Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 26 mars 2019 - Strasbourg Edition révisée

Le droit d'auteur dans le marché unique numérique (débat)
MPphoto
 

  Patrick Le Hyaric (GUE/NGL). – Madame la Présidente, il est temps de légiférer pour obliger les grands groupes numériques nord-américains à restituer aux créateurs, aux éditeurs et aux journalistes la valeur qu’ils leur pillent pour alimenter leurs réseaux afin de s’accaparer la manne publicitaire qu’ils enlèvent du même coup aux médias et à la presse.

On comprend les pressions et les appétits des géants du numérique quand on sait que la création dans l’Union européenne, comme vient de le rappeler M. Cavada, représente 536 milliards d’euros par an. Il y a aujourd’hui plus de personnes qui travaillent dans les secteurs de la création et de la culture que dans l’automobile et les télécoms réunis.

Ce dont nous discutons ici avec le vote de la directive sur les droits d’auteur et droits voisins, c’est de la diversité culturelle et du pluralisme. La directive crée un cadre juridique équilibré obligeant les grandes plateformes à respecter les créateurs et les journalistes, tout en assurant aux utilisateurs une sécurité juridique qui n’existe pas jusque-là. Il garantit un droit au partage et favorise l’accès de toutes et tous à la connaissance tout en promouvant le renouvellement de la création en la protégeant. C’est la création et la production de contenus qu’il faut défendre et pas le pillage, et c’est l’objet de cette directive.

 
Dernière mise à jour: 26 juin 2019Avis juridique