Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 11 juin 2018 - Strasbourg Edition révisée

Interventions d'une minute sur des questions politiques importantes
MPphoto
 

  Thierry Cornillet (ALDE). – Madame la Présidente, je souhaitais attirer l’attention du Parlement européen sur le cas des enfants fantômes. L’Unicef les estime à 230 millions, dont 95 millions en Afrique subsaharienne, c’est-à-dire dans des pays partenaires de l’Union européenne.

Qu’est-ce qu’un enfant fantôme? C’est un enfant dont la naissance n’a pas été déclarée à l’état civil, et donc il n’existe pas. Il ne peut pas aller à l’école, il ne peut pas avoir de couverture, il ne peut pas avoir de travail officiel et donc naturellement il est soit exploité, soit mendiant.

Alors naturellement, il ne s’agit pas de le faire à la place des pays, puisque la prérogative régalienne de l’état civil leur appartient, mais nous pourrions aider un grand nombre d’entre eux à trouver des solutions et à les mettre en œuvre, par exemple un meilleur recours au numérique, des campagnes de sensibilisation de la population ou des bureaux d’état civil ambulants.

Avec un certain nombre de collègues qui ont bien voulu me rejoindre, nous avons écrit au commissaire au développement et à l’action humanitaire et au président de la Commission pour leur demander de mobiliser les crédits non utilisés du FED ou de l’ICD (instrument de coopération au développement) afin qu’ils puissent aider ces pays.

 
Dernière mise à jour: 29 août 2018Avis juridique