Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 16 janvier 2019 - Strasbourg Edition révisée

Éducation européenne globale, recherche et souvenir du passé totalitaire (débat d'actualité)
MPphoto
 

  Alain Lamassoure (PPE). – Monsieur le Président, je félicite notre collègue Andrey Kovatchev d’avoir pris l’initiative de ce débat. L’enseignement de l’histoire, certes, n’est pas une compétence communautaire et ne doit pas le devenir, mais l’Union ne peut pas se désintéresser de la réapparition, presque partout en Europe, d’un discours de haine dans le débat public.

En deux générations, l’Europe est passée de la damnation de la guerre récurrente à la paix quasiment perpétuelle. C’est un miracle. Ce miracle n’a été possible que grâce à la construction européenne car, année après année, elle a réconcilié nos peuples en les mobilisant, non plus l’un contre l’autre, mais autour d’un projet commun.

Or, voilà que, ici ou là, nous formons avec nos enfants une nouvelle génération de nationalistes. On se méfie enfin des fake news, prenons garde à la fake history, celle qui a joué un rôle si dramatique dans les tragédies du XXe siècle. Oui, mille fois oui au récit national, non au roman national.

 
Dernière mise à jour: 28 mai 2019Avis juridique