirektoren von Briefkastenfirmen legalisiert werden. Cameron machte sich für eine Ausnahme von Offshore-Trusts stark und parkte dort Geld. Die Niederlande besteuern Finanzflüsse in Steueroasen nicht. Und die USA haben Delaware und boykottieren den Informationsaustausch. Kommen die jetzt alle auf die schwarze Liste der EU?

Die USA haben mit der Schweiz und Liechtenstein vorgemacht, wie es geht: Wir brauchen Quellensteuern auf Finanzflüsse in Steueroasen. Wir brauchen ein Strafrecht für Unternehmen. Banken, die bei Steuerhinterziehung helfen, muss die Lizenz entzogen werden. Wir brauchen ein öffentliches Register über die wahren Eigentümer von Briefkastenfirmen, ein Vermögensregister und eine Vermögensabgabe. Und wir brauchen eine Konzernberichterstattung für jedes Land statt des Basars um schwarze Listen.

Meine Fraktion fordert einen permanenten Untersuchungsausschuss zu Steueroasen, der hätte die Mehrheit in diesem Haus. Und auch der verehrte Kollege Pittella hätte schon nach LuxLeaks vor der eigenen Tür kehren sollen.

Schon Jesus wusste: Eher wird ein Kamel durch ein Nadelöhr gehen, als dass ein Reicher ins Paradies geht. Der arme Jesus konnte nicht wissen, dass es dafür Steuerparadiese gibt. Trocknen Sie die Steuerparadiese in und außerhalb der EU endlich aus, anstatt hier weiter Sonntagsreden zu halten!

 
  
MPphoto
 

  Philippe Lamberts, au nom du groupe Verts/ALE. Monsieur le Président, chers collègues, chez nos concitoyens, le sentiment que nos démocraties ne fonctionnent plus qu'au profit d'une minorité est en train de croître, et je voudrais attirer notre attention à tous sur le fait que, dix jours après le scandale des Panama papers, l'adoption après—demain d'une directive qui, sous prétexte de protéger les secrets d'affaires, rendra le travail des journalistes et des lanceurs d'alerte qui ont créé Panama Leaks plus compliqué est une insulte au bon sens et à la démocratie.

J'ajoute à l'intention de la Commission européenne et, en particulier, du commissaire Moscovici – notre précédent échange ici était plutôt sur un ton humoristique et léger – que je n'ai plus du tout le cœur à rire. Je suis plutôt exaspéré, Monsieur Moscovici. Cela fait trois ans qu'Offshore Leaks a été révélé, cela fait un an et demi que LuxLeaks a été révélé, cela fait seize mois que l'obligation de reporting pays par pays est imposée à toutes les banques qui opèrent en Europe, sans distinction de pays et, depuis tout ce temps, la Commission européenne joue la montre.

Vous ne voulez pas d'un reporting pays par pays qui s'adresse à toutes les entreprises et pour tous les pays. Vous n'en voulez pas! Je suis désolé, il n'y a aucun argument – je dis bien, Monsieur, et je vous regarde dans les yeux, il n'y a aucun argument qui tienne pour limiter le reporting pays par pays à certaines entreprises et à certains pays. Vous n'avez aucun argument! Une PME qui opère entre la Belgique et la France sait combien d'employés elle a en Belgique et en France, combien de taxes elle paie en Belgique et en France et quels chiffres d'affaires et profits elle fait en Belgique et en France. N'allez pas me dire qu'elle ne dispose pas de ces données car, si c'était le cas, il s'agirait d'entreprises bien mal gérées.

Par conséquent, même une petite entreprise transnationale dispose de ces données. Et il n'y a aucun pays auquel nous ne pourrions pas l'imposer, que nous ne pourrions pas englober. Nous l'avons imposé aux banques et donc, si vous ne le faites pas, c'est que vous jouez la montre, mais au profit de qui? Il y a un seul stakeholder qui s'oppose à cette mesure, et il a fait son communiqué de presse aujourd'hui. C'est Businesseurope, qui représente le MEDEF, la FEB et toutes les fédérations d'entreprises. Il n'en veut pas parce qu'il sait très bien que la transparence lui coûtera non pas en termes de compétitivité, mais en termes de réputation. Vous défendez leur mauvaise réputation. Je le regrette.

 
  
MPphoto
 

  Steven Woolfe, on behalf of the EFDD Group. Mr President, on the release of the Panama Papers, we have once again seen the usual outcry from politicians saying the rich are not paying their fair share of tax – like Mr Moscovici here in his speech before us today: he wants to make the rich pay their fair share. Well, Mr Moscovici, you are one of those rich: you earn over EUR 20 000 a month; you have a residence allowance of EUR 3 000 a month; a EUR 600-a-month expense allowance; a pension people would only dream of – EUR 300 000 a year. You said tax transparency should apply to everyone. Therefore I say to you: will you agree that you and all your other Commissioners should put your tax accounts online so that the public can see the tax transparency of the Commissioners?

You also said that you want to crack down on tax havens. Well, I agree with you. So, therefore, will you crack down on Europe’s biggest tax haven – that of Brussels? Whilst the people of Belgium and across Europe pay tax rates of 30, 40 or 50% you, EU Commissioners, civil servants and EU staff can pay as little as 8%. Whilst we have youth unemployment across many countries of 30 and 40% or even more, you are enjoying the luxury of high salaries and low taxation. And will the EU MEPs pay themselves at the same levels of tax as in their own countries? The biggest scandal of all is that whilst the people pay their tax, the Eurocrats pay virtually nothing. There is the scandal.

 
  
  

Elnökváltás: GÁLL-PELCZ ILDIKÓ
alelnök

 
  
MPphoto
 

  Bernard Monot, au nom du groupe ENF. Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, face à ce nouveau scandale fiscal des Panama papers, qui n'est d'ailleurs pas un scoop, le Front national rappelle sa détermination politique et éthique.

En effet, depuis le début de la mandature, nous avons voté tous les textes européens de lutte contre la fraude et contre l'évasion et l'optimisation fiscales. Je vous invite à le vérifier.

Contrairement à M. Juncker, nous refusons le double langage et l'hypocrisie de certains gouvernements. Les impôts qui échappent aux États et à leurs systèmes sociaux doivent être compensés par les citoyens, alors que les déficits publics que vous supervisez, Monsieur Moscovici, sont au plus haut. Cette iniquité fiscale est un crime économique contre les peuples. Il faut condamner les multinationales qui ont recours à ces systèmes d'évasion fiscale, notamment les entreprises américaines Google, Apple, Facebook, Starbucks, etc., dont le sport favori est d'escamoter le paiement de l'impôt sur les sociétés en Europe par des montages contestés.

Mais il faut également dénoncer la responsabilité des avocats des multinationales, leurs conseils, les "Big Four", notamment PriceWaterhouse, leurs comptables et certaines banques, telles qu'HSBC, UBS, etc.

Au-delà de la simple condamnation de principe de la fraude, les États-Unis sont les grands absents de l'enquête du consortium international des journalistes d'investigation. Pas de révélations sur les paradis fiscaux américains, tels que le Nevada, etc. Aucune personnalité nord-américaine, aucune grande banque de Wall Street, aucun fonds spéculatif, lorsque l'on sait que les bailleurs de fonds qui financent le consortium sont les fondations Ford, Carnegie, Rockefeller, Kellogg's et un certain Soros, on comprend mieux: dis-moi d'où viennent les fuites, et je te dirai à qui cela profite.

Dans la guerre économique mondiale actuelle, ces Panama papers ont un but inavouable, c'est-à-dire de dénoncer des personnalités non-américaines, mais attention à ce petit jeu d'un document compromettant [...]

(Le Président retire la parole à l'orateur)

(L'orateur accepte de répondre à une question "carton bleu" (article 162, paragraphe 8, du règlement))

 
  
MPphoto
 

  Jérôme Lavrilleux (PPE), question "carton bleu". Madame la Présidente, je m'étonne qu'en un peu plus de deux minutes trente, notre collègue du groupe ENF n'ait pas trouvé le temps d'évoquer, en ce qui concerne le scandale des Panama papers, le fait que le nom du fondateur du Front national ait été cité pour un compte au Panama, tout comme celui de la principale société chargée de la communication des campagnes électorales du Front national. Je pense qu'il parlait de l'arroseur arrosé, c'était un début d'autocritique de sa part.

 
  
MPphoto
 

  Bernard Monot (ENF), réponse "carton bleu". Vous êtes bien placé pour parler, n'est-ce pas? C'est ça, sauf que le Front national n'a rien à voir, de près ou de loin, avec ces affaires de paradis fiscal.

Moi, je parle du Front national, d'accord? Les deux personnes auxquelles vous faites référence ont d'ailleurs fait apparaître qu'elles n'avaient rien à voir avec ça... D'accord? Il y a une transparence, tout a été déclaré; en ce qui concerne M. Le Pen, il n'a rien à voir avec ça, d'accord? Donc c'est une diffamation et une calomnie, vous vous appuyez derrière votre ... comment dire...?

