Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 14 janvier 2019 - Strasbourg Edition révisée

Interventions d'une minute sur des questions politiques importantes
MPphoto
 

  Patrick Le Hyaric (GUE/NGL). – Madame la Présidente, en ce début d’année, le quotidien néerlandais Financieele Dagblad a révélé que Google a transféré 20 milliards d’euros aux Bermudes. Cette insupportable fraude, au moment où tant de nos concitoyens ont du mal à finir le mois ou sont privés de services publics, enlève chaque année des milliards d’euros au budget des États. 1 000 milliards pour l’Union européenne, qui devraient servir à financer les écoles, les hôpitaux, les transports, la transition environnementale, au lieu de garnir les comptes en banque de la minorité des 1 % les plus riches.

Après cela, la Commission harcèle les États sur leur déficit public, leur interdisant toute politique sociale ambitieuse. L’argent est pourtant là, dans ces trous noirs de la finance. Voilà pourquoi il est urgent que la Commission et le Conseil européen, en lien avec les propositions internationales de l’OCDE, interdisent ces pratiques et obligent les multinationales et les banques à rendre l’argent ainsi volé et leur fassent payer leur juste part de contribution au bien commun.

 
Dernière mise à jour: 4 avril 2019Avis juridique