Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 13 mars 2019 - Strasbourg Edition révisée

Préparation du Conseil européen des 21 et 22 mars 2019 et retrait du Royaume-Uni de l'Union (débat)
MPphoto
 

  Nicolas Bay (ENF). – Madame la Présidente, le changement climatique sera de nouveau à l’ordre du jour du prochain Conseil européen, les 21 et 22 mars.

Voilà un dilemme cornélien pour l’Union européenne: d’un côté, on prétend sauver la planète en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, de l’autre, on encourage un libre-échange effréné avec la terre entière, ce qui entraîne mécaniquement une hausse des mêmes émissions de gaz à effet de serre.

 

Les traités de libre-échange cumulés à des normes insoutenables imposées par l’Union européenne à nos entreprises ont abouti à la casse de nos industries. Nous en sommes réduits à importer des produits fabriqués dans des pays qui ne répondent pas aux mêmes normes environnementales, ni d’ailleurs sanitaires et sociales. De plus, tout est acheminé par des supercargos, qui sont aussi de superpollueurs: oxyde de soufre, oxyde d’azote, particules fines, etc. Bref, nous sommes perdants sur tous les tableaux.

 

Il est temps de repenser tout notre modèle économique. L’avenir est à la protection, aux relocalisations et aux circuits courts. Produire, consommer, recycler dans un périmètre géographique raisonnable: c’est là la seule manière de concilier nos exigences écologiques avec nos intérêts économiques.

 
Dernière mise à jour: 26 juin 2019Avis juridique