 
  
MPphoto
 

  Λάμπρος Φουντούλης ( NI). Κυρία Πρόεδρε, οι πρόσφατες αποκαλύψεις σχετικά με τις υπεράκτιες εταιρείες στον Παναμά απλά επιβεβαίωσαν τα όσα ήδη γνωρίζαμε ή έστω υποψιαζόμασταν. Η πολιτική τάξη της Ευρώπης ακολουθεί κατά πόδας το παράδειγμα των διεφθαρμένων επιχειρηματιών. Πολλοί εκπρόσωποι και των δύο αυτών τάξεων θεωρούν πως είναι υπεράνω του νόμου, την ίδια στιγμή που επιβάλλουν στους πολίτες μέτρα άγριας λιτότητας και εμφανίζονται ως σταυροφόροι ενάντια στη φοροδιαφυγή. Πόσα από αυτά τα χρήματα έχουν φορολογηθεί; Πόσα προέρχονται από παράνομες δραστηριότητες και πόσα είναι νόμιμα;

Υπάρχει σοβαρότατο ηθικό ζήτημα και πρέπει όσοι εμπλέκονται σε αυτή την υπόθεση να λογοδοτήσουν και να αναλάβουν τις βαρύτατες ευθύνες τους. Θα πρέπει να αναλάβουμε δράση για την ανακάλυψη όλων όσων διατηρούν λογαριασμούς σε υπεράκτιες εταιρείες, καθώς τα ονόματα που έχουν διαρρεύσει είναι ένα ελάχιστο κλάσμα μπροστά στο συνολικό αριθμό. Το σημαντικότερο, όμως, είναι να πάρουμε μέτρα τα οποία θα αποτρέψουν την επανάληψη του φαινομένου. Οι υπεράκτιες εταιρείες δεν εξυπηρετούν κανέναν άλλο σκοπό, πέρα από το να διευκολύνουν τους έχοντες ώστε να αποφεύγουν τα βάρη που τους αναλογούν. Πρέπει να επανεξετάσουμε το καθεστώς τους σε ολόκληρη την Ευρώπη. Εξυπηρετεί πράγματι την κοινωνία η ύπαρξή τους; Υπάρχει έστω μία αληθοφανής δικαιολογία για τη λειτουργία τους;

Επειδή η απάντηση είναι πως στην ουσία δεν υπάρχει καμία, πρέπει να κινηθούμε στην κατεύθυνση της πλήρους απαγόρευσης δραστηριοποίησης υπεράκτιων εταιρειών. Οποιαδήποτε εταιρεία επιθυμεί να δραστηριοποιηθεί στην Ευρώπη θα πρέπει να αποκτά φορολογική έδρα εντός της Ένωσης. Φυσικά, εταιρείες φαντάσματα χωρίς κανένα αντικείμενο λειτουργίας, δεν θα πρέπει να συνεχίσουν να υπάρχουν. Όμως, φοβάμαι πως δεν υπάρχει πολιτική βούληση για τέτοιου είδους μέτρα, γιατί πιθανότατα, όπως αποκαλύφθηκε πρόσφατα, μεγάλο μέρος των εταιρειών αυτών ανήκει σε πολιτικούς.

(Ο ομιλητής δέχεται να απαντήσει σε ερώτηση με γαλάζια κάρτα (άρθρο 162 παράγραφος 8 του Κανονισμού))

 
  
MPphoto
 

  Janusz Korwin-Mikke (NI), pytanie zadane przez podniesienie niebieskiej kartki. Chciałbym zapytać, czy nie uważa Pan, że jeżeli Bank Europejski okrada Europejczyków na osiemdziesiąt miliardów miesięcznie, drukując pieniądze bez pokrycia, to może działalność tych ludzi polega na tym, jak Robin Hood, że odkradają te pieniądze z powrotem.

 
  
MPphoto
 

  Λάμπρος Φουντούλης ( NI), απάντηση σε ερώτηση με "γαλάζια κάρτα". Συμφωνώ απόλυτα μαζί σας. Η Ευρωπαϊκή Κεντρική Τράπεζα καταληστεύει τους Ευρωπαίους πολίτες και παράλληλα, όπως αποδείχτηκε από τα Panama Papers, πολιτικοί έχουν τοποθετήσει πάρα πολλά μαύρα χρήματα σε αυτές τις υπεράκτιες εταιρείες.

 
  
MPphoto
 

  Luděk Niedermayer (PPE). Madam President, I believe that the Panama Papers scandal confirms the need to take bold and efficient action to improve the firmness and efficiency of taxation. The reasons lie not only in the money that should be collected under the budget, but also in the credibility of the government and fairness on the market. It should also be noted that there are some differences between the Panama Papers and LuxLeaks. First of all, with the Panama Papers we are mostly dealing with individuals and not with firms. I believe that with the Panama Papers we are looking more at tax evasion and not so much at tax avoidance, and the sources of the money in the Panama accounts are probably not always that clean.

Also it should be noted that many cases in the Panama Papers are a little bit older. I am saying that because the big difference is that in the area of tax manipulation as described in the Panama Papers, many actions have been taken over the last few years. I am talking especially about the automatic exchange of information and the improvement of anti-money laundering.

So that is why I would like to call on the Commission to make a review to ascertain if the measures adopted are sufficient, and eventually what are the holes, the missing elements in the regulation that deal with the problems described in the Panama Papers. Also I would like to encourage the Commission to continue with its tax agenda, especially in the area of corporate taxation and the improvement of VAT collection. It has my full support.

 
  
MPphoto
 

  Elisa Ferreira (S&D). Senhora Presidente, as revelações dos papéis do Panamá impõem, antes de mais, o reconhecimento público do trabalho extraordinário do consórcio internacional de jornalistas de investigação e também do trabalho dos lançadores de alerta que lhes fornecem os dados. Recorde-se que Antoine Deltour, um dos lançadores de alerta do Luxleaks, vai ser julgado este mês por violação do segredo profissional e comercial, e daí que, juntando-me e associando-me à Comissão Europeia, ao Senhor Comissário, neste elogio, eu gostaria de ver acelerado também, na sua lista, o estatuto europeu de proteção de apoio jurídico para estes cidadãos, como foi recomendado na TAXE.

Uma segunda nota sobre a dimensão deste icebergue dos papéis do Panamá: ele obriga a que, definitivamente, a União Europeia avance para uma definição clara do que são os paraísos fiscais, com critérios objetivos e transparentes e uma lista de sanções a quem opere com eles. Eu olho para a Comissão Europeia, não para a criticar, antes para a elogiar e estimular, mas gostaria de ter um compromisso do Conselho, se possível ainda mais firme, de que o bloqueamento que o Conselho tem feito à agenda em matéria fiscal está, neste momento, reduzido a zero perante o escândalo que é a situação de apatia da União Europeia relativamente à matéria fiscal. Muito obrigada.

 
  
MPphoto
 

  Sander Loones (ECR). Keihard, zo moeten we de Panama-schandalen aanpakken, keihard! Sommigen willen gewoon niet bijdragen. Zij ontlopen de fiscus, terwijl de gewone man in de straat torenhoge belastingen moet betalen. Dat kan inderdaad niet! Dat moeten wij bestrijden, dat doen we met meer transparantie en met meer samenwerking tussen de belastingdiensten. En als in dit Parlement de wens bestaat om een enquêtecommissie in te stellen, dan zal de N-VA die wens steunen.

Samenwerking, transparantie en dus niet steeds hogere belastingen, want dat lijkt soms de droom te zijn van velen hier in dit Parlement, altijd maar hogere belastingen, terwijl de realiteit is dat zeker zelfstandigen meer dan driekwart van hun inkomen aan de overheid moeten afstaan. Zelfs daar komt de regering niet mee toe en worden schulden opgestapeld. Zelfs dan volstaat dat nog niet en rekenen wij bijvoorbeeld op de Europese Centrale Bank om geld bij te drukken, waardoor wij opnieuw worden gepakt: hogere belastingen, geen rente meer op ons spaargeld. Collega's, alles hangt samen!

Als wij de belastingen willen laten dalen, zal iedereen zijn eerlijke deel moeten betalen. Ook zij die nu liever onder een palmboom in Panama liggen!

 
  
MPphoto
 

  Michael Theurer (ALDE). Frau Präsidentin, Herr Kommissar, liebe Kolleginnen und Kollegen! Das Panama-Datenleck ist das größte der Geschichte mit 11,5 Millionen Dokumenten, und es bringt einen verheerenden Zustand ans Tageslicht. Ja – man wusste von Steueroasen, aber die Dimension ist doch immens, und vor allen Dingen sind Personen der globalen Elite betroffen, nicht nur aus der Geschäftswelt, Sportler, bekannte Künstler, Schauspieler, Regisseure und auch Politiker.

Und wenn da bei den Bürgerinnen und Bürgern der Eindruck entsteht, dass deshalb in der Politik nicht entschieden Front gemacht wird gegen diese Steuervermeidungsmodelle, weil Politiker beteiligt sind, dann untergräbt es die demokratische Legitimation. Deshalb gibt es ein überragendes Aufklärungsinteresse des Europäischen Parlaments im Auftrag der Bürgerinnen und Bürger.

TAXE 1 hat bereits die Grundlage gelegt. Wir waren nicht blind gegenüber Steueroasen. Wir haben klare Maßnahmen gefordert. Wir haben die Kommission aufgefordert, eine Definition vorzulegen und ein Maßnahmenpaket. Einige Dinge sind jetzt präsentiert worden, aber das reicht noch nicht aus, und wir brauchen einen TAXE-Ausschuss, der wirklich investigative Kompetenzen bekommt.

 
  
MPphoto
 

  Marisa Matias (GUE/NGL). Senhor Presidente, Senhor Comissário. Se os papéis do Panamá são uma gota no oceano, as propostas da Comissão são passinhos de bebé. Eu gostaria que aproveitássemos os papéis do Panamá para falar de nós e do problema de fundo, que é mesmo a existência de paraísos fiscais. Os paraísos fiscais são aquela coisa que ninguém gosta mas, na verdade, ninguém quer fazer nada para acabar com eles e se às multinacionais e às grandes fortunas se pode falar de otimização fiscal, aos trabalhadores e pequenas e médias empresas fala-se de fuga ao fisco. Não há vontade política na União Europeia, porque na União Europeia existem paraísos fiscais, existem países que são mesmo paraísos fiscais, a Holanda, o Luxemburgo, a Bélgica, enfim, a própria Madeira e, por isso, a União Europeia tem que ter vontade política porque é a maior detentora de paraísos fiscais a nível mundial e esse é verdadeiramente o problema de fundo, Senhor Moscovici. A manutenção de paraísos fiscais no espaço europeu envia aos cidadãos uma mensagem muito clara: aqueles que fogem a impostos com cem euros, são criminosos, quem foge com cem milhões de euros, são empreendedores. Isso não é, seguramente, uma matéria de justiça fiscal.

