Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 15 mars 2018 - Strasbourg Edition révisée

Plan d'action sur une infrastructure pour carburants alternatifs (débat)
MPphoto
 

  Claude Turmes (Verts/ALE). – Madame la Présidente, imaginez un moment que je sois un Martien et que je regarde la Terre.

J’ai un président Juncker, qui dit: «L’Europe est le leader des technologies vertes et des énergies renouvelables». Et puis j’ai un président chinois qui dit: «Moi, je suis le leader des technologies vertes, des voitures électriques, de l’énergie renouvelable».

Donc, que fait le Martien? Il commence à calculer. L’Europe n’a même pas 10 000 bus électriques. La Chine en a 200 000. L’Europe n’a même pas 200 000 points de recharge. La Chine en a 1,4 million.

Nous sommes nulle part et nous avons une Commission européenne qui n’a pas le courage de proposer une législation forte sur les infrastructures et qui suggère aux citoyens européens que, avec 800 millions, nous allons faire la différence.

Je vous dis en tant que Martien: c’est la Chine qui est numéro 1 et, nous, nous sommes ridicules, et si on continue comme cela, nous serons inexistants dans le domaine des technologies vertes. C’est à pleurer, il faut un tout autre effort.

 
Dernière mise à jour: 16 juillet 2018Avis juridique