Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 12 mars 2019 - Strasbourg Edition révisée

Suivi donné par le SEAE deux ans après le rapport du PE sur la communication stratégique de l’Union visant à contrer la propagande dirigée contre elle par des tiers (débat)
MPphoto
 

  Jean-Luc Schaffhauser, au nom du groupe ENF. – Monsieur le Président, Madame Fotyga, vous ne traitez pas vraiment de la communication stratégique. Vous proposez des mesures coercitives pour lutter contre une propagande non définie, qui émanerait de pays hostiles à l’Union européenne. Vous vous inspirez de la même logique conspirationniste et, j’ose dire, bolchevique, que le rapport Kalniete. Vous voyez la main de l’étranger derrière toute dissidence à l’égard du projet européiste: le Brexit? C’est Poutine! Les gilets jaunes? C’est Moscou! Il pleut à Varsovie? C’est la faute aux Russes!

Il faut désormais déployer la censure pour condamner la volonté populaire qui monte partout en Europe. Nous sommes dans une approche stalinienne. À quand les camps de rééducation? C’est le bon vieux temps communiste: tout opposant est un traître.

Madame, vous trahissez l’héritage d’un grand Polonais, Saint Jean-Paul II, qui voulait travailler pour une Europe avec la Russie, une Europe chrétienne, capable de donner son souffle de l’esprit à un monde désormais multipolaire, à une Europe sans âme. Vous coupez ainsi l’Europe de son âme russe et de son âme tout court.

(L’orateur accepte de répondre à une question «carton bleu» (article 162, paragraphe 8, du règlement))

 
Dernière mise à jour: 8 juillet 2019Avis juridique