Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 12 mars 2019 - Strasbourg Edition révisée

Un régime de sanctions européen pour les violations des droits de l'homme (débat)
MPphoto
 

  Marie-Christine Arnautu (ENF). – Monsieur le Président, ô droits de l’homme, que de tartufferies ne commet-on pas en ton nom...

Une fois encore, nous voilà amenés à copier-coller une loi américaine, le Magnitsky Act. Son seul but était de faire peser sur les dirigeants russes des menaces de sanctions financières et de limitation de circulation, afin de les forcer à accepter pour leur pays les ingérences étrangères, en particulier américaines, et, in fine, empêcher la Russie de reprendre sa position régionale.

Sous prétexte de faire respecter les droits de l’homme partout dans le monde et de sanctionner les dirigeants qui ne s’y soumettraient pas, vous désirez acquérir une influence que seuls certains États membres de l’Union détiennent encore résiduellement. Assez d’hypocrisie! Il ne faut pas être grand clerc pour deviner que les dirigeants de certains pays seront épargnés quand l’économie de l’Union aurait plus à y perdre qu’à y gagner. Car, en vérité, dans l’Union, aujourd’hui, seuls les profits sont considérés comme primordiaux. Dirigeants du monde, selon que vos pays seront puissants ou faibles, les jugements de l’Union vous rendront blancs ou noirs.

 
Dernière mise à jour: 8 juillet 2019Avis juridique