Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 13 février 2019 - Strasbourg Edition révisée

Dispositions communes relatives au Fonds européen de développement régional, au Fonds social européen plus, au Fonds de cohésion et au Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche, et règles financières applicables (débat)
MPphoto
 

  Marc Joulaud (PPE). – Monsieur le Président, Madame la Commissaire, la politique de cohésion est une politique européenne dont on parle malheureusement trop peu mais qui, nous le savons, est pourtant essentielle pour nos territoires et qui incarne l’Europe de la proximité.

Il serait bien sûr faux de prétendre que cette politique est parfaite, mais le texte qui est devant nous, ce matin, va dans la bonne direction. Je voudrais très rapidement insister sur trois points qui me paraissent essentiels dans le texte que nous examinons.

Premièrement, la simplification. On ne le dira jamais assez mais il n’est plus acceptable que des porteurs de projets renoncent aux fonds européens à cause d’une complexité qui, parfois, vire à l’absurde.

Deuxièmement, la politique de cohésion doit porter davantage d’attention aux territoires périphériques. L’évolution de la catégorie des régions en transition est une bonne nouvelle pour ces territoires, qui sont souvent pris en tenaille entre les grandes métropoles et la concurrence parfois déloyale des régions européennes les moins développées. La situation en France est là pour nous rappeler que ces territoires doivent être mieux considérés.

Enfin, troisièmement, un point que nous avons porté avec plusieurs collègues et qui concerne le Brexit: plusieurs régions européennes sont en première ligne, elles vont devenir très bientôt des frontières de l’Union européenne. Avec les incertitudes qui planent, avec les risques que l’on connaît, l’Europe ne peut pas rester attentiste, elle doit prévoir au plus vite des mécanismes et des instruments de soutien sur cet enjeu capital.

J’appelle donc les négociateurs à garder ces éléments en tête dans le cadre des discussions qui vont se poursuivre pour que nous travaillions à une Europe concrète, utile et au service des citoyens et de nos régions.

 
Dernière mise à jour: 24 mai 2019Avis juridique