Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 26 mars 2019 - Strasbourg Edition révisée

Instrument de voisinage, de coopération au développement et de coopération internationale (débat)
MPphoto
 

  Frank Engel, rapporteur. – Madame la Présidente, je pourrais me sentir visé par ce qui vient d’être dit, mais je décide de passer outre.

On a entendu une fois de plus ce soir toutes les inepties de la gauche extrême que nous avons déjà eu à digérer pendant les mois écoulés, à savoir que c’est un instrument de militarisme, que c’est un instrument martial, que c’est un instrument destiné à empêcher toute forme de migration. Tout cela n’est, bien évidemment, pas vrai.

C’est au fond un instrument extrêmement intéressant car il permettrait de mettre en œuvre finalement la stratégie Afrique, que nous appelons de nos vœux à chaque sommet – qui a lieu depuis deux ou trois années – et qui, jusque-là, faute de financement cohérent, n’a pas pu voir le jour.

Cela nous permettrait aussi d’avoir une autre interaction entre les territoires couverts par la politique de voisinage et les territoires couverts par la politique de coopération, ce qui fait beaucoup de sens. Car dans le monde dans lequel nous vivons, on ne peut pas vraiment séparer l’Algérie du Niger, ou la Libye du Tchad, ou le Maroc de la Mauritanie. Il faut avoir conscience que toute cette interaction plus étroite entre les territoires couverts par une politique et les territoires couverts par une autre politique est un progrès également en termes de cohérence.

Nous sauvegardons également toutes les options pour la continuation de notre partenariat avec les pays ACP, ce qui me semble important étant donné que, à partir de l’année prochaine, il faudra remplacer les accords de Cotonou par quelque chose d’autre. Nous ne savons pas exactement ce que ça sera, mais, de toute façon, dorénavant, l’instrument que nous avons sur la table permet de couvrir l’ensemble des éventualités.

En somme, c’est un bon instrument également parce qu’il inclut le voisinage et j’aimerais beaucoup que demain, quand nous serons sortis de cette salle, cela soit toujours et encore ainsi parce que je pense que les fétichismes ne nous aident pas autant que le réalisme politique qui veut que toutes nos politiques extérieures soient financées de façon cohérente et de façon ambitieuse.

Voilà, je n’ai rien de plus à ajouter.

 
Dernière mise à jour: 26 juin 2019Avis juridique