 
  
MPphoto
 

  Sven Giegold (Verts/ALE). Madam President, I think it is important when we view this scandal to see that it is not mainly a tax scandal, it is a money laundering scandal which has tax consequences. Most of the activities which have been uncovered are already in violation, as far as Europe is concerned, of existing money laundering law which has been in place since 2005. Therefore we have to be serious about implementing existing legislation.

I have been informed by a whistle-blower that he has been in touch with the Commission for years to insist that existing money laundering legislation is not being implemented in reality. Therefore it is legitimate that this Parliament looks into why Member States do not implement European law and why the Commission is not insisting enough that law is really arriving on the ground of the Member States.

I therefore plead to the Commission to immediately launch infringement procedures against Member States in order to make sure that existing legislation is enforced. This Parliament needs to set up an investigative committee to look into this lack of implementation.

Lastly, it is important if we launch a new committee now that we do not shelve the work we have done in TAXE but that we realise what we have done there, because citizens will not accept that we jump from scandal to scandal and finish nothing – that is not acceptable.

 
  
MPphoto
 

  Barbara Kappel (ENF). Frau Präsidentin, Frau Ministerin, Herr Kommissar! Laut einer OECD-Studie gehen den nationalen Haushalten jährlich bis zu 210 Milliarden Euro durch aggressive Steuerplanung multinationaler Unternehmen verloren. Das sind 10 % der Steuerleistung dieser Unternehmen. Diese Zahl macht deutlich, dass die Bekämpfung aggressiver Steuerplanung oberste Priorität hat. Wer das noch nicht erkannt hat – spätestens nach den Panama Papers ist es offenkundig: Ziel all dieser Maßnahmen muss es sein: Gewinne sollen dort versteuert werden, wo die wirtschaftliche Tätigkeit erfolgt.

Die UN-OECD-Initiative BEPS ist eine wichtige Initiative, dieses globalen Problems der Steuerflucht auch global Herr zu werden. Der 15-Punkte-Aktionsplan sieht eine internationale Abstimmung bei der Besteuerung von Unternehmenseinkünften, das Schließen von Finanzschlupflöchern und die Erhöhung der Transparenz vor. 96 Länder haben sich bereits verpflichtet, den automatischen Informationsaustausch über Finanzkonten durchzuführen. Panama tut dies nicht, auch die USA nicht, die mehr und mehr Steuerparadies Nummer eins werden. Delaware – diese Provinz – hat mehr Briefkastenfirmen als Einwohner, und in North Dakota, in South Dakota und in Nevada wird Geld im großen Stil hinterzogen, nämlich an der Steuer vorbeigeschleust. Einfach eine E-Mail-Adresse, und eine Firmengründung ist da.

Das Maßnahmenpaket der Kommission vom Jänner dieses Jahres ist ein wichtiger Beitrag, ebenso die aktuellen Berichte im ECON-Ausschuss für mehr Transparenz und zur Bekämpfung von Steuervermeidung. Das country-by-country-reporting für Unternehmen, die mehr als 750 Millionen Euro Jahresumsatz haben, und ein Transparenzregister werden sicherlich zur Transparenz beitragen. Ecofin hat sich bereits verpflichtet, dies umzusetzen. Das reicht aber nicht. Ein globales Problem braucht eine weltweite Vernetzung der Transparenzregister, ein weltweites Register der wirtschaftlich Berechtigten, Vereinheitlichung der schwarzen Liste über Steueroasen und eine Verschärfung der Verjährungsfristen.

 
  
MPphoto
 

  David Casa (PPE). L-Unjoni Ewropea rnexxielha tagħmel kisbiet importanti fil-ġlieda kontra l-ħasil ta' flus u fiż-żieda tat-trasparenza fiskali. Però l-Panama Papers urewna li dawk li jkollhom intenzjonijiet li jqarrqu u biżżejjed poter f'idejhom, jistgħu jinfluwenzaw u jduru mal-liġijiet u mar-regoli. Qed nirreferi naturalment għall-ħabi ta' fondi permezz ta' strutturi komplessi.

Malta għandha industrija tas-servizzi finanzjarji li hi waħda soda, u li tikkonforma mal-ogħla standards regolatorji. Għandna ġurisdizzjoni li ngawdu l-ogħla reputazzjoni għas-servizzi finanzjarji, b'leġiżlazzjoni stretta u b'sorveljanza regolatorja effettiva ferm.

Azzjonijiet ta' klikka żgħira, però, ta' nies fil-poter li kellhom jirrikorru għal servizzi ġewwa l-Panama mhumiex xhieda ta' dan li qiegħed ngħid. Il-persuni involuti mhumiex Malta, għeżież kollegi, u ma jirriflettux il-bżulija, id-dixxiplina u l-karattru onest u korrett tal-poplu Malti. Il-poplu Malti, flimkien magħkom, flimkien mal-maġġoranza ta' din il-Kamra, huwa ekwivoku u qed jgħid illi l-atti ta' korruzzjoni u leġiżlazzjoni laxka huma kompletament inaċċettabbli u mhux se jkunu tollerati.

U allura, jiena nixtieq naqbel ma' Membri Parlamentari li ġejjin min-naħa l-oħra ta' din il-Kamra, li huma Maltin bħali, illi jħeġġu lil min għandu jieħu deċiżjoni f'pajjiżi biex jeħodha kemm jista' jkun malajr biex ma tibqax issir ħsara lil Malta, li hija Malta onesta u Malta konformi mar-regoli Ewropej.

(Il-Kelliem aċċetta li jwieġeb mistoqsija “karta blu” (skont l-Artikolu 162(8) tar-Regoli ta’ Proċedura))

 
  
MPphoto
 

  Eduard Kukan (PPE), blue-card question. A simple and direct question to our distinguished colleague, Mr Casa. Can you confirm that there will be a vote of no-confidence in the Maltese Government precisely because of the Panama Papers? I would like a direct answer, please.

 
  
MPphoto
 

  David Casa (PPE), tweġiba karta blu. Iva Sinjura President, nikkonferma li l-oppożizzjoni talbet vot ta' sfiduċja fil-gvern. M'aħniex interessati f'elezzjoni ġdida, m'aħniex interessati li nidħlu fil-gvern - għalissa (il-gvern fadallu sentejn), imma naħseb li l-Prim Ministru, il-Ministru responsabbli tiegħu f'dan l-iskandlu għandhom jirriżenjaw.

Però, saret ukoll dimostrazzjoni li għaliha attendew eluf kbar ta' Maltin li ġejjin minn kull naħa tal-lenti politika Maltija. U sfortunatament bħalissa, Sinjura President, qed isir attakk orkestrat kontra individwi li attendew għal din il-protesta, individwi li huma nies serji, li huma nies onesti, li jagħmlu ħafna ġid għal Malta. U dan huwa ta' skandlu ieħor, li jkollok gvern li jħalli li jsir attakk fuq dawn il-persuni.

 
  
MPphoto
 

  Peter Simon (S&D). Frau Präsidentin, liebe Kolleginnen und Kollegen! Wir haben im letzten Jahr in Europa im Bereich Steuern mehr auf den Weg gebracht, als in vielen Jahren zuvor möglich war, und dies nur, weil wir im Zusammenspiel von Whistleblowern, von Presse, von Europäischer Kommission, aber insbesondere auch diesem Haus mit seinem Sonderermittlungsausschuss TAXE und seinem Fortführungs-Sonderermittlungsausschuss TAXE 2 hier den notwendigen öffentlichen Druck aufgebaut haben.

Wenn wir jetzt durch die herausstechende Rechercheleistung der Süddeutschen Zeitung mit Panama Papers eine neue Dimension erreichen, bei der nicht nur Unternehmen benannt sind, bei der auch Einzelpersonen, Verbände benannt sind, müssen wir als Parlament eine entsprechende Antwort finden, um diesen Druck aufrechtzuerhalten. Es ist an der Zeit, dass wir einen Untersuchungsausschuss einrichten, der uns hier die notwendigen Instrumente in die Hand gibt, gemeinsam mit der Kommission über lange Zeit den Druck auf Mitgliedstaaten zu entfalten, dass sie deutlich geschmeidiger werden, deutlich eher willens sind, hier die notwendige Gesetzgebung mit uns gemeinsam auf den Weg zu bringen, um weitere immer noch vorhandene Löcher zu schließen.

 
  
MPphoto
 

  Pirkko Ruohonen-Lerner (ECR). Arvoisa puhemies: SwissLeaks, LuxLeaks ja nyt Panaman paperit. Kuinka monta uutta tietovuotoa me vielä tarvitsemme, että veronkierto saadaan loppumaan? Voin vastata: emme yhtään. Tietoa on jo nyt riittävästi ja tahtoa, sitäkin on yli puolue- ja valtionrajojen. Nyt on aika toimia.

Mitä sitten tehdä? Selvää on, että globaalit ongelmat vaativat globaaleja ratkaisuja. EU ei yksin pysty estämään veronkiertoa. Tämän vuoksi tarvitsemmekin maailmanlaajuista, kattavaa läpinäkyvyyttä, kuten Saksan valtiovarainministeri Schäuble on vastikään esittänyt.

