Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 11 septembre 2018 - Strasbourg Edition révisée

La situation en Hongrie (débat)
MPphoto
 

  Aymeric Chauprade (EFDD). – Monsieur le Président, Monsieur le Premier ministre, Madame Sargentini, je suis un Français qui vit à Vienne, en Autriche, à deux pas de Budapest. Je suis un observateur de la réalité centre—européenne, un observateur ouest—européen et, étrangement, nous ne voyons pas la même chose. Il semble que vous lisiez l’histoire avec vos lunettes idéologiques et que vous ne regardiez pas la réalité. L’Union européenne est en train de détruire toute seule sa légitimité, et sa légitimité, c’est l’adhésion des peuples à son grand projet d’unité. Car les peuples veulent une Europe puissance, ils ne veulent pas d’une Europe qui accueille ses ennemis, d’une Europe qui les laisse proliférer et fait taire ceux qui se révoltent contre cette folie collective.

Alors le procès qui est instruit, sur de faux motifs juridiques, contre Budapest, c’est un procès politique évidemment, qui vise à faire taire les voix courageuses en Pologne, en Autriche, en République tchèque et évidemment en Hongrie, qui refusent de faire les mêmes erreurs que l’Ouest en matière d’immigration. Ceux qui instruisent ce procès porteront une lourde responsabilité devant l’Histoire, car dans la seule Histoire qui compte, l’Histoire du temps long, celle des civilisations, eh bien c’est M. Orbán qui a raison.

 
Dernière mise à jour: 6 décembre 2018Avis juridique