Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 13 septembre 2017 - Strasbourg Edition révisée

Ouragan Irma (débat)
MPphoto
 

  Maurice Ponga (PPE). – Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, chers collègues, je souhaite tout d’abord adresser mes plus sincères condoléances aux familles des victimes de l’ouragan Irma et exprimer toute ma solidarité et ma compassion aux personnes sinistrées.

Pour les îles françaises de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, les dégâts sont déjà considérables et il faudra du temps pour tout reconstruire.

En raison de l’urgence et eu égard aux liens étroits qui unissent l’Union européenne à ces régions de la Caraïbe, indépendamment de leur statut de régions ultrapériphériques ou de pays et territoires d’outre-mer, j’invite l’Union européenne à poursuivre et même à renforcer son action dans la région, tant les besoins sont colossaux.

L’Union européenne, à travers le Fonds de solidarité pour la région française de Saint-Martin et via la réserve B du 11e FED pour la collectivité de Saint-Barthélemy, ou encore pour les PTOM néerlandais de Sint Maarten et anglais d’Anguilla, se doit d’aider les victimes de cet ouragan, dont la violence est sans précédent dans la région.

Il est crucial que l’ensemble des directions générales concernées – je pense notamment aux DG REGIO, DEVCO et ECHO – se mobilisent et coordonnent leurs actions afin que la réponse de l’Union européenne soit la plus efficace possible sur des territoires qui, comme Saint-Martin, disposent d’un double statut: RUP du côté français et PTOM du côté néerlandais. Ces différents statuts ne devraient en aucun cas influencer la réponse de l’Union européenne.

Nous avons le devoir de secourir et d’aider nos concitoyens.

 
Avis juridique