Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 13 novembre 2017 - Strasbourg Edition révisée

La persécution des chrétiens dans le monde (débat)
MPphoto
 

  Michèle Alliot-Marie (PPE). – Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, enfin un débat entièrement consacré à la persécution des chrétiens dans le monde. Je me réjouis de voir que ma demande exprimée en juillet 2014 a enfin un écho dans cet hémicycle. Je veux en remercier la présidence.

Monsieur le Commissaire, je vous remercie aussi de votre présence, même si je pense que, compte tenu du sujet et de son impact diplomatique, la présence de Mme Mogherini eût été également très utile.

Mesdames et Messieurs les parlementaires, nous sommes prêts – et je m’en réjouis – à défendre l’ensemble des minorités religieuses face à l’intolérance. Il est paradoxal que lorsqu’il s’agit de chrétiens, il soit aussi difficile d’obtenir un débat au Parlement européen. Lorsque des musulmans sont persécutés en Birmanie, tous les États du monde arabe protestent et nous-mêmes votons une résolution en écho à cette protestation et pour lutter contre l’intolérance. Lorsque des juifs sont agressés, où que ce soit dans le monde, Israël sait réagir et nous condamnons fortement, et à juste titre, l’antisémitisme. Mais par une forme de complexe d’autocensure incompréhensible, voire injustifiable, nous, Européens, ignorant nos racines et l’origine de notre civilisation, n’osons pas exprimer notre solidarité et notre soutien lorsqu’il s’agit de chrétiens qui sont persécutés.

Les orateurs précédents l’ont rappelé: plus de 200 millions de chrétiens sont persécutés, tués, contraints de fuir leur pays d’origine, d’abandonner le berceau de leur civilisation. Nous ne pouvons rester immobiles et muets face à tant de barbarie.

Monsieur le Président, en tant que présidente du groupe de travail sur la tolérance et la protection des minorités religieuses de notre Parlement, je vous interroge: quand l’Union européenne prendra-t-elle enfin ses responsabilités? Quel est le plan de lutte contre les persécutions? Comment défendrons-nous concrètement nos valeurs et ceux qui les partagent?

 
Avis juridique