Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 28 novembre 2018 - Bruxelles Edition révisée

Stratégie en vue de la réduction des émissions de gaz à effet de serre de l'UE à long terme ainsi que le prévoit l'accord de Paris (débat)
MPphoto
 

  Sylvie Goddyn (EFDD). – Suite aux conclusions alarmistes du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), la Commission européenne a décidé d’accélérer la réalisation des objectifs des accords de Paris pour 2050. Les peuples européens vont devoir expier ce qui a structuré leur mode de vie depuis un siècle et faire pénitence.

La pénitence sera douloureuse, et la Commission le sait puisqu’elle envisage prudemment un traitement différencié selon les États membres.

Mon pays, la France, est classé parmi les pays riches. La réalité est pourtant différente: 10 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, l’économie française stagne et le chômage ne descend pas sous la barre des 10 %. Sur ce sujet, le président de la République, M. Macron, s’est heurté à la réalité sociale, il a déclenché la colère des gilets jaunes en augmentant les taxes sur l’essence.

Cela doit servir d’avertissement: l’écologie punitive, qui presse les plus démunis, est sans issue.

Je vais donc vous faire des propositions: tout d’abord, pour diminuer les gaz à effet de serre et pour financer la transition écologique, il faut taxer les flux mondiaux avant de taxer les peuples. Nous pouvons aussi utiliser la Banque centrale européenne, comme vous l’avez fait pour sauver le système bancaire. Enfin, il faut mettre en place un protectionnisme intelligent, fondé sur des normes environnementales vertueuses et qui donneront un avantage compétitif à nos entreprises par rapport à leurs concurrentes étrangères.

 
Dernière mise à jour: 5 avril 2019Avis juridique