Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 11 mars 2019 - Strasbourg Edition révisée

État des relations politiques entre l’Union européenne et la Russie (débat)
MPphoto
 

  Jean-Luc Schaffhauser, au nom du groupe ENF. – Monsieur le Président, chers collègues. Madame Kalniete, vous avez été une enfant du goulag. Je comprends que vous agissiez contre ce système, car vous l’avez subi dans votre chair. J’ai moi-même combattu le système communiste, parce qu’il est essentiellement fondé sur le mensonge. Nous ne devons néanmoins pas confondre deux choses: d’une part un système et d’autre part un pays. Les Russes ont été les premiers à subir également les méfaits du stalinisme. Dans beaucoup d’institutions, le bolchevisme, nous n’en sommes nous-mêmes pas exempts. Par conséquent, lorsque nous adoptons une certaine stratégie vis-à-vis de la Russie, n’y voyez pas une mauvaise main. La France, l’Allemagne, la Tchéquie, la Hongrie, la Pologne, même, y voient quelquefois simplement leur intérêt, et cela va dans le sens de l’Europe. Il serait tout à fait faux, et ce sont des méthodes bolcheviques, que de considérer que les mouvements populistes sont une cinquième colonne... (le Président retire la parole à l’orateur).

 
Dernière mise à jour: 10 septembre 2019Avis juridique