Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 13 mars 2019 - Strasbourg Edition révisée

Création du Fonds monétaire européen (débat)
MPphoto
 

  Sophie Montel (NI). – Madame la Présidente, chers collègues, en 2010, la troïka composée de la Commission européenne, de la BCE et du FMI imposait des mesures d’austérité sans précédent au peuple grec, lequel a évidemment tôt fait de sombrer dans la misère sous les coups de boutoir de ces quelques fonctionnaires internationaux.

Ce spectacle vous a visiblement fait envie, car voilà que vous réclamez désormais votre propre FMI, le FME. Vous l’écrivez, d’ailleurs, noir sur blanc: la mission première de ce FME sera de fournir une assistance financière transitoire aux États membres dans le besoin, mais, évidemment, sur la base de conditions spécifiques convenues dans les programmes d’ajustement. Or, on sait ce que ces programmes d’ajustement signifient: en Grèce, les retraites ont été drastiquement réduites, les salaires ont chuté, les entreprises ont été privatisées et, bien entendu, le chômage a explosé.

Le voilà, l’horizon indépassable de l’européisme, la purge sans fin, ordonnée par une Allemagne qui dirige l’Europe d’une main de fer. Une chose est sûre, chers collègues, si je n’attends plus grand-chose du mouvement souverainiste en France, je peux encore compter sur vous pour rendre l’Europe détestable aux peuples et insupportable aux nations.

 
Dernière mise à jour: 26 juin 2019Avis juridique