Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 14 novembre 2017 - Strasbourg Edition révisée

Défense contre les importations qui font l’objet d’un dumping ou de subventions de la part de pays non membres de l’UE(débat)
MPphoto
 

  Edouard Ferrand, au nom du groupe ENF. – Madame le Président, mes chers collègues, ouvrons les yeux et lisons entre les lignes.

Il s’agit pas ici de regarder la Chine ou le Brésil, c’est bien nous, pays européens qui sommes concernés par le rapport Cicu, et je remercie mon collègue d’ailleurs d’avoir pu faire des avancées concernant la distorsion de la concurrence.

Il s’agit bien aujourd’hui d’un problème entre les États membres et pas d’un problème extérieur aux États membres.

Prenons l’exemple de l’agriculture. Aujourd’hui sur le lait, sur la viande, sur les fruits et légumes. Il y a une concurrence déloyale entre les États sur l’affaire des travailleurs détachés, mais aussi sur le soutien abusif de certains États à leurs filières agricoles et je crois qu’il serait dangereux aujourd’hui de porter un regard négatif sur la Chine, alors que nous sommes responsables de ce qui se passe au sein même de l’Union.

Alors, même s’il y a des avancées, je considère qu’aujourd’hui, au dernier mot, ce sera la Commission qui aura le soin d’édicter les nouvelles mesures antidumping. Je ne fais aucune confiance en la Commission européenne et c’est pour cela que nous nous abstiendrons sur ce rapport.

 
Avis juridique