Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 12 février 2019 - Strasbourg Edition révisée

Exigences minimales requises pour la réutilisation de l’eau (débat)
MPphoto
 

  Sylvie Goddyn, au nom du groupe EFDD. – Madame la Présidente, le rapport de Mme Bonafè est un rapport important car il apporte des solutions concrètes au grave problème de la rareté de l’eau et à la multiplication des sécheresses au sein de l’Union européenne.

Ce phénomène particulièrement inquiétant, imputable au réchauffement et au changement climatique, touche des territoires entiers du sud de l’Europe, territoires confrontés chaque année à des crises d’approvisionnement en eau et à des stress hydriques intenses. Les agriculteurs sont alors les premiers à payer le prix de ces crises lorsque les systèmes d’irrigation se tarissent.

Je suis donc largement favorable à la multiplication des bonnes pratiques de collecte des eaux usées et à la réutilisation de ces eaux, notamment à des fins d’irrigation.

En revanche, il faut être très ferme sur la qualité de ces eaux et durcir les exigences sur les plastiques et les micropolluants. À cette condition, nous pourrons répondre à cette triple exigence: protéger la santé humaine et animale, protéger l’environnement et garantir nos approvisionnements en eau.

 
Dernière mise à jour: 28 juin 2019Avis juridique