Täytyy muistaa, että jos emme onnistu estämään veronkiertoa, seuraukset eivät ole ainoastaan taloudellisia. Tieto siitä, että rikkaat ja etuoikeutetut pelaavat eri säännöillä kuin muut, murentaa yhteiskuntien moraalista perustaa. Oma linjani on selvä: verotiedot tulee julkistaa, niitä tulee vaihtaa ja veroparatiisit pitää saada mukaan tähän toimintaan tavalla tai toisella – jos ei hyvällä, niin pahalla.

 
  
MPphoto
 

  Miguel Viegas (GUE/NGL). Este escândalo fiscal, mais um, vem alertar-nos para uma realidade que não é nova. Tivemos no passado o Luxleaks, o Swissleaks, o Offshore Leaks e temos agora o Panama Papers.

Esta realidade não pode ser dissociada da emergência do paradigma neoliberal e da desregulamentação do sistema financeiro que começa a dominar a partir dos anos oitenta. Não pode ser dissociada da onda de privatizações das instituições financeiras públicas criadas no pós-guerra. Este escândalo não é um acidente de percurso. Trata-se de um fenómeno estrutural que exige medidas de fundo, como o fim dos paraísos fiscais, atacando igualmente o coração do sistema que reside na rede tentacular da banca e das instituições financeiras.

Contem connosco para medidas firmes de combate à fraude e à evasão fiscal, colocando entraves às transferências de lucro e de capital para as regiões offshore. Impomos regras de transparência a todos os processos, incluindo o livre acesso a toda a informação fiscal. Não contem connosco para fingir o que é que está a ser feito para ficar tudo na mesma.

 
  
MPphoto
 

  Eva Joly (Verts/ALE). Madame la Présidente, Monsieur le Commissaire, les révélations de la semaine dernière nous rappellent une chose: les règles anti-blanchiment ne sont pas respectées, ni par certaines très grandes banques et autres intermédiaires fiscalistes, ni par certains États membres et autorités nationales de contrôle qui ont laissé faire. Le blanchiment est un business.

Le ras-le-bol des citoyens a atteint un paroxysme. Le double langage de nos gouvernants et la frilosité des propositions législatives ont miné la confiance. Le secret et le peu de moyens mis au service des enquêteurs fiscaux touchent nos démocraties en plein cœur.

Nous avons le droit de savoir qui a triché et comment, et les responsables doivent en répondre devant la justice.

C'est pour faire la lumière sur ce système de fraude à échelle industrielle que mon groupe a proposé de créer une commission d'enquête.

Je remercie tous les collègues qui ont apporté leur soutien.

Monsieur le Commissaire, nous ne laisserons pas les effets d'annonce se succéder sans que rien ne se passe, et nous ne comprenons pas pourquoi, alors que vous avez un boulevard devant vous et que vous auriez le soutien de l'opinion publique mondiale, vous ne nous proposez pas de véritable ...

(La Présidente retire la parole à l'oratrice)

 
  
MPphoto
 

  Hugues Bayet (S&D). Madame la Présidente, l'Histoire, comme une idiote, mécaniquement, se répète – c'est l'écrivain et diplomate français Paul Morand, Monsieur le commissaire, qui le constatait au siècle dernier, et c'est malheureusement ce qui me vient en tête quand je découvre l'excellent travail qui a été réalisé par le consortium de journalistes sur le dossier dit des Panama papers. Ces lanceurs d'alertes doivent, bien évidemment, être protégés, on l'a dit.

C'est aussi ce qui me vient en tête quand je constate les tergiversations, les questionnements, les hésitations parfois au sein de cet hémicycle sur l'organisation ou non d'une commission d'enquête.

C'est pourquoi je me réjouis que le groupe S&D ait pris, avec d'autres, ses responsabilités rapidement pour demander la création d'une commission d'enquête. J'espère que nous serons suivis et qu'une majorité se dégagera, car nous ne pouvons nous contenter d'une commission spéciale, comme celles qui ont été mises en place après le scandale LuxLeaks. En effet, très rapidement, vous le savez, les membres de cette commission ont été confrontés aux limites d'une commission spéciale. Il a même fallu menacer les multinationales de leur retirer l'accès au Parlement européen pour les obliger à se présenter devant nous et, quand elles l'ont fait, cela a été pour tenir un discours convenu et s'abstenir de répondre à nos questions. Cela ne nous a pas empêchés de formuler un grand nombre de propositions ambitieuses, mais qui n'ont malheureusement pas été suffisamment reprises par les 28 États membres – et vous l'avez souligné, Monsieur le commissaire.

C'est pourquoi j'appelle vraiment à soutenir la mise en place de cette commission d'enquête: c'est le seul moyen d'enquêter de manière approfondie sur ce nouveau scandale pour délimiter les responsabilités et comprendre les mécanismes mis en place.

Je demande aussi à ce qu'on élargisse le périmètre d'enquête, en s'intéressant également aux mécanismes qui permettent le blanchiment d'argent. Ces mécanismes financent le terrorisme international; on en a parlé au cours du débat précédent.

Il est donc temps que les chefs d'État et de gouvernement comprennent que les citoyens ne doivent pas être les seuls à faire des efforts en cette période de crise. Il n'y a pas qu'eux qui doivent se serrer la ceinture; on sait qu'il y a de l'argent, on sait où il se trouve, il reste maintenant à avoir le courage d'aller le chercher.

 
  
MPphoto
 

  Monica Macovei (ECR). Doamnă președintă, scandalul Panama Papers este fără precedent și este îngrozitor. Ne arată că trăim în lumi diferite, unii care sunt foarte bogați și care conduc lumea, practic ne conduc și pe noi, sunt între politicieni, și alții care muncesc pentru un trai decent și își plătesc taxele. Dar este bine că știm. Mulțumesc și jurnaliștilor de la RISE Project din România. Pierderile anuale generate de folosirea companiilor offshore și a paradisurilor fiscale sunt de circa un trilion de euro, așa cum a estimat comisarul pentru taxare.

Acum întreb, un om cu un salariu decent pentru care muncește, poate să înțeleagă cifra asta: un trilion de euro? Nu, n-o va înțelege. Nici eu nu o înțeleg. Tot ce înțelegem este că există o caracatiță morală din care fac parte și aleșii noștri, cei care ne conduc, oameni de afaceri. Toți și-au bătut joc de noi, ne-au furat, au scos un trilion de euro din investiții și din consum, au adâncit și criza economică și au și omorât oameni: pe cei care s-au sinucis în timpul crizei financiare, cei care mor de foame și de frig, cei care mor pentru că nu au medicamente. Trebuie neapărat să confiscăm acești bani care provin din evaziune fiscală și spălare de bani. Dacă nu, să plecăm…

(Președinta a întrerupt discursul vorbitorului.)

 
  
MPphoto
 

  Miguel Urbán Crespo (GUE/NGL). Señora Presidenta, Señorías, parece que lo que preocupa a las autoridades europeas no es la magnitud del fraude fiscal de los papeles de Panamá, sino que los nombres de los evasores se hagan públicos. Nombres entre los que se encuentran destacados políticos europeos, que se llenan la boca de patriotismo, pero que tienen su dinero fuera o lo sacan a través de familiares directos, como es el caso del propio Comisario Cañete, lo que compromete aún más la fiabilidad de la Comisión.

Ya sabíamos que en Europa las grandes fortunas no necesitan acudir a Panamá para no pagar impuestos. Pueden coger un tren e ir a Luxemburgo, Suiza o Andorra. Otra cosa es descubrir que también pueden contar con la ayuda de los grandes bancos europeos, que han facilitado la evasión de sus clientes en colaboración con Mossack Fonseca. Qué coincidencia que la misma semana que debatimos las filtraciones de los papeles de Panamá se presenta una directiva que endurece el secreto comercial y deja desprotegidos a los filtradores justo ahora. Se confirma lo que llevamos mucho tiempo gritando en las plazas: ¡que esto no es una crisis, es una estafa!

 
  
MPphoto
 

  Molly Scott Cato (Verts/ALE). Madam President, the debate on the Panama Papers has so far focused on corrupt politicians and downright criminals who have hidden their wealth or laundered money. But at the heart of this scandal are the British overseas territories, and they are crucial to the global network that facilitates tax avoidance. More of half of the companies that appear in the files – 113 000 in total – are registered in the British Virgin Islands. It is the relationship between these overseas territories and the City of London that facilitates tax avoidance by the wealthy.

David Cameron has sought to portray himself as the champion of tax transparency. Yet we have seen him personally intervene to water down provisions to control money laundering and to exclude the very sort of trusts that we now know he has benefited from. By enabling tax avoidance by the wealthy, the legal limbo-land of British overseas territories is depriving us of public revenue at the very time when the NHS is showing record debts and services to the disabled and vulnerable in my country are being slashed. So much for the slogan: ‘we are all in this together’.

 
  
MPphoto
 

  Jeppe Kofod (S&D). Madam President, how many papers give a rare insight into how a corrupt global elite keeps millions in offshore tax havens? They cast light on secret structures in Panama that could be used for tax dodging, money laundering, corruption and terrorist financing. And remember, this is only the tip of the iceberg. One law firm, Mossack Fonseca; one country, Panama – but there are many others out there. We know that at least 8% of private household assets are hidden away in tax havens and that corporate profits for many of the biggest multinationals on this planet are shifted to tax havens. What we see is billions in tax money escaping European shores while our citizens are struggling with economic and social crisis – billions in tax money that could be used for public services, health, education and jobs. It is a provocation to ordinary citizens who pay their fair taxes and it destroys jobs when SME tax burdens are 30% higher than those of multinational corporations. And fundamentally, these economic criminals and tax evaders are undermining justice and eliminating trust in our societies and economies.

