Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 16 janvier 2019 - Strasbourg Edition révisée

Situation des droits fondamentaux dans l’Union européenne en 2017 (débat)
MPphoto
 

  Louis Michel, au nom du groupe ALDE. – Monsieur le Président, cette année encore, le Parlement européen fait rapport sur la situation des droits fondamentaux au sein de l’Union. Encore une fois, le Parlement appelle à agir contre les dérives inacceptables et les atteintes inadmissibles aux valeurs des traités dans certains États membres. Cet appel est d’autant plus pressant aujourd’hui à l’approche des élections européennes.

On a en fait le choix, ce n’est pas nouveau, entre deux Europe: une Europe démocrate et libérale, où les valeurs fondamentales et universelles continuent à fonder l’intégration européenne et à protéger les citoyens, comme ce fut le cas depuis la fin de la guerre; ou alors une Europe qui s’inscrit à contresens de l’Histoire, et qui considère que les principes d’état de droit et de protection des minorités sont, dans le fond, des détails encombrants qui gênent la montée de plus en plus inquiétante des tentations autoritaires ou des moralités sélectives. Je viens d’ailleurs de l’entendre de la part d’un collègue, il y a quelques instants.

Les femmes et les hommes politiques doivent choisir leur camp et l’assumer face aux électeurs. À cet effet, je ne peux m’empêcher de rappeler avec insistance qu’il est maintenant urgent que les dirigeants des États membres se positionnent clairement en faveur de l’instauration d’un mécanisme de surveillance, comme cela a été demandé de longue date par Sophia in ‘t Veld et par le Parlement européen, qui impliquerait aussi le Conseil et qui doit analyser et faire rapport annuellement quant au respect des droits fondamentaux dans chaque pays de l’Union. Tant que l’on n’aura pas ce témoignage visible des manquements dans nos États membres, il va quand même manquer un outil important à ce rapport sur les droits fondamentaux.

(L’orateur accepte de répondre à une question «carton bleu» (article 162, paragraphe 8, du règlement intérieur))

 
Dernière mise à jour: 28 mai 2019Avis juridique