Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 15 janvier 2019 - Strasbourg Edition révisée

Rapport annuel 2017 de la Banque centrale européenne (débat)
MPphoto
 

  Jean Arthuis, au nom du groupe ALDE. – Monsieur le Président, Monsieur le Président de la Banque centrale, cher rapporteur, chers collègues, au moment où notre législature touche à son terme, nous allons nous prononcer sur le rapport de la Banque centrale. Heureux concours de circonstances, nous avons célébré ce matin le vingtième anniversaire de l’euro, et c’est un moment d’émotion, Monsieur le Président Draghi, puisque c’est votre dernière présentation devant le Parlement européen.

Les messages de ce rapport sont nombreux. Je crois pouvoir dire que la Banque centrale européenne a rempli plus que correctement sa mission, notamment pendant la deuxième décennie. Naturellement, la Banque centrale européenne ne peut pas tout faire, et les États membres sont appelés eux-mêmes à être vigilants sur les dépenses publiques, leur maîtrise et leur bonne orientation au service des citoyens et de la compétitivité de l’économie. La Banque centrale européenne restera vigilante quant à de très nombreux problèmes: le niveau des prix sur le marché immobilier, les prêts consentis par les banques – consentis intelligemment –, avec une priorité donnée aux investissements d’avenir.

Je pense que le succès reconnu de l’euro est un prodige car, il y a vingt ans, nous avons fait naître une monnaie sans État, et c’est une situation unique au monde. C’est dire combien il est urgent de donner au plus vite à la zone euro le gouvernement économique, financier, budgétaire et social nécessaire pour combler une infirmité d’origine. Alors que le multilatéralisme est mis en cause, que la guerre économique mondiale menace, je pense qu’il serait bon que nous ayons l’ambition de faire de l’euro une arme, comme le font les États-Unis, à savoir qu’ils peuvent, dans certaines circonstances, sanctionner des banques et des entreprises de pays tiers.

Mes chers collègues, en ces temps de crise, l’euro et la Banque centrale européenne contribuent hautement à la résilience de l’Union européenne. Euro et Banque centrale européenne sont les emblèmes de notre confiance en l’avenir de l’Europe. Mais attention, la Banque centrale européenne ne doit pas être la béquille des insuffisances de la gouvernance politique.

 
Dernière mise à jour: 15 mai 2019Avis juridique