Therefore we need effective rules about transparency and public country-by-country reporting, as is the case for the financial sector. We need to blacklist tax havens like Panama and the UK Virgin Islands. We need an easy way to identify beneficial ownership by public registration and end the secrecy around all types of entities, including trusts. And we need to end the global tax-dodging industry of tax advisers, banks, accounting firms and law firms like Mossack Fonseca when repeatedly and systematically engaging in tax dodging.

 
  
MPphoto
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL). Madame la Présidente, depuis 2001 et l'affaire Clearstream, il y a un scandale par an concernant la fraude fiscale et le trafic fiscal. La vérité, c'est que tout cela est installé dans le code génétique de l'Union européenne, qui favorise la fraude fiscale.

L'article 163 interdit l'harmonisation fiscale, ce qui revient à encourager le moins—disant. L'article 63 facilite toutes les transactions et interdit qu'on y mette une limite entre pays. Voilà la raison pour laquelle, parce que ce système est légal, vous avez réussi à élire comme président de la Commission la personne qui était responsable d'un de ces scandales. Et, au bout de deux réunions de la session de la commission parlementaire, vous n'avez toujours rien trouvé. Mais, le 26 avril prochain, les deux lanceurs d'alerte qui ont révélé ce scandale, eux, vont être jugés. Ils risquent dix ans de prison et un million d'euros d'amende. Dans ces conditions, avec l'affaire Panama papers, c'est la même histoire qui recommence. La Société générale, banque française, était sous contrôle de la BCE pendant qu'elle ouvrait des sociétés offshore. Son président a menti sous serment devant des parlementaires français, mais qui est poursuivi? C'est moi, pour diffamation.

Vous n'avez qu'une chose à faire ici puisque vos dispositifs ne servent à rien, c'est protéger les lanceurs d'alerte, parce qu'eux paient cher leur courage pour nous tous.

 
  
MPphoto
 

  Ernest Maragall (Verts/ALE). Señora Presidenta, Panamá es la punta del iceberg. Alguien dice que es, en cierto modo, un modelo gastado u obsoleto. Un indicio en ese sentido es la llamativa ausencia de sociedades y grandes fortunas procedentes de los Estados Unidos, quizá porque ya cuentan con otras ubicaciones y con métodos aún más sofisticados. La comisión de investigación que estamos proponiendo deberá contemplar el iceberg completo, en toda su dimensión.

Combatir la elusión fiscal no es solo una cuestión moral: es una cuestión de equidad y de eficiencia económica. Hay que acabar con el capital parásito que se come nuestro bienestar. Hay que volver el capital productivo que nos ha de devolver, crecimiento y equidad social. La responsabilidad es, desde luego, de sus titulares, incluyendo esos ministros y exministros, presidentes de Gobierno, uno de ellos —por cierto— aún miembro en activo de la Comisión Europea; en todo caso, también del aparato jurídico y financiero que legaliza y blanquea ese dinero.

Pero nada sería posible sin el silencio o la complicidad de los Estados. La elusión fiscal es un cáncer para Europa: ¿cuándo vamos a empezar a aplicar los tratamientos preventivos y curativos pertinentes?

 
  
MPphoto
 

  Ramón Jáuregui Atondo (S&D). Señora Presidenta, «los paraísos fiscales nos roban», ha dicho literalmente el señor Moscovici. Y yo creo que es una expresión correcta. Nos roban. Nos roban a todos los ciudadanos, a las haciendas públicas y al bienestar. No solamente blanquean el dinero negro, sino que nos roban el dinero a los ciudadanos. Y hay que recuperar ese dinero.

Para eso, yo creo que tenemos una oportunidad fantástica, porque hay indignación, hay indignación ciudadana, hay alarma social y hay una oportunidad de hacer las cosas bien. No con el catastrofismo, no con la idea de cambiar absolutamente todo, sino con la idea de tomar medidas poco a poco, en una batalla que será larga, que durará tiempo, pero que puede ser una verdadera revolución fiscal en el mundo en los próximos diez años.

Empecemos por establecer cuál es el concepto de paraíso fiscal, empecemos por establecer la lista consensuada de los paraísos fiscales, establezcamos sanciones contra ellas, establezcamos acuerdos con los bancos para que no operen allí e iremos ganando esta batalla, clave para el futuro de la justicia fiscal y social en el mundo.

 
  
MPphoto
 

  Ana Gomes (S&D). Panama papers: mais um escândalo à escala mundial que exige da União Europeia que combata os esquemas da criminalidade financeira que facilitam a fuga ao fisco, a corrupção e todo o tipo de criminalidade organizada, incluindo o terrorismo.

É imperativo e urgente confiscar os proventos e punir políticos, bancos, consultores e advogados que servem, e se servem, do secretismo offshore para capturar governos, roubar os cidadãos e a democracia.

A Comissão Europeia propôs a publicação obrigatória de relatórios de contas, país por país, por parte das multinacionais mas, de forma coxa, tem que ser sobre todos os países em que opera e não apenas na Europa. Deve também exigir o registo público de beneficiários efetivos de empresas, fundações e trusts, acessível online a todos os cidadãos na anunciada revisão da Diretiva anti branqueamento de capitais.

Mas não nos enganemos, sem harmonização fiscal na União Europeia o dumping fiscal continuará, com vários Estados-Membros servindo de autênticos paraísos fiscais e arruinando outros. É o que acontece à Holanda, relativamente ao meu país.

 
  
MPphoto
 

  Pervenche Berès (S&D). Madame la Présidente, Monsieur le Commissaire, vous êtes chargé d'un dossier qui, pendant des années, n'a pas bougé. J'ose espérer que, sous votre impulsion, avec le soutien de ce Parlement, comme nous avons commencé à le faire, et avec le soutien de tous ceux qui, lanceurs d'alerte, journalistes, citoyens, sont mobilisés pour que ce scandale de l'évasion fiscale cesse, nous puissions progresser.

Alors je veux ici vous assurer de notre soutien plein et entier et vous dire ma conviction que, si ce Parlement européen transforme sa commission spéciale en une commission d'enquête, le seul objectif est de pouvoir consolider notre position dans cette lutte que nous devons mener de manière déterminée, ici, au sein de l'Union européenne, sur la base des propositions que, jour après jour, vous mettez sur la table, mais aussi dans les réunions du G20, tant cette question est une question que nous devons traiter d'égal à égal avec nos partenaires, si nous voulons enfin répondre aux attentes de nos concitoyens dans un domaine où au fond, au fil des ans, nous avons trop laissé les multinationales mener la danse et où c'est, aujourd'hui, à nous de dire quelle est la règle.

(La Présidente retire la parole à l'oratrice)

 
  
 

„Catch the eye” eljárás

 
  
MPphoto
 

  Romana Tomc (PPE). Panama papers afera seveda zbuja veliko pozornosti te dni, ampak, bodimo pošteni, to ni zadeva od včeraj. Že dolgo vemo zanjo.

Kljub temu, da smo na evropski ravni sprejeli že zelo veliko ukrepov in sklenili veliko dogovorov s tretjimi državami, to očitno še vedno ni dovolj. Še vedno na milijarde evrov polzi mimo proračunov. To je denar, ki bi ga lahko porabili za naše šolstvo, za naše izobraževanje, otroke, zaposlovanje, nova delovna mesta.

Utajevanje davka in skrivanje nezakonito pridobljenega premoženja je seveda nedopustno. Ampak, ali smo sploh poskusili to zgodbo pogledati tudi iz druge plati?

Zakaj so davčne oaze tako prijazne in privlačne? Morda bi se morali vprašati o tem, kako neprijazni pa so naši, domači davčni sistemi. In nekaj bomo morali narediti tudi na tem.

 
  
MPphoto
 

  Nicola Caputo (S&D). Signora Presidente, onorevoli colleghi, la rivelazione dei Panama Papers rappresenta un grave vulnus alla stabilità del sistema finanziario che ormai è bene pubblico mondiale.

Emerge la necessità dell'affermazione di un concetto di trasparenza naturale nei processi finanziari, ma affiora anche la necessità che l'Unione europea reagisca con determinazione per guidare la governance globale. Bisogna dunque intervenire al più presto per assicurare trasparenza e comportamenti responsabili in materia fiscale prevedendo disposizioni europee efficaci contro l'elusione e l'evasione fiscale.

La nuova proposta del Commissario Hill sulla country-by-country disclosure, cioè sull'obbligo per le imprese di rendere pubblici i bilanci delle proprie attività e dei versamenti fiscali, paese per paese, va integrata con la previsione di disposizioni che blocchino la pratica del trasferimento dei profitti nei paesi con imposizione fiscale più bassa. Va innalzata la soglia di fatturato oltre la quale le società sono sottoposte all'obbligo di notifica estendendola a tutte le società quotate con attività transnazionali. "Unione europea, batti un colpo". Si esprima con una sola voce per tutelare i valori europei.

 
  
MPphoto
 

  Νότης Μαριάς ( ECR). Κυρία Πρόεδρε, δεν χρειαζόταν τα έγγραφα του Παναμά για να μάθουμε ότι μεγάλες πολυεθνικές επιχειρήσεις, που παράγουν υπερκέρδη, φοροδιαφεύγουν μέσω των ενδοομιλικών συναλλαγών και άλλων τρόπων και αποκρύπτουν τα κέρδη τους σε φορολογικούς παραδείσους. Άλλωστε, οι ειδικοί υπολογίζουν το ποσό των κεφαλαίων που τοποθετούνται σε αυτά τα κράτη από επτά έως είκοσι τρισεκατομμύρια δολάρια παγκοσμίως, ήτοι από δέκα έως τριάντα τοις εκατό του Ακαθάριστου Παγκόσμιου Προϊόντος.

