Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 27 mars 2019 - Strasbourg Edition révisée

Exigences en matière de contrôle et règles spécifiques pour le détachement de conducteurs dans le secteur du transport routier - Durées maximales de conduite journalière et hebdomadaire, durée minimale des pauses et des temps de repos journaliers et hebdomadaires et localisation au moyen de tachygraphes - Adaptation aux évolutions du secteur du transport routier (débat)
MPphoto
 

  Marie-Christine Arnautu (ENF). – Madame la Présidente, les réformes du cabotage, du détachement des chauffeurs et du temps de travail de ce paquet «Mobilité» nous montrent une chose: l’Union européenne est aussi sociale que les républiques socialistes d’Europe de l’Est étaient démocrates.

Clôturant presque deux ans de dialogue de sourds, l’obstruction législative de ces dernières heures démontre une fois de plus l’incapacité réelle de l’Union à améliorer le sort de ses travailleurs. Elle prouve aussi combien les intérêts économiques des pays membres sont antagonistes. À trop avoir voulu élargir et imposer coûte que coûte, par pure idéologie et par orgueil, un marché unique sans ambition préalable, l’Union n’enrichit que les profiteurs, en créant les conditions d’un remplacement des salariés dignement rémunérés par des salariés exploités. Les bénéficiaires, nous venons encore de le constater, sont prêts à tout pour que ce système perdure.

Si l’Union ne change pas radicalement de paradigme, les peuples la déferont. Manifestement, l’exemple britannique n’a pas suffi. Gageons que les prochaines élections européennes seront un deuxième et, sans doute, un dernier coup de semonce.

 
Dernière mise à jour: 28 juin 2019Avis juridique