Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 5 février 2018 - Strasbourg Edition révisée

Objection à un acte d'exécution: Ajout de Sri Lanka, de Trinité-et-Tobago et de la Tunisie sur la liste des pays tiers à haut risque (débat)
MPphoto
 

  Cristian Dan Preda, au nom du groupe PPE. – Madame la Présidente, je suis un peu embarrassé parce que mon groupe a déjà discuté de cette question il y a quelques heures, et, malheureusement, nous n’avons pas pu prendre une décision. Nous avons finalement décidé que chacun voterait demain selon sa conscience. Le vote sera libre.

Je suis ensuite un peu triste parce que je vois que nous discutons uniquement de la Tunisie. Bien sûr, nous avons beaucoup de raisons de discuter de la Tunisie, mais nous oublions aussi un autre pays qui se trouve sur cette liste, le Sri Lanka. Je rappelle d’ailleurs que, tout comme nous soutenons le processus démocratique en Tunisie, nous soutenons également les changements politiques importants et récents au Sri Lanka. Nous avons aidé ce pays à recevoir le GSP+ et, maintenant, nous l’oublions un peu.

Je suis donc très proche des Tunisiens et des Sri-Lankais, surtout parce que je crois que nous devons être cohérents. Nous avons envoyé ces dernières années beaucoup de messages de soutien, nous avons donné de l’argent à ces pays et, maintenant, nous les voyons se retrouver sur cette liste des pays à haut risque, pour les politiques et, plus que pour les politiques, pour les sociétés en Tunisie et au Sri Lanka.

C’est incompréhensible! Personne ne comprend plus rien à ce que fait l'Union européenne. Si nous disons à ces gens que nous voulons les aider et qu’ils sont nos partenaires, mais si nous les inscrivons nous—mêmes sur une liste noire, ils ne vont rien comprendre.

 
Dernière mise à jour: 28 mars 2018Avis juridique