Στην Ευρωπαϊκή Ένωση οι απώλειες λόγω εταιρικής αποφυγής μέσω μεταφοράς κερδών υπολογίζονται σε πενήντα έως εβδομήντα δισεκατομμύρια ευρώ ετησίως. Από τα αρχεία που διέρρευσαν στον τύπο φαίνεται ότι στις πρακτικές φοροδιαφυγής συμμετείχαν κυρίως εταιρείες του τραπεζικού τομέα, όπως η Société Générale και η Deutsche Bank, αλλά και άλλες εταιρείες που έχουν απασχολήσει τη δικαιοσύνη κατά το παρελθόν, όπως η Siemens.

Για τις δήθεν επενδύσεις των ευρωπαϊκών εταιρειών σε τρίτες χώρες υπεύθυνη είναι η Ευρωπαϊκή Ένωση. Ήρθε καιρός να δημιουργηθεί ένα δίκαιο φορολογικό σύστημα, χωρίς γκρίζες ζώνες, σε πανευρωπαϊκό επίπεδο με στόχο να σταματήσει το φορολογικό ντάμπινγκ των πολυεθνικών εταιρειών σε Λουξεμβούργο και Ολλανδία και να φορολογούνται τα κέρδη των πολυεθνικών στις χώρες όπου αποκομίζονται.

 
  
MPphoto
 

  Ivan Jakovčić (ALDE). Gospođo predsjednice, do kada će prevaranti biti brži od nas, do kada će lopovi biti brži od nas, do kada će teroristi biti brži od nas? Zaista se pitam kako ovdje neki mogu biti protiv stvaranja zajedničkog europskog obavještajnog tijela koje će omogućiti zaista efikasnu borbu protiv terorizma, ali i efikasnu borbu protiv prijevara i lopova koji su oko nas.

Sve se svodi na isto. Netko kaže da, bilo je legalno i to je nekakvo izbjegavanje poreza ili pranje novca. Sasvim je svejedno jer na kraju mi taj novac ovdje nemamo, a stalno govorimo o tome kako ćemo namaći više novca za sve probleme s kojima se suočavamo i za sve probleme o kojima kontinuirano raspravljamo u ovoj dvorani. Ja pozivam zaista, gospodine povjereniče, da vrlo energično nastupate narednih mjeseci. Imate naše povjerenje i vjerujem u vašu efikasnost.

 
  
MPphoto
 

  Κώστας Χρυσόγονος ( GUE/NGL). Κυρία Πρόεδρε, οι πρόσφατες αποκαλύψεις μέσω Παναμά, για φοροδιαφυγή και ξέπλυμα βρώμικου χρήματος σε μαζική κλίμακα, καθιστούν εμφανή την ανάγκη αντίδρασης της Ευρωπαϊκής Ένωσης σε συνεργασία και με όσα μη ευρωπαϊκά κράτη αποδειχθούν πρόθυμα να ακολουθήσουν. Η ύπαρξη, σε διάφορα μέρη της υφηλίου, των λεγόμενων «φορολογικών παραδείσων» όπου υποθάλπονται όλες οι μορφές του οργανωμένου οικονομικού εγκλήματος αποτελεί διαρκή πρόκληση, όταν μάλιστα τα συστήματα κοινωνικής προστασίας των οικονομικά ασθενέστερων κατεδαφίζονται στο όνομα της δημοσιονομικής έκτακτης ανάγκης.

Πρέπει να καταρτιστεί ένας παγκόσμιος κατάλογος των κρατών τα οποία παρέχουν αθέμιτα πλεονεκτήματα στα εξωχώριας προέλευσης κεφάλαια και να φορολογηθούν όλα τα εμβάσματα προς τράπεζες των κρατών αυτών. Πρέπει, ακόμα, να θεσπιστεί ένα ολοκληρωμένο σύστημα προστασίας των πληροφοριοδοτών, ούτως ώστε να διαλευκανθούν τα οικονομικά εγκλήματα. Η ώρα για δράση είναι τώρα.

 
  
MPphoto
 

  Judith Sargentini (Verts/ALE). Als rapporteur voor de vierde herziening van de richtlijn tegen witwassen van crimineel geld heb ik destijds het openbaar register voor uiteindelijk belanghebbenden in die richtlijn onderhandeld. Dank aan het parlement om dat mogelijk te maken.

Dat register is noodzakelijk om brievenbusfirma's het werk onmogelijk te maken. Om dit soort zaken als Panama papers openbaar te krijgen en niet alleen maar afhankelijk te hoeven zijn van lekkages, van onderzoeksjournalisten.

Nu weet ik dat de Europese Commissie op 1 juni met nieuwe voorstellen gaat komen om deze richtlijn opnieuw aan te passen om de terrorismefinanciering aan te scherpen. Dat lijkt mij hét moment om nog een keer naar het register te kijken, want één tekortkoming in dat register is dat het geen trusts meeneemt. We konden dat met de Raad op dat moment niet onderhandelen, onder andere omdat David Cameron dat niet wilde. Maar er waren meer lidstaten. Dus 1 juni lijkt mij het aangewezen moment voor nieuwe voorstellen voor trusts.

 
  
MPphoto
 

  Ivana Maletić (PPE). Gospođo predsjednice, otkrića iz „Panamskih dokumenata” potaknula su više država da otvore istrage. Svima je jasno da je odgovor na izbjegavanje plaćanja poreza i pranje novca usvajanje globalnih standarda i automatske razmjene podataka između svih država svijeta. Problemi su i „Panamskih dokumenata” bili više nego očiti. Gubitak poreznih prihoda od 50 do 70 milijuna eura godišnje golema je prepreka rastu i razvoju država EU-a.

U ožujku ove godine na Posebnom odboru za odluke o porezima bili su predstavnici multinacionalnih kompanija, koji su pozdravili OECD-ove globalne standarde koji će pomoći u pojednostavljenju i transparentnosti poreznih pravila, ali informacije o svom poslovanju radije bi držali u tajnosti.

Komisija je danas napravila važan korak dalje i zahtijeva objavu ključnih informacija uvažavajući poštivanje poslovnih tajni. To je važan korak, a čeka nas još mnogo novih koraka i posebna kampanja da se standardi transparentnosti usvoje na razini svih država u svijetu.

 
  
MPphoto
 

  Maria Grapini (S&D). Doamnă președintă, domnule comisar, combaterea fraudei fiscale și a spălării banilor nu este o acțiune și o preocupare nouă a Comisiei Europene și a Consiliului. Problema este însă ce rezultate avem. Și, iată, după ce vorbim în statele membre, în Uniunea Europeană despre o bună guvernanță, constatăm că furturile, frauda fiscală și spălarea de bani înfloresc, creându-se o rețea internațională în componența căreia se află oficiali ai lumii.

Este inadmisibil, cetățenii statelor membre sărăcesc, fiscalitatea omoară micii întreprinzători în timp ce devalizarea la nivel înalt continuă. Pe bună dreptate cetățenii să întreabă ce a făcut Comisia, ce au făcut statele membre, ce au făcut instituțiile internaționale și naționale? Este o palmă pe obrazul acestor instituții faptul că niște jurnaliști au demascat acest dosar Panama. Ce facem însă? Domnule comisar, trebuie măsuri ferme. Cei prinși cu infracțiuni de spălare de bani și fraudă fiscală trebuie să plătească pentru acest lucru, trebuie să li se confiște banii și să li se interzică operarea în spațiul economic.

 
  
MPphoto
 

  Tibor Szanyi (S&D). Elnök Asszony! Tisztelt Európai Parlament! Tartok tőle, hogy sokkal nagyobb az a baj, amiben valóban beleestünk, vagy szenvedünk, mint az, amit ez a mai vita bemutat. Személyes tapasztalatból mondom, újságolvasó emberként is: nem tudok olyan jelentősebb európai cégről, amelynek ne lenne valamilyen off-shore leányvállalata, helyenként talán több, vagy több tucat, vagy tán több száz is. Bankok, olajtársaságok, hatalmas nagy ipari vállalatok rendelkeznek ilyen kapacitásokkal, ami azt jelenti, hogy az európai jövedelmeknek valami elképzelhetetlen nagy hányada kerül gyakorlatilag adófizetés nélkül külföldre, és ez az oka annak, hogy az elmúlt néhány évben gyakorlatilag a világ 1%-a tette rá a kezét a világ vagyonának több mint 50%-ára. És én úgy gondolom, hogyha ez ellen akarunk fellépni, akkor most teljesen tiszta vizet kell önteni a pohárba. Köszönöm szépen!

 
  
 

A „catch the eye” eljárás vége.

 
  
MPphoto
 

  Pierre Moscovici, membre de la Commission. – Madame la Présidente, merci Mesdames et Messieurs les députés, pour cet excellent débat qui montre sur tous les bancs le souhait partagé d'une lutte forte, active, je dirais même virulente, contre l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent.

Les Panama papers ont souligné le besoin d'une approche qui soit plus globale, qui soit mieux coordonnée, qui soit plus forte encore, pour lutter contre l'évasion fiscale, contre le blanchiment d'argent dans l'Union européenne et au-delà de l'Union européenne.

Nous sommes là face à un problème d'une telle ampleur que nous avons besoin d'une réponse politique qui soit transnationale, et cette Commission, je veux le dire, est articulée autour de cela et elle est unie pour cela. Nous sommes ici plusieurs commissaires et nous tirons vraiment dans le même sens avec beaucoup de force. Dans un avenir immédiat, la Commission a plusieurs initiatives encore plus ambitieuses dans le pipeline, comme on dit en anglais.

