Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 12 février 2019 - Strasbourg Edition révisée

Situation en Syrie (débat)
MPphoto
 

  Jean-Luc Schaffhauser (ENF). – Madame la Présidente, hier, à la Chambre des communes, le ministre britannique des affaires étrangères a déclaré que Assad va rester au pouvoir.

C’est l’aveu, non seulement de l’échec de la politique britannique, mais c’est aussi l’aveu de l’échec de la politique de l’Union européenne toute entière qui, inconditionnellement, a, depuis 2012, appuyé le changement de régime. La stratégie de l’Union européenne est aujourd’hui en ruine.

En décembre, les Émirats arabes unis et Bahreïn ont réouvert leurs ambassades à Damas. La Ligue arabe a vraisemblablement réintégré la Syrie, également. La Russie et l’Iran sortent vainqueurs de ce conflit. Par le soutien qu’elle a accordé, en toute illégalité, aux terroristes islamistes, l’Union européenne s’est marginalisée définitivement. Maintenant, elle entend refaire la même erreur en suivant les Américains au Venezuela.

Il est temps que les États membres et l’Union européenne reconnaissent leur erreur et rétablissent les relations diplomatiques avec le gouvernement légitime de Syrie. La transition future se fera sans l’Union européenne, et c’est tant mieux.

 
Dernière mise à jour: 28 juin 2019Avis juridique