Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 7 juillet 2016 - Strasbourg Edition révisée

Objection formulée en vertu de l'article 106: allégations de santé autorisées portant sur les denrées alimentaires (B8-0842/2016)
MPphoto
 
 

  Robert Rochefort (ALDE), par écrit. ‒ J’ai soutenu l’objection à la proposition de la Commission européenne d’autoriser des allégations de santé selon lesquelles la caféine favorise la vigilance et la concentration. Je considère en effet que ces allégations de santé ne devraient pas être utilisées pour les boissons énergisantes. La Commission prévoit une exception pour les produits ciblant les enfants et les adolescents, or les boissons énergisantes sont principalement consommées par les adolescents. La condition d’utilisation de la Commission est inefficace, car comment contrôler que ces produits ne soient pas vendus aux jeunes?

Indiquer que ces boissons favorisent la vigilance et la concentration est susceptible d’entraîner une augmentation de leur consommation et, de ce fait, un probable dépassement de la dose journalière de sucre et de caféine recommandée. Ces boissons contiennent en effet beaucoup de sucre et peuvent entraîner des maux de tête, des insomnies et des problèmes comportementaux chez les enfants et les adolescents qui les consomment régulièrement.

Sachant que déjà 25 % des adolescents consommant des boissons énergisantes boivent trois canettes ou plus en une seule fois, il me semble inapproprié d’encourager la consommation de quantités encore plus grande, c’est pourquoi j’ai soutenu l’objection.

 
Avis juridique