Par exemple, nous allons présenter nos amendements à la directive anti—blanchiment d'argent d'ici à juin, et cela va renforcer encore notre approche préventive contre ce phénomène, le combat contre les transactions anonymes et la cohérence de notre réponse pour affronter ce risque dans les pays tiers, mais ma collègue Věra Jourová est là pour vous donner tous les détails nécessaires.

Nous allons revenir aussi sur le vieux projet dit d'ACCIS (CCCTB), d'ici à la fin de l'année, avec une volonté aussi de le voir contribuer à la fois à l'efficacité économique et à la lutte contre l'évasion fiscale, au moins dans le marché intérieur. Nous allons présenter un tableau qui permettra de retracer les différents régimes dans les pays tiers, et ce sera aussi une première étape pour construire la liste noire commune que j'évoquais d'ici à l'été. Puis, nous allons continuer à travailler étroitement avec nos partenaires internationaux – je pense au G20, je pense à l'OCDE, je pense au GAFI – pour nous assurer que les engagements qui sont pris sont des engagements qui deviennent petit à petit des standards de bonne gouvernance mondiale. Et je sais à quel point toutes ces préoccupations – je le dis – sont partagées par la présidence néerlandaise qui est vraiment très investie sur ce sujet. Jeroen Dijsselbloem et son secrétaire d'État partagent totalement notre souci d'aboutir, et je crois que, d'ici au mois de juin, nous devons faire des progrès décisifs et mettre les États membres face à leurs responsabilités. Puis, nous irons aussi plus loin. Il y a beaucoup de propositions qui ont été faites ici qui doivent alimenter nos réflexions.

Voilà l'écho que je voulais donner aux réflexions des parlementaires, avec quand même trois réponses que je veux faire à titre particulier à des parlementaires pour qui j'ai de l'estime, mais avec lesquels j'ai des relations un peu différentes.

D'abord à M. Lucke, qui s'est demandé pourquoi la Commission n'avait pas agi plus tôt. Il sait bien que la Commission ne peut que proposer et, à cet égard, je dirai, par exemple, en ce qui concerne la proposition d'échange automatique d'informations sur les tax rulings, que nous avons accéléré considérablement le projet et que nous avons profité du mouvement pour aller plus vite.

Je pense que les Panama papers sont aussi un point d'appui. Plutôt que de critiquer la Commission, je pense que le Parlement européen et nous devons travailler vraiment main dans la main parce que, je le répète, nous sommes des alliés. Nous avons les mêmes convictions.

M. Woolfe, avec son élégance habituelle, a voulu présenter la Commission européenne comme je ne sais quel paradis fiscal, accuser les 47 000 fonctionnaires de ce système d'être autant de fraudeurs et les commissaires, au fond, d'être leurs chefs. Je caricature à peine, et tout cela est vraiment scandaleux parce que, contrairement à une idée reçue – et j'en profite pour le dire ici – nous payons des impôts! Bien sûr, l'idée du commissaire qui serait je ne sais quel fonctionnaire international exempt d'impôt est totalement faux, et cela vaut, bien sûr, pour tous les fonctionnaires de la Commission. Nous avons, au contraire, une approche qui permet de faire des économies sur la période 2014-2020. Je rappelle que nous allons faire des économies pour l'ensemble de notre administration de l'ordre de 4,3 milliards d'euros, et de 1,5 milliard d'euros par an sur le long terme, avec une politique de modération salariale. Les responsables de l'Union européenne paient des impôts progressifs entre 8 % et 45 %, qui sont en vérité supérieurs, pour beaucoup, à ce qui se fait dans les États membres. Je ne parle pas des paradis fiscaux. Ils paient aussi, bien sûr, des contributions sociales. Par conséquent, arrêtons ce type de démagogie ou alors je vais aller demander aussi d'autres revenus en Grande-Bretagne. Et puis, quand même un peu de décence! Je voudrais rappeler ici qu'il y a deux députés européens, membres de l'Ukip, qui ont été condamnés à de la prison. Je dis bien de la prison, pour des fraudes commises avec de l'argent public. Alors, franchement, d'abord tout cela est totalement erroné, et puis, c'est plus que de mauvais goût. Il faut quand même avant tout commencer par balayer devant sa porte.

Enfin, ma dernière réponse est pour M. Lamberts, pour qui j'ai la plus grande estime, et qui est un très bon connaisseur de ces sujets. D'ailleurs, on finit par avoir des échanges qui se ressemblent tous parce qu'il m'apostrophe, et ensuite il s'en va, et il n'est pas là quand je lui réponds. Alors, cela fait sans doute des vidéos très intéressantes, mais c'est mieux de temps en temps de se confronter et d'attendre que la Commission réponde. J'ai été vraiment blessé par son propos. Il dit que notre dernier échange était plaisant et qu'il l'avait fait rire, et moi aussi. Celui-ci n'est pas plaisant et il ne me fait pas rire parce qu'au fond, il a accusé la Commission d'attendre et d'être dans la main de je ne sais quel lobby. Il n'y a rien qui soit plus faux, rien qui soit plus faux! Tout à l'heure, Jonathan Hill a présenté une proposition de directive sur le CbCR qui va au-delà de ce que toutes les instances internationales proposent. Le seuil des 750 millions d'euros, c'est celui de l'OCDE. Quand vous prenez l'OCDE, que dit-elle sur l'étendue? Elle dit échange entre administrations fiscales; nous disons publicité. Et là je crois que, pour une fois, il s'est trompé. On va savoir, bien sûr, ce que fait n'importe quelle multinationale en Belgique, en Irlande, ailleurs en Europe et à l'extérieur de l'Europe. Nous allons demander des données agrégées et même, pour certains pays qui sont des paradis fiscaux, nous allons demander des données détaillées. Nous sommes les premiers au monde, les premiers au monde! Les plus ambitieux au monde. Alors je comprends qu'un parlementaire fasse de la politique. Je comprends qu'il soit plus exigeant, et je peux comprendre qu'il souhaite qu'on aille plus loin, et les États membres auront cette responsabilité d'ailleurs, le cas échéant. Mais, enfin, quand nous faisons un progrès collectif, quand nous le faisons ensemble, quand cela va dans la bonne direction, il faut être capable de dire: "Oui, c'est bien!", au lieu de stigmatiser ou d'accuser la Commission. Je le répète: nous sommes des alliés. Nous sommes des alliés, et cette Commission, tous les commissaires qui sont là, placés sous l'autorité du président, qui est en appui constant sur ces sujets, nous voulons être les moteurs, les leaders dans le monde de la lutte contre l'évasion fiscale. Ce qui est proposé par cette Commission est d'une ambition sans précédent dans l'histoire des institutions européennes.

Voilà, comme je sais que M. Lamberts est très intelligent et qu'il connaît très bien ces sujets, je suis obligé d'en déduire qu'il y a sur ce point une part de mauvaise foi. Ce qui n'est pas la bonne façon de faire de la politique, parce que nous devons plutôt nous respecter et tirer dans le même sens. C'est ce que moi je veux faire avec lui, avec le groupe des Verts, comme avec tous les groupes de cette assemblée, pour qui j'ai la plus grande considération.

Oui, le Parlement européen et la Commission poursuivent la même finalité. Cette finalité, nous la connaissons, c'est la transparence et c'est la lutte contre l'évasion fiscale. Alors, avançons ensemble plutôt que nous livrer à de mauvaises polémiques qui sont, je pense, contreproductives en vérité. Cette Commission est une institution comme toutes les autres, qui n'est pas parfaite. Aucune institution ne l'est, mais je vous assure que, sur ces sujets, franchement, elle n'a pas à rougir de ce qu'elle fait et, aujourd'hui, tout particulièrement, je suis très fier de ce que nous avons décidé et de ce que Jonathan Hill a présenté, parce que c'est une avancée qu'aucun pays dans le monde, aucune région dans le monde ne peut revendiquer. Nous, nous le pouvons!

 
  
MPphoto
 

  Věra Jourová, Member of the Commission. Madam President, thank you for the opportunity to add a short comment in response to your questions about money laundering. You are right that we have to put in place a number of measures to ensure that authorities have stronger powers to fight money laundering and that suspect transactions are reported to them.

As you know, we have already achieved considerable results with the Fourth Anti—Money Laundering Directive, adopted in December 2014, which, among other things, provides for the setting-up of central registers of beneficial ownership. It now awaits speedy transposition and implementation by the Member States, which is crucial because it has to be brought to life. The registers should be set up by the end of 2016.

The Commission is prepared to provide all necessary support for this transposition, and I am keeping actively in touch with my counterparts in the Member States on this issue. You are also right that the Commission is now working on the revision of this directive. As announced in the action plan on terrorist financing, the revising proposal should be submitted on 1 June; it is focused primarily on addressing risks posed by terrorist financing, and especially on anonymous payments and the like, given that, according to security experts, financial transactions are very often the first indications that terrorist attacks are being prepared. So we need to tackle this issue.

Finally, as also announced in the action plan, the Commission will take forward a legislative proposal harmonising money laundering-related criminal offences and penalties.

 
  
MPphoto
 

  Jeanine Hennis-Plasschaert, President-in-Office of the Council. Madam President, a lot has been said, so I think I can cut a long story very short. The Panama Papers revelations do show us that the European Union’s work against tax fraud and against money laundering is essential. These are common goals and it is our joint responsibility to pursue them further at a global level by taking up the role of front-runner. To be clear, the Council wants to know the facts as much as you, Parliament, and – I am convinced – the Commission. That is why we will examine the information in the Panama Papers and examine closely our policies with a view to making our fight against evasion and fraud as effective as possible.

