Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 11 mars 2019 - Strasbourg Edition révisée

Règlement sur la cybersécurité - Centre européen de compétences industrielles, technologiques et de recherche en matière de cybersécurité et Réseau de centres nationaux de coordination (débat)
MPphoto
 

  Christelle Lechevalier, au nom du groupe ENF. – Madame la Présidente, je remercie les rapporteurs. Cette réforme de l’Agence européenne de cybersécurité permet la coordination des autorités nationales chargées de cette question et le partage d’informations. Elle représente une réponse efficace aux problèmes de cybersécurité à l’échelon européen, tout en respectant le rôle des États dans les domaines régaliens et en matière de sécurité nationale.

De la violation de notre vie privée aux détournements financiers, l’absence de normes réglementaires sérieuses met notre environnement numérique sous la menace de cyberattaques. À l’exemple de l’Europe des nations que nous appelons de nos vœux, nous devons coopérer en matière de cybersécurité. Au-delà de la coopération, la certification volontaire permettra aux consommateurs d’être mieux informés de la protection numérique apportée aux produits qu’ils achèteront, ce qui est un grand pas.

Cependant, à long terme, seule une certification obligatoire permettra de sécuriser un internet des objets dont la place dans nos sociétés est exponentielle.

Enfin, notons que la numérisation massive de notre quotidien fait de la cybersécurité un sujet majeur et que la croissance du budget qui lui est consacré est logique. Néanmoins, si nous concédons l’augmentation de 40 % du budget de l’ENISA d’ici à 2022, rappelons que le budget de l’Union européenne devrait, lui, dans le contexte du Brexit, avoir vocation à diminuer.

 
Dernière mise à jour: 10 septembre 2019Avis juridique