Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 11 septembre 2018 - Strasbourg Edition révisée

Débat avec le Premier ministre de la Grèce, Alexis Tsipras, sur l'avenir de l'Europe (débat)
MPphoto
 

  Alain Lamassoure (PPE). – Monsieur le Président, Monsieur le Premier ministre, hommage soit rendu au peuple grec et à ses efforts. Reconnaissons que l’Union européenne porte sa part de responsabilité dans la durée trop longue de la crise grecque, et tirons notamment deux enseignements.

Premièrement, il n’y a aucune raison pour que l’incapacité d’un État central à rembourser sa dette entraîne le départ du pays de sa zone monétaire. La Californie, New York, Porto Rico ont fait faillite, et personne n’a proposé de les exclure de la zone dollar. Il y a huit ans, l’absence générale de sang-froid dans le diagnostic a coûté très cher à la Grèce et à la zone euro.

Deuxièmement, l’économie grecque aurait pu se redresser plus tôt si le marché européen des capitaux avait vraiment fonctionné, mais depuis plusieurs années, les régulateurs nationaux ont interdit à l’épargne abondante des économies fortes d’Europe du Nord de financer les projets nombreux des PME grecques. Sachons y porter définitivement remède.

 
Dernière mise à jour: 6 décembre 2018Avis juridique - Politique de confidentialité