Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 7 février 2018 - Strasbourg Edition révisée

Composition du Parlement européen (débat)
MPphoto
 

  Alain Lamassoure (PPE). – Monsieur le Président, notre commission constitutionnelle a proposé de réserver un contingent de 27 sièges à des listes transnationales. Cette innovation me semble saugrenue mais elle peut permettre un progrès démocratique de l’Europe à trois conditions.

La première, c’est de profiter de ce nombre pour préciser dans la loi électorale que chaque liste devra comporter un citoyen de chaque État membre, et un seul. La seconde, que chaque famille politique européenne s’engage à mettre son candidat tête de liste (Spitzenkandidat) à la tête de sa liste transnationale – cela paraît évident. La troisième, enfin, que chaque gouvernement s’engage à proposer en premier choix comme commissaire issu de son propre pays la citoyenne ou le citoyen figurant sur la liste qui emportera le plus de voix chez lui.

Au fond, la liste transnationale serait ainsi la liste des candidats commissaires et c’est le vote populaire qui désignerait la composition de l’organe exécutif et non plus les gouvernements en place. Les gouvernements qui proposent la liste transnationale nous jurent la main sur le cœur que c’est pour le bien de l’Europe, mais leur engagement démocratique est-il prêt à aller jusque-là?

 
Dernière mise à jour: 8 avril 2019Avis juridique