Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 14 mars 2019 - Strasbourg Edition révisée

Mise en œuvre du règlement sur le système généralisé de préférences (SPG) (débat)
MPphoto
 

  France Jamet, au nom du groupe ENF. – Madame la Présidente, mes chers collègues, cela fait 40 ans que nous accordons des préférences tarifaires aux pays en développement depuis la conférence de Lomé, soi-disant pour faciliter le développement par l’insertion des pays les plus pauvres dans le commerce mondial.

Quarante ans plus tard, l’échec est patent. Tous les indicateurs de développement montrent une stagnation, voire une régression sur tous les plans. Ce dispositif sert en fait de caution morale aux esclavagistes qui sévissent dans les pays en développement. Lors d’une réunion avec l’ambassade du Bangladesh, avec un étonnant relativisme, on nous a très sérieusement dit – après un énième incendie dans une usine chimique ayant occasionné des dizaines de morts – qu’il y avait des incendies partout dans le monde, y compris dans les pays les plus développés. Sur 1000 usines et entrepôts chimiques dans la capitale du Bangladesh, 850 sont illégaux et ne respectent aucune norme.

Les dirigeants peu scrupuleux de nombreux pays se jouent de nous et ne voient de ce système que l’argent qu’ils peuvent en soutirer. Ce système est donc coûteux, inefficace, quelquefois désastreux pour des hommes, des femmes et des enfants et leurs droits, et surtout économiquement absurde.

 
Dernière mise à jour: 8 juillet 2019Avis juridique