I am certain all the EU Institutions will take up their responsibility, and I am certain we can and will work together in this. So yes, we will continue our fight and we are determined to work fast and in an efficient manner on all the elements I mentioned. I call on all the Member States and the European Parliament to support us by working with us on the measures currently on the table and on the measures that will follow, most probably, in the very near future.

 
  
 

Írásbeli nyilatkozatok (162. cikk)

 
  
MPphoto
 
 

  Adam Gierek (S&D), na piśmie. O zaostrzeniu przepisów zapobiegających praniu pieniędzy i unikaniu podatków debatowaliśmy już w PE w maju ub. roku. Zgodnie z przepisami przyjętej wtedy dyrektywy zapobiegającej praniu pieniędzy (AMLD), banki, instytucje finansowe oraz osoby „o uzasadnionym interesie” mające dostęp do centralnego rejestru mają obowiązek zwracać uwagę na podejrzane transakcje.

Wykrycie największej w historii afery finansowej „dokumentów panamskich”, ujawniających informacje o ponad 200 000 firm założonych w rajach podatkowych oraz ich sekretnych właścicielach, którzy dokonywali miliardowych oszustw podatkowych, zawdzięczamy wnikliwości i współpracy setek dziennikarzy zrzeszonych w Międzynarodowym Konsorcjum Dziennikarzy Śledczych (ICIJ). Celem skutecznego zwalczania oszustw podatkowych należy wzmóc wysiłki we wszystkich państwach członkowskich.

Należy kategorycznie sprzeciwić się istnieniu rajów podatkowych. Należy sporządzić ogólnoeuropejską czarną ich listę wraz z listą miejsc, w których zatajane są informacje, a także nałożyć sankcje na organizacje z nich korzystające. A reprezentanci kancelarii Mossack Fonseca, z której wyciekły informacje, oraz przedstawiciele rządu Panamy powinni stanąć przed specjalną komisją parlamentarną zajmującą się sprawami podatkowymi TAXE II.

 
  
MPphoto
 
 

  Benedek Jávor (Verts/ALE), írásban. Változást az egész európai politikában!

A Luxleaks, a Dieselgate és most a Panama Papers botrány tökéletesen megmutatja, hogy is áll ma az átláthatóság és a közélet tisztaságának ügye Európában. Sajnos nyugodtan állíthatom: egész Európa „megmérettetett és könnyűnek találtatott”.

A Panama-akták feltárták az egyik eszközt, amelyet a globális elit használ jövedelmei eltitkolására, kivonva magukat hazájukban a közös terhek viselése alól. Ami mindenfajta illegális gazdasági tevékenység végzésének lehetőségét is megteremti. Mindeközben egész Európában növekedik a szegénység, a közszolgáltatásokra, oktatásra, egészségügyre, a munkanélküliek, a hajléktalanok, a menekültek ellátására egyre kevesebb pénz jut az állami költségvetésekből.

Ennek az igazságtalanságnak véget kell vetnünk! Az európai jogalkotók közös felelőssége az, hogy gátat szabjon a korlátok nélküli „adóoptimalizáslásnak”. Ehhez első lépésként a politikai elit pénzügyeinek átláthatóságát kell biztosítani európai és tagállami szinten. Szigorú, átlátható és ellenőrizhető módon kell szabályozni a különböző politikai funkcióban lévők és családtagjaik összeférhetetlenségi, vagyonbevallási szabályait. Ugyanakkor pontosítani kell a gazdasági elitre vonatkozó átláthatósági szabályokat is.

Arról panaszkodunk, hogy az emberek nem bíznak a politikusokban, amit az a közel fél millió aláíró is bizonyít, akik aláírták az offshore cégek és az érintett bankok számonkérését követelő kezdeményezést. Amíg ennek nem teszünk eleget, nem fogjuk tudni visszaszerezni a választók bizalmát.

 
  
MPphoto
 
 

  Julia Pitera (PPE), na piśmie. Położenie geograficzne Panamy sprzyja rozwojowi handlu międzynarodowego i usług bankowych. Na reputację raju podatkowego Panama pracowała od ponad 100 lat. Atrakcyjność spółek offshore funkcjonujących w rajach podatkowych leży m.in. w: całkowitej tajności informacji (w tym dostępu do danych o właścicielach spółek), niskim lub zerowym opodatkowaniu przychodów, braku wymogu zeznań podatkowych. Uchylanie się od opodatkowania i pranie pieniędzy za pomocą offshore stały się dzięki temu jednymi z najbardziej dochodowych przestępstw finansowych dla wielu podmiotów na całym świecie.

Działająca od 1977 r. kancelaria Mossack Fonseca osiągnęła perfekcję w montażach finansowych opartych na ukrywaniu prawdziwych beneficjentów oraz kont bankowych związanych z daną spółką. Skala ujawnionej działalności wymaga pilnego ustanowienia wspólnej skutecznej polityki zwalczania rajów podatkowych. Wprawdzie istnieją międzynarodowe przepisy o jawności podatkowej, a UE, współpracując z państwami członkowskimi, stworzyła szereg narzędzi (lista międzynarodowych rajów podatkowych, trzy pakiety reform fiskalnych skupiających się głównie na wymianie informacji na terenie UE, umowy z krajami trzecimi w celu wymiany informacji również poza UE), jednakże skandal „Panama papers” powinien zostać wykorzystany do polepszenia skuteczności istniejących środków, a tym samym rozprawienia się z takimi oszustwami.

 
  
MPphoto
 
 

  Marco Zanni (EFDD), per iscritto. Come sempre l'Europa s'indigna solamente nel momento in cui esplodono scandali di questo tipo. Come possiamo sperare di cambiare la situazione quando alcuni esponenti politici di altissimo livello sono i primi a utilizzare questi metodi per sottrarre profitti alle loro stesse casse nazionali? Mi chiedo quale sia la credibilità di gente come Juncker o Djiesselbloem, che sono parte essi stessi di un sistema di paradisi fiscali all'interno dell'UE. Ieri ci siamo scandalizzati per LuxLeaks, oggi per i Panama Papers: domani magari scopriremo qualcosa sulle Isole Vergini, le Bermuda o le Cayman, nulla di nuovo sotto il sole. Per cercare di risolvere il problema alla radice bisogna partire da un fatto certo, la responsabilità chiara delle banche in tutte queste vicende, principali attori di questo sistema malato. Bastano poche centinaia di euro per creare società offshore e sottrarre così ingenti risorse alla collettività, e le banche guadagnano in queste transazioni: chi collabora con i paradisi fiscali dovrebbe prima essere adeguatamente sanzionato in termini economici, e poi si dovrebbe arrivare al ritiro della licenza bancaria per chi è complice di queste truffe. I mezzi per intervenire ci sono, quello che manca è probabilmente la volontà politica di farlo.

 
  
MPphoto
 
 

  Janusz Zemke (S&D), na piśmie. Dobrze się stało, że Rada i Komisja w trybie pilnym wniosły pod obrady PE kwestie dotyczące unikania opodatkowania i prania brudnych pieniędzy. Jest to efekt niedawnej afery Panama Papers, która pokazała, że unikanie podatków jest zjawiskiem masowym. Nie trzeba tłumaczyć, jak negatywny wpływ ma to na gospodarki, na równość podmiotów na rynku, na pogłębianie się nierówności między ludźmi i, wreszcie, jak znacząco ogranicza możliwości rozwiązywania dotkliwych problemów społecznych. Przerażający jest fakt, że tylko ta jedna afera ujawnia informacje o ponad 200 tysiącach firm i ich właścicielach, którzy chcąc unikać płacenia podatków, rejestrują swoje firmy w rajach podatkowych.

Ponieważ nie jest to pierwszy taki przypadek, opowiadam się za tym, by nie zakończyć sprawy tylko na debacie. W PE należałoby powołać specjalną komisję, która zajęłaby się całościowo sprawami podatkowymi w Unii Europejskiej. Należałoby stworzyć ogólnoeuropejską czarną listę rajów podatkowych oraz miejsc, w których świadomie zatajane są informacje o unikaniu podatków. Rozwiązania unijne, jak i rozwiązania poszczególnych państw muszą bowiem doprowadzić do ograniczenia tych patologii.

 
  
MPphoto
 
 

  Carlos Zorrinho (S&D), por escrito. O Parlamento Europeu tem vindo a instar a Comissão Europeia e o Conselho Europeu no sentido de reforçarem as iniciativas legislativas e a coordenação no terreno para combater a elisão fiscal e o branqueamento de capitais que, além de constituírem ações contra a equidade e a justiça, contribuem para aumentar as assimetrias de competitividade e de capacidade de crescimento no seio da União Europeia e no mundo.

A Comissão TAXE aprovou recentemente um conjunto robusto de recomendações para fazer face a fenómenos como os que foram identificados nas fugas de informação ocorridas no Luxemburgo (Luxleaks) e no Panamá (Panamá Papers). Em Maio de 2015 o Parlamento Europeu aprovou a revisão da Diretiva contra o branqueamento de capitais, que exige que sejam criados e mantidos em todos os Estados-Membros registos centrais sobre os beneficiários efetivos de sociedades, fundações, trusts e outras entidades. As revelações recentes demonstram que as medidas em vigor não são eficazes. É urgente colocar em vigor a Diretiva aprovada e as recomendações TAXE. Novas medidas serão necessárias após o inquérito ao que se passou, mas primeiro que tudo importa concretizar as medidas já desenhadas, com um enorme sentido de urgência.

 
Rättsligt meddelande