Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 13 février 2019 - Strasbourg Edition révisée

Dispositions communes relatives au Fonds européen de développement régional, au Fonds social européen plus, au Fonds de cohésion et au Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche, et règles financières applicables (débat)
MPphoto
 

  Louis-Joseph Manscour (S&D), question «carton bleu». – Monsieur le Président, nous faisons, une fois de plus, le constat d’une Europe qui se divise entre les États membres qui réussissent, et ceux qui devront rattraper leur retard. Ce constat a notamment pour cause des politiques d’austérité, qui pénalisent certains États membres dont les économies sont fragiles. C’est à cet écart qui se creuse de jour en jour que notre politique de cohésion ambitionne pourtant de s’attaquer. Une politique qui a pour objectif premier la convergence et l’harmonisation de nos régions. Or, la proposition de règlement sur laquelle nous nous prononcerons est assortie d’un article qui consacre l’austérité à travers la conditionnalité macroéconomique. Un article 15, qui me semble-t-il, est contre-productif et contraire à notre idéal d’harmonie et d’unité européenne. Un article 15 qui infligerait aux régions une double peine en les rendant responsables des politiques conduites par le gouvernement.

Mes chers collègues, je vous appelle donc à vous prononcer pour la suppression de l’article 15 et à honorer le mandat qui est le nôtre en défendant notre idéal de cohésion et d’unité européenne.

 
Dernière mise à jour: 24 mai 2